Passer au contenu Passer au pied de page

Rentrée scolaire : 500 millions de fonds de réserve à la rescousse

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – Pris en étau entre les syndicats d’enseignants et les partis d’opposition, le ministre ontarien de l’Éducation autorise dorénavant les conseils scolaires à piocher dans leurs fonds de réserve : l’accès à 500 millions de dollars doit leur permettre, entre autres, de recruter du personnel et de trouver de nouveaux espaces, propices au respect des mesures de distanciation.

Ces fonds, correspondant à 2 % du budget de fonctionnement des conseils scolaires, proviennent du surplus accumulé l’année précédente. Ils viennent compléter le plan de réouverture des écoles, annoncé fin juillet et qualifié de « meilleur plan au Canada », qui prévoit déjà 309 millions de dollars, auxquels le ministre ajoute 50 millions de dollars pour améliorer la ventilation et la qualité de l’air dans les salles de classes.

« L’accès à ces fonds permettra d’assurer plus de distance physique, d’améliorer la qualité de l’air et, de manière générale, de renforcer les mesures de protection visant à assurer la sécurité des élèves et du personnel », a indiqué Stephen Lecce.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce. Capture d’écran

Le gouvernement Ford a essuyé de nombreuses piques concernant la taille des classes sans restriction dans les écoles élémentaires et une partie des écoles secondaires. Avec cette nouvelle marge financière, il incite les conseils scolaires à prendre l’initiative d’une rentrée sécuritaire, selon leurs priorités locales.

Pour les conseils scolaires ne disposant pas de réserves suffisantes, le gouvernement accordera jusqu’à 11 millions de dollars supplémentaires pour les soutenir.

« Combler des énormes trous » du programme de rentrée scolaire

« Cette annonce n’offre absolument aucun réconfort aux parents, au personnel scolaire et aux élèves qui sont anxieux et effrayés de renvoyer leurs enfants dans des salles de classe bondées en septembre », a réagi France Gélinas, porte-parole du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario (NPD) en matière de santé.

La députée néo-démocrate, France Gélinas. Archives ONFR+

« Cela revient littéralement à rappeler que certains conseils scolaires – pas tous – ont des fonds de réserve et qu’ils peuvent les utiliser pour essayer de combler certains des énormes trous que le gouvernement Ford a dans son programme de rentrée scolaire », fait remarquer la députée de Nickel Belt.

« Quant aux pitoyables 50 millions de dollars pour les réparations de CVC annoncés aujourd’hui, cela représente 0,003 % des réparations nécessaires à l’école qui sont actuellement ignorées. »

La communauté scolaire en danger, selon les syndicats

Quelques minutes avant l’annonce ministérielle, les quatre principaux syndicats d’enseignants ont fait savoir leur hostilité au plan gouvernemental, réclamant une rencontre en urgence avec le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, Monte McNaughton.

Selon l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (OSSTF/FEESO), la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO) et l’Ontario English Catholic Teachers Association (OECTA), le gouvernement ne répond pas aux exigences de la Loi sur la santé et la sécurité au travail.
 
« En rouvrant les écoles sans la mise en place de mesures adéquates, le ministère de l’Éducation met en danger, de façon significative et imminente, la santé et la sécurité de nos membres, de leurs élèves et de la communauté scolaire au complet », affirment les quatre fédérations.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !