Passer au contenu Passer au pied de page

Premier cas dans une résidence de l’Est ontarien : « C’est un choc »

Temps de lecture : 3 minutes

PLANTAGENET – Un premier cas de coronavirus dans un foyer de soins de longue durée de l’Est ontarien, Pinecrest à Plantagenet, a été confirmé par les autorités de la santé publique. Il s’agit d’un employé de la résidence. Des proches d’aînés vivant dans ce foyer sont depuis dans la crainte que la situation s’envenime.

Le téléphone a sonné, mercredi soir. C’était l’appel que les proches d’aînés en résidence redoutent depuis un mois : « Et v’lan, on s’est fait annoncer qu’un préposé a testé positif au virus. Il est en confinement total, même à l’écart de sa famille. Ce préposé était sûrement en contact avec ma maman. Ouf ! Ayoye ! », confie un proche d’une résidente du foyer Pinecrest, qui préfère conserver l’anonymat.

Les autorités de la santé publique ont confirmé en journée l’information, puis indiqué que l’ensemble des 59 pensionnaires avaient subi un test pour déterminer s’ils avaient été contaminés par l’employé.

La résidence Pinecrest à Plantagenet. Gracieuseté

« Je ne veux pas la voir partir en raison du virus. Oui, elle a différentes maladies, mais je m’imaginais une mort dans son sommeil. Là, j’ai peur de la voir souffrir si on apprenait qu’elle a contracté le virus », confie ce proche d’une des résidentes.

Du même souffle, ce parent salue le dévouement des employés.

« Cette petite résidence dans l’Est ontarien est remarquable parmi tant d’autres. Nous avons tissé des liens formidables avec cette belle famille d’employés tellement dévoués et beaucoup de compassion, autant pour nous, les aidants que pour les résidents », ajoute ce proche.

Le Dr Paul Roumeliotis se fait rassurant

L’employé infecté au coronavirus l’aurait été dans la communauté, selon le chef de la santé publique de l’Est ontarien, le Dr Paul Roumeliotis. Lors d’un point de presse en après-midi, il a révélé qu’aucun des 59 résidents ou de la soixantaine d’autres employés n’avaient pour l’instant de symptômes de la maladie.

La décision de tester tous ces gens a été prise rapidement et une autre vague de tests pourrait être menée si des symptômes apparaissent chez certains individus.

« Notre espoir est que personne d’autre n’a été infectée. Mais que si c’est le cas, on puisse les identifier très rapidement afin de réduire la contamination », dit-il. Tous les employés portent du matériel de protection pour se protéger et protéger les aînés, a précisé le Dr Roumeliotis.

Le bureau de la santé publique de l’Est ontarien n’a pas fourni de réponse concernant l’isolement préventif ou non de certains collègues de l’employé contaminé. Il a cependant indiqué que quatre hôpitaux sont prêts à envoyer des renforts dans l’éventualité d’un manque de personnel à Pinecrest.

Le groupe Southbridge Care Homes, propriétaire de la résidence Pinecrest, n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Deux employés contaminés à Bruyères

La résidence Pinecrest n’est pas la seule à compter un employé contaminé au coronavirus. Les Résidences Bruyère, une institution bilingue d’Ottawa, ont aussi confirmé deux cas similaires d’employés ayant été en contact avec des résidents.

« Des foyers d’éclosion ont été déclarés dans les deux foyers de soins de longue durée de Bruyère, soit les résidences Élisabeth-Bruyère et Saint-Louis. Toutes les familles et les proches de nos résidents ont été informés et nos pensées se tournent vers nos collègues qui se rétablissent chez eux, en isolement », a indiqué les Résidences Bruyères dans une déclaration.

« Nous sommes conscients que le mot éclosion suscite beaucoup de crainte ; c’est pourquoi nous tenons à préciser que dans les deux cas, les éclosions ont été déclenchées par un seul membre du personnel dont le test s’est révélé positif. À l’heure actuelle, aucun de nos résidents n’est atteint de la COVID-19 dans nos deux résidences ».

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+