Transferts en santé: l’Ontario pourrait accepter l’offre d’Ottawa

Sylvie Jones, ministre de la santé de l'Ontario.
Sylvie Jones, ministre de la Santé de l'Ontario. Archives ONFR+

TORONTO – Si les négociations des transferts en santé sont toujours en cours entre le gouvernement fédéral et les premiers ministres des provinces et territoires canadiens, Sylvia Jones, la ministre de la Santé a laissé entendre ce matin que la province pourrait accepter l’offre d’Ottawa. Une rencontre est prévue demain entre Doug Ford, elle, son homologue fédéral Jean-Yves Duclos et son collègue à lui aux Affaires intergouvernementales Dominic Leblanc.

Dans son offre à la province, Ottawa entend envoyer un nouveau financement de 18 milliards de dollars sur 10 ans. Au total, l’Ontario pourrait recevoir 77 milliards de dollars de la part du gouvernement fédéral sur 10 ans.

Dans une annonce de ce matin sur le plan de santé général de l’Ontario, la ministre de la Santé Sylvia Jones a laissé échapper ses vues sur la proposition de financement du gouvernement Trudeau.

«Sans aucun doute, nous accepterons tout nouvel investissement dans le domaine de la santé.»

Ce après quoi, elle a rapidement modéré ses propos en faisant part de ses préoccupations quant aux limitations possibles.

«Je suis satisfaite de voir que le gouvernement fédéral s’assoit à la table pour négocier, mais nous essayons de construire un système de santé pour la prochaine décennie et cela pourrait rendre difficile la planification sur le long terme.»

Jean-Yves Duclos a réagi en disant que ce «n’est pas étonnant» de voir l’Ontario enclin à accepter l’offre.

«On travaille ensemble, les ministres de la Santé, depuis plus qu’un an. On a eu près d’une quinzaine de rencontres, donc le travail de fond, il est déjà prêt », a dit celui qui sera accompagné de son collègue dans sa rencontre à Toronto avec M. Ford et Mme Jones.

Hier, les premiers ministres avaient pourtant qualifié l’offre d’Ottawa de «décevante», eux qui demandaient une augmentation de 28 milliards par année, bien loin des 46,2 milliards offerts par Ottawa hier. Questionné à savoir s’il allait accepter l’offre, le premier ministre Doug Ford n’est pas allé aussi loin que sa ministre de la Santé.

«Nous allons nous asseoir aujourd’hui, en discuter et l’examiner avec tous les premiers ministres», indiquant lui aussi avoir quelques soucis avec la durabilité de l’entente.

Poilievre maintiendrait les ententes

À Ottawa, le chef conservateur Pierre Poilievre a affirmé qu’il garderait les ententes avec les provinces et territoires sur les transferts en santé si jamais il prenait le pouvoir. Il a accusé Justin Trudeau de pénaliser les soins de santé, car il a gaspillé près de «500 milliards en déficit inflationniste».

«Si j’étais premier ministre ces huit dernières années, je n’aurais pas gaspillé autant d’argent. Il aurait été possible d’avoir davantage d’argent», ajoutant qu’il ne ferait jamais des promesses «qu’il ne pourrait pas livrer».

Les propos de l’aspirant premier ministre n’ont pas plu à celui qui occupe actuellement la fonction. Justin Trudeau s’en est pris à son adversaire soutenant qu’il «n’offre que l’austérité et les coupures».

«C’est pas ça qui va aider les familles qui en ont besoin», a soutenu le premier ministre avant la période des questions aux Communes.»