#Francophonie, #Ontario

Pénurie des enseignants francophones, un problème toujours irrésolu

Archives, #ONfr

[DOSSIER]

Depuis le début de semaine, les plus de 100 000 élèves des écoles de langue française sont de retour sur les bancs de l’école. Un chiffre qui grimpe d’année et année et oblige à la construction d’écoles et l’embauche d’enseignants francophones. Si les nouvelles structures sont au rendez-vous, ce n’est pas toujours le cas des nouveaux enseignants. Une tendance qui devrait perdurer inlassablement.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

On reste dans le même état d’esprit que les années précédentes, dit-on en substance du côté des deux associations de conseils scolaires francophones de l’Ontario.

Un problème qui fait tout de même les affaires des nouveaux diplômés. Sarah Anne Lalonde sait de quoi elle parle. À seulement 24 ans, elle est depuis quelques jours enseignante titulaire à l’École secondaire catholique Le Relais d’Alexandria. «Tout est allé très vite. J’ai été diplômée en éducation de l’Université d’Ottawa en mai dernier. J’ai mis mes informations à jour et les ressources humaines du Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) m’ont appelé directement pour un poste à temps plein. Deux jours plus tard, j’ai eu l’entrevue et j’ai été embauchée le jour-même.»

Sarah Anne Lalonde n’a donc pas eu à passer par la case de la suppléance. Une catégorie vaste dans laquelle on retrouve des enseignants sur appel, et ceux ne possédant pas encore le fameux baccalauréat en éducation, le principal sésame pour accéder aux salles de classe. Devant la difficulté à recruter, c’est la solution préconisée de plus en plus par les conseils scolaires. Et même pour les professionnels, désireux de changer de métier, tout peut aller très vite.

Sarah Anne Lalonde est enseignante à Alexandria. Gracieuseté.

C’est le cas d’Abdeneur Sefsaf. Établi au Canada depuis cinq ans, le jeune homme a longtemps caressé l’idée d’une carrière d’enseignant lorsqu’il habitait en France. Sans vraiment y croire. Mais une rencontre début 2017 a tout changé. «Je travaillais encore dans le secteur des finances à Toronto, quand j’ai rencontré un directeur d’école. Il m’a dit qu’il y avait une pénurie d’enseignants, m’a proposé de faire un stage d’observation dans une école. Après ce stage, j’ai passé l’entretien, et c’est ainsi que je suis devenu suppléant non qualifié en septembre, puis à temps plein en janvier.»

Abdeneur Sefsaf n’a alors pas de diplôme, mais comblé par cette première expérience, il décide de suivre une formation à distance avec l’Université d’Ottawa. «Cela me permet d’espérer être titulaire rapidement. Pour l’instant, je suis enseignant à l’École élémentaire Madeleine-de-Roybon de Kingston et je fais ma formation à distance le soir.»

En plus des titulaires et des suppléants, qualifiés et non qualifiés, il arrive parfois que les conseils scolaires doivent recourir à des lettres de permission pour des embauches rapides.

 

Une banque de suppléants qui stagne

Ce marché du travail à priori plus ouvert est la bonne partie de l’équation. Mais il y a la face plus sombre. Le risque que tous les postes ne soient pas comblés. C’est particulièrement vrai en dehors des grands centres urbains. «Dans le Sud de l’Ontario, on est obligé de faire des lettres de permission», illustre Jean Lemay, président de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC). «Pour le conseil scolaire MonAvenir, on a pour le moment trois écoles sans direction.»

D’après les données de l’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO), on voit que le nombre d’enseignants et de suppléants est stable depuis 2015-2016 (voir tableau ci-dessous). Mais dans le même temps, les inscriptions dans les écoles de langue française augmentent. Depuis huit ans, ce sont environ 2 000 élèves de plus par année qui rejoignent ces établissements.

Répartition des membres de l’AEFO. Gracieuseté AEFO

La situation fait même craindre le pire pour le président de l’association chapeautant les huit conseils scolaires catholiques de langue française. «On a peur que les résultats scolaires y passent.»

Plus prudent dans ses déclarations, son homologue de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), Denis Chartrand, sous-entend le manque d’expérience de ces nouveaux enseignants. «Ce sont des gens qui peuvent aider, mais qui ont besoin d’être formés.»

