#Francophonie, #Ontario, #Opinion

Université de l’Ontario français: place au vif du sujet

La nouvelle présidente du comité technique de mise en oeuvre de la future Université de l'Ontario français, Dyane Adam.Crédit image: Jackson Ho

[ANALYSE]

TORONTO – Il faudra désormais s’habituer à ce nom: l’Université de l’Ontario français. L’institution de langue française qui ouvrira ses portes à Toronto, probablement vers 2020, répondra à cette appellation.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Pour cette mention, Il fallait effectivement se pencher sur le vaste projet de loi «omnibus» dévoilé la semaine dernière à Queen’s Park. Une chose certaine tout de même: l’Université de l’Ontario français parait maintenant une formalité devant les chances très réduites que le projet ne meurt au feuilleton.

Une fois passé le vote final, l’Université de l’Ontario français connaîtra un comité de mise en œuvre, le tout vraisemblablement de nouveau sous la houlette de Dyane Adam. La dernière étape en somme avec le conseil des gouverneurs.

Cette succession de comités pour une université qui n’existe pas encore peut paraître laborieuse et suspecte. En réalité, le précédent comité de planification dont le rapport final a été rendu fin août avait pour mission la conceptualisation de l’édifice. Celui-ci sera beaucoup plus concret et tourné vers les opérations. On rentre directement dans le vif du sujet… et aussi les défis propres au démarrage.

 

Emplacement, étudiants et recrutement de professeurs

Les premières années seront mêmes cruciales pour l’établissement. Car il ne suffira pas d’ouvrir les portes d’un bâtiment orné d’un drapeau franco-ontarien en 2020. Encore faut-il que cette ouverture génère un intérêt.

Le lieu d’établissement est le premier enjeu. On vise le centre-ville de Toronto, semblait dire Mme Adam en entrevue pour #ONfr. Les rumeurs pour le projet «Waterfront Innovation Center» le long du lac Ontario vont bon train. Mais rien encore de confirmé.

Si la nomination d’acteurs sur les conseils des gouverneurs ne devrait pas poser de problèmes, il faudra tout de même penser à l’embauche de professeurs. D’autant qu’une centaine est escomptée pour 2028. Qui seront ces professeurs? Comment attirer ces pépites dans la Ville reine? Voilà les questions auxquelles devront répondre les membres du comité de mise en œuvre.

La question sera grosso modo la même pour attirer les étudiants. Pour les jeunes de la région du Centre-Sud-Ouest, l’enjeu des distances sera bel et bien présent. Sans compter que les prix des loyers à Toronto peuvent en freiner plus d’un. Pour capter l’intérêt d’éventuelles recrues, un plan de séduction au-delà des frontières ontariennes s’impose.

Il faudra surveiller par ailleurs la composition de ce comité de mise en œuvre. Il y a fort à parier que les conseils scolaires ou encore les représentants des mouvements étudiants voudront avoir leur mot à dire. À la différence du premier comité, le gouvernement devra cette fois-ci veiller à une meilleure représentation.

 

Un terme «historique» très galvaudé

Rien n’est donc encore fait, et en ce sens, le terme «historique» répété à foison par le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin, et Marie-France Lalonde, reste très galvaudé.

Pour la ministre des Affaires francophones, le dépôt du rapport Adam il y a deux mois en arrière, était déjà «historique». C’est oublