Passer au contenu Passer au pied de page

Appui à la francophonie manitobaine : un bilan mitigé

WINNIPEG – Le 30 juin 2016, la Loi sur l’appui à l’épanouissement de la francophonie manitobaine, communément appelée la Loi 5, était votée au parlement manitobain. Son but : protéger les services en français au Manitoba.

La province devenait alors la cinquième au Canada à voter une loi de ce genre, après le Nouveau-Brunswick (1982), l’Ontario (1986), l’Île-du-Prince-Édouard (1999) et la Nouvelle-Écosse (2004).

Pourtant, trois ans après son adoption, son impact auprès des Franco-Manitobains laisserait à désirer, selon certains observateurs.

Interrogé par ONFR+, le directeur général de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), Daniel Boucher, explique qu’à court terme, le changement ne peut pas être significatif.

« C’est un peu trop tôt pour faire une analyse, je pense qu’on a pu concrétiser les plans d’action des services en français, même si ça n’apparaît pas dans la vie quotidienne. »

Et d’argumenter : « En santé, l’accès et la livraison des services en français nous ont donné une feuille de route. On a pu identifier les besoins, tels que le personnel nécessaire et ça donne des responsabilités à chaque ministère. »

La Loi 5 renforce d’autres lois sur le français déjà existantes au Manitoba. Elle vise à encourager l’offre active des services en français et à élargir la définition de la francophonie manitobaine.

« Il existait déjà une politique de services en langue française au Manitoba, mais c’est maintenant ancré dans la Loi. Ce qui est vraiment nouveau, c’est le conseil consultatif, mais ça s’est avéré à peu près inutile jusqu’à maintenant pour faire avancer les droits des francophones », explique Raymond Hébert, professeur émérite de sciences politiques et d’études canadiennes à l’Université de Saint-Boniface.

En effet, le Conseil consultatif des affaires francophones (CCAF), dont le rôle est, entre autres, de faire des recommandations auprès du ministre responsable des Affaires francophones, a été échaudé par le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Pallister, selon le politologue.

Le premier ministre progressiste-conservateur du Manitoba, Brian Pallister. Archives #ONfr

« En octobre 2017, le gouvernement Pallister a aboli le poste du sous-ministre adjoint responsable du Bureau de l’éducation française (BEF), sans aucune consultation auprès de la communauté francophone du Manitoba, ça a été la première grande déception. Une autre décision, peut-être moins grave, mais tout aussi significative, est l’abolition de la majorité des postes permanents au service de traduction du Manitoba, en mars 2019 », affirme le politologue.

« La consultation aurait pu prendre différentes formes, y incluant une réunion du conseil consultatif ou encore de la Commission scolaire franco-manitobaine, mais il n’y a eu aucune consultation, alors on peut se poser la question, à quoi sert ce conseil ? », s’interroge Raymond Hébert, en regrettant « une régression nette de la francophonie manitobaine ».

Une loi inclusive

Geneviève Freynet, une artiste franco-manitobaine, avoue que la loi n’a finalement pas changé grand-chose dans son quotidien, mais elle en est fière car elle a su valoriser sa communauté.

« Cette loi élargit la définition de ce qu’est un manitobain francophone, car il y avait beaucoup d’immigrants francophones qui n’étaient pas comptés dans les statistiques, parce que leur langue maternelle n’était pas le français et en les intégrant, la Loi 5 a pu donner plus d’importance à ma communauté ».

Si plus de 40 000 personnes possèdent le français comme langue maternelle au Manitoba, plus de 100 000 personnes le parleraient, selon les chiffres de Statistiques Canada.

Joint par téléphone, un autre Manitobain, qui a quitté le Bénin pour s’installer dans la province en 2010, Wilgis Agossa, salue le caractère inclusif de la loi, mais aimerait ressentir davantage ses effets dans son quotidien :

« Les choses ont changé dans la forme, sur papier. Il y a peut-être une conscientisation dans les administrations, mais au niveau des faits, c’est encore difficile de voir le changement », déclare-t-il.

Un regard confiant sur l’avenir

Pour le directeur général de la SFM, l’important est de normaliser les services en français.

« Je suis très optimiste quant au fait que les jeunes acceptent le français comme étant une langue importante pour leur communauté et leur pays. On va encore travailler très fort pour s’assurer que la langue française reste importante. On est tellement habitué à recevoir les services en anglais que les services en français ne sont pas encore normalisés. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+