#Francophonie, #Ontario

Université de l’Ontario français: des programmes jusqu’au doctorat

Image diffusé par le Regroupement des étudiants franco-ontariens pendant les mouvements pour faire pression sur le gouvernement pour la création d'une université francophone en Ontario Archives #ONfr

TORONTO – Tranquillement, le portrait se précise sur l’offre de programmes et de cours qui seront disponibles à la nouvelle Université de l’Ontario français. Le recteur par intérim, Normand Labrie, espère que son plan sera approuvé d’ici la fin du printemps prochain pour que les premiers programmes puissent bel et bien être lancés en 2020.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

C’est officiel: les quatre programmes de baccalauréat évoqués depuis un an seront soumis pour approbation aux autorités compétentes d’ici la fin du mois. Les quatre programmes phares qui devraient être offerts à la nouvelle université seraient les suivants: Culture numérique (créativité et modes d’innovation), Pluralité humaine (l’être humain dans sa pluralité), Environnements urbains (villes et activités humaines) et Économie mondialisée (mutations économiques et conséquences humaines).

«On doit demander une rencontre avec la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, pour lui dire qu’on est sur le point de déposer les programmes, ce sera sur votre bureau et on compte sur vous pour que vous puissiez les regarder rapidement», explique Normand Labrie, nommé recteur par intérim en juillet dernier.

Normand Labrie, recteur par intérim de l’Université de l’Ontario français. Crédit image: Université de l’Ontario français

La Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire de l’Ontario (PEQAB) devra déterminer si les quatre programmes spécialisés de 120 crédits répondent à ses critères de qualité. Les quatre programmes seront aussi offerts sous forme de Certificat.

À ces programmes «originaux» s’ajouteront des programmes dans d’autres sphères professionnelles. «Il y aura des programmes de type professionnel où il y a des besoins en Ontario, comme l’enseignement, le droit, les services sociaux ou la santé. L’objectif est ici d’avoir des partenariats avec des universités qui ont ces programmes», explique M. Labrie.

Mais il ne faut pas nécessairement s’attendre à avoir cet éventail complet de programmes professionnels dès le début, insiste-t-il. «Peut-être pas d’ici 2020, c’est des processus d’approbation assez longs. L’urgence était de développer nos programmes originaux qui sont l’ADN de notre institution», précise-t-il.

 

Du baccalauréat au doctorat

L’Université de l’Ontario français ferait une grave erreur si elle n’offrait pas rapidement des programmes de maîtrise et de doctorat, selon Normand Labrie. «On a besoin d’embaucher des professeurs parmi les meilleurs et si nous n’avons pas de recherches et d’enseignement supérieur, nous ne pourrons tout simplement pas les convaincre», explique-t-il. «Il faut pouvoir leur dire qu’ils ne vont pas seulement enseigner au premier cycle. On va s’engager auprès d’eux qu’on va développer des programmes de maîtrise et de doctorat», ajoute-t-il.

Il s’agit aussi d’un argument de vente pour les étudiants qui souhaitent bien souvent poursuivre leurs études dans leur domaine d’expertise après leur baccalauréat. «La recherche sera essentielle. On est dans un écosystème d’excellence avec des universités comme l’Université de Toronto, Queen’s, Waterloo… si l’Université de l’Ontario français n’a pas un niveau d’excellence assez élevé, les étudiants iront dans ces autres universités», affirme M. Labrie.

Le site internet de la future université évoque les quatre grands thèmes explorés par ses futurs programmes.

Les quatre programmes «originaux» de l’Université de l’Ontario français seront donc offerts aussi au niveau de la maîtrise et du doctorat, révèle-t-il.

Il ajoute qu’un Certificat en pédagogie postsecondaire francophone est aussi dans les plans. «Généralement, il y a des diplômés de doctorat qui veulent enseigner, mais ils ne l’ont souvent jamais fait. On veut leur donner les outils pour enseigner au postsecondaire en français», explique M. Labrie, qui affirme que les retombées de ce programme pourraient profiter à toute institution postsecondaire ontarienne qui offre des cours en français.

Une soixantaine d’experts provenant d’universités de partout au pays collaborent au développement de l’offre de programmes et de cours de la future université, révèle Normand Labrie.

 

Un échéancier très serré

L’échéancier pour l’ouverture de l’Université de l’Ontario français en 2020 sera-t-il respecté? Ça dépend en grand partie de la Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire de l’Ontario. Tant que ses programmes n’ont pas été approuvés, le futur établissement ne peut pas les promouvoir auprès des étudiants. Même si c’est maintenant qu’il faudrait commencer à le faire.

«Les étudiants pensent à leur avenir en onzième année; en douzième année, c’est souvent trop tard», explique Normand Labrie. Pour parler à cette éventuelle première cohorte dès maintenant, l’Université de l’Ontario français fera très bientôt la tournée des salons universitaires et parlera au moins de son projet de manière générale.  «On travaille à bâtir un kiosque, il sera prêt dans les prochaines semaines pour aller dans les foires. On pourra faire la promotion de l’université, mais pas des programmes», dit-il.

Le souhait des dirigeants de l’Université de l’Ontario français est d’avoir une approbation finale pour les programmes au printemps prochain.

«C’est long, ça prend plusieurs mois. La Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire doit bâtir un comité, effectuer une visite sur le site en janvier, faire un rapport, prendre une décision. On leur a demandé d’accélérer le processus. On aimerait que ça soit approuvé en avril ou mai pour ensuite pouvoir faire la promotion des programmes», souligne M. Labrie. Et si cette date butoir n’est pas respectée? «S’il y avait un retard, ça pourrait reporter d’un an. Si on rate le bateau dans le cycle d’admission, ça pourrait repousser d’un an l’ouverture», confirme-t-il.

 

Un objectif de 300 étudiants au départ

En 2020, l’Université de l’Ontario français vise une cohorte de 300 étudiants. Au départ, la quasi-totalité des étudiants devraient être Franco-Ontariens ou ayant étudié en français dans la province. Mais la part d’étudiants francophones étrangers va grimper d’année en année.

«Dans les projections originales, la première année, on s’était dit qu’on n’aurait aucun étudiant international, puis 10 % les années suivantes. Mais la proportion sera plus forte que ce qu’on aura prévu. Il y aura une majorité d’étudiants de l’Ontario français», insiste M. Labrie.

Après dix ans, l’établissement universitaire devrait compter 2 000 étudiants sur son campus.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.