Autre point noir: la concurrence des autres provinces qui n’hésitent pas à sortir les gros moyens. En février dernier, le District scolaire de Vancouver était présent à Ottawa pour une opération séduction auprès des actuels et futurs enseignants qui parlent le français. Une démarche parmi d’autres qui complique la tâche pour le recrutement.

 

La formation désormais à deux ans, mais pas seulement

Mais comment en est-on arrivé à une telle situation? De tous les intervenants, une raison se détache. Celle du passage du programme de formation des enseignants d’un à deux ans en 2015. Dans les deux universités de l’Ontario délivrant une formation en éducation en français, les inscriptions ont baissé à partir de cette date (voir graphique ci-dessous).

Des 638 étudiants ayant choisi cette formation en 2013 à l’Université d’Ottawa, ils n’étaient plus que 353 quatre ans plus tard. Une tendance identique à l’Université Laurentienne.

Graphique sur le nombre d’inscriptions en première année à un programme d’enseignement en français.

Conséquences: il y aurait pour cette rentrée 105 places libres à l’institution sudburoise pour la formation en français. Du côté d’Ottawa, on nous précise «avoir du mal» à recruter. «Nous recrutons donc à l’international, afin d’élargir le bassin de candidats/candidates.»

Mais la longueur de la formation n’expliquerait pas tout. «On sait que sur une période de cinq ans, 22 % de nos membres ne renouvellent pas leur adhésion à l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (OEEO)», déplore le président de l’AEFO, Rémi Sabourin. La raison selon lui? Le mandat «minoritaire» qui ferait peser sur les épaules des enseignants une pression importante.

L’ancienne ministre libérale de l’éducation, Liz Sandals. Crédit image: Maxime Delaquis

S’il est aujourd’hui le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin est aussi passé par la direction l’AEFO. Au-delà de la durée de la formation, l’ancien enseignant se souvient surtout de la décision du gouvernement libéral en 2013. «La ministre de l’Éducation, Liz Sandals, avait annoncé vouloir réduire de 50 % le nombre de places dans les facultés. Je leur ai dit de ne pas faire cela du côté francophone! Ça nous a lancé dans une situation difficile pour l’année suivante.»

Denis Chartrand voit un autre effet plus pervers. Celui du surplus des enseignants dans les conseils scolaires de langue anglaise. «Dans les médias anglophones, du fait que les inscriptions étaient à la baisse, on ne parlait que de cela. On parlait de ce surplus, mais sans distinction avec les écoles francophones.»

 

L’attente du nouveau gouvernement

En plus de la pénurie persistante des enseignants, une nouvelle donne apparaît pour cette rentrée 2018: le changement d’un nouveau gouvernement, à Queen’s Park. Les francophones doivent dès lors prendre leur mal en patience. Dans les coulisses de l’Assemblée législative, les équipes réunies autour des nouveaux ministres ne sont pas toutes formées ou bien encore, en rodage. «La pénurie n’est pas un problème qu’on va régler à court terme, mais à moyen ou long terme», prévient M. Jolin.

Le président de l’AFO affirme avoir profité de la première rencontre avec Caroline Mulroney en début de semaine pour en glisser quelques mots à la ministre déléguée aux Affaires francophones.

Le président de l’AEFO, Rémi Sabourin. Archives #ONfr

«Il va falloir faire encore de la promotion», croit de son côté Rémi Sabourin de l’AEFO. L’homme fort du syndicat aux plus de 10 000 membres affirme avoir soulevé l’enjeu à la nouvelle ministre de l’Éducation, Lisa Thompson. «Espérons qu’on ait la chance de trouver une solution.»

Décidément peu adepte de la langue de bois, Jean Lemay enfonce le clou: «Les ministères ne comprennent pas notre situation.» Parmi les solutions évoquées, le président de l’AFOCSC aimerait, par exemple, voir l’Université d’Ottawa offrir une formation par correspondance. Une piste semblable pour l’AEFO qui mise sur un cursus pour les futurs enseignants raccourci à 16 mois au lieu de deux ans.

En attendant la solution idéale, chacun semble aujourd’hui ronger son frein. «On a conscience que c’est un frein à l’essor de la francophonie canadienne», conclut M. Jolin.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

La pénurie d’enseignants francophones continue d’inquiéter

La Colombie-Britannique lorgne sur les enseignants franco-ontariens

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
6+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.