Passer au contenu Passer au pied de page

Tout savoir sur le congrès annuel de l’AFO

Temps de lecture : 4 minutes

SUDBURY – Quelque 300 leaders d’organismes et membres de groupes francophones se donnent rendez-vous à Sudbury à partir de demain, vendredi. Pendant trois jours, le congrès de l’Assemblée de la francophonie (AFO) rimera activités de réseautage, ateliers, mais aussi différentes décisions. Le président de l’organisme porte-parole des francophones, Carol Jolin, nous en dit plus.

Pourquoi Sudbury ?

C’est maintenant une habitude depuis plusieurs années. Chaque dernière fin de semaine d’octobre, l’AFO tient son congrès annuel. Trois villes accueillent à tour de rôle l’événement : Ottawa, Toronto, et Sudbury. Après une édition 2017 à Ottawa, prétexte au 150e anniversaire de la Confédération, puis dans la Ville reine l’an passé, le congrès revient donc logiquement à Sudbury, et plus précisément au Collège Boréal.

« On voulait bouger dans la province, dans d’autres places, mais s’éloigner des grands centres augmente les dépenses », illustre M. Jolin.

« Génie communautaire » et Franconnexion

Le « génie communautaire » sera le thème global de ce congrès annuel. Une série d’ateliers seront centrés autour de cette idée. « Il s’agit de pouvoir développer l’innovation, avec des programmes de partout, donner aux membres l’organisation et la réflexion sur ce sujet. » L’organisation souhaite s’inspirer des initiatives prises dans le cadre du Programme d’appui à la francophonie ontarienne (PAFO).

Autre point saillant des activités reliées à l’innovation : le Franconnexion ce vendredi. Son but ? Mettre en relation les bailleurs de fonds des différents ministères avec les membres de l’AFO afin de connaître les possibilités de financement. « Il y a par exemples des fonds dans les ministères qui ne sont pas utilisés », soutient M. Jolin.

Parmi ces bailleurs de fonds présents sur place : FedNor, la Fondation Trillium de l’Ontario, Patrimoine canadien ou encore ParticipACTION.

Quels élus seront présents ?

On s’oriente comme l’an passé vers l’absence de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney. Ross Romano, le ministre de la Formation et des Collèges et Universités, a aussi décliné l’invitation.

Michael Coteau, le député libéral de Don Valley Est, et candidat à la chefferie de son parti. Archives ONFR+

Devraient tout de même être présents dans l’enceinte du Collège Boréal : le chef intérimaire du Parti libéral de l’Ontario, John Fraser, le député du même parti, Michael Coteau, ainsi que les députés néo-démocrates Guy Bourgouin et France Gélinas.

Cinq nouveaux membres du CA intronisés

Le conseil d’administration s’apprête à renouveler six de ses 11 membres. Tous sans exception seront élus sans opposition. C’est le cas de Jacques Héroux, candidat au poste d’administrateur pour le groupe « aînés et retraités », de même pour Blandine Lesage et Dominique Janssens candidats respectivement pour la région du Sud-Ouest et du Centre.

Julie Mbengi Lutete et Marcel Mukuta Kalala seront aussi élus sans opposition pour les deux postes consacrés aux minorités raciales ethnoculturelles francophones (MREF), tandis que Nicole Levesque n’aura aussi aucune contestation pour siéger sur le poste réservé aux femmes.

L’an passé s’était déroulée l’élection pour le poste de président. Carol Jolin, élu pour la première fois en 2016, avait été reconduit, pour un mandat de deux ans.

Le Grand gala du samedi soir

Il s’agit plutôt d’un grand repas célébrant la francophonie ontarienne. Pour la 6e année consécutive, l’AFO profitera de ce moment pour remettre ses prix de reconnaissance.

Dyane Adam, Félix Saint-Denis et François Boileau ont été désignés comme finalistes du Prix Paulette Gagnon qui honore « les efforts et le cheminement professionnel exemplaire d’une personne à l’endroit de la communauté francophone ».

Le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO), ONFR+ et le Théâtre français de Toronto (TfT) sont en nomination pour le Prix de l’Horizon franco-ontarien, qui récompense « un projet, une pratique ou une initiative communautaire, entrepris par un groupe, contribuant à la vitalité de la collectivité ».

Enfin, Félix Saint-Denis, François Bazinet et Soukaina Boutiyeb sont finalistes pour le Prix Florent-Lalonde, « qui reconnaît les efforts et l’engagement d’un bénévole au sein de la communauté ».

Quelque 400 personnes sont attendues pour le gala.

Qu’attendre de l’assemblée générale annuelle ?

Comme pour chaque congrès de l’AFO, c’est l’assemblée générale annuelle ce dimanche qui va clore les trois jours d’événement. Parmi les grands moments des trois heures prévues pour la séance : l’adoption probable par les membres d’un document pour la refonte de la Loi sur les services en français. Un travail effectué en collaboration avec l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) et la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques de l’Université d’Ottawa.

Archives ONFR+

Le document sera dans un second temps présenté au gouvernement ontarien. « Caroline Mulroney est au courant qu’on va le présenter », insiste M. Jolin. « Elle s’était engagée le 25 septembre 2018 à moderniser cette loi. »

L’impact de La Résistance

Ce congrès sera le premier organisé par l’AFO après les compressions aux services en français par le gouvernement de Doug Ford, en novembre dernier. Pendant de longs mois, l’organisme a travaillé en coulisses pour la relance du projet d’Université de l’Ontario français (UOF) annulé, et le rétablissement de l’indépendance au Commissariat aux services en français.

« On va faire le bilan de l’année, voir ce qui s’en vient. Dans le document que l’on s’apprête à adopter, il y aura une mention au rétablissement de l’indépendance du Commissariat aux services en français. »

Si les gouvernements provincial et fédéral se sont entendus pour la relance du projet de l’UOF peu avant le déclenchement des élections, début septembre, la possibilité d’un retour à l’indépendance du Commissariat reste plus incertaine. Jusqu’à présent, Mme Mulroney n’a fait aucun engagement dans ce sens.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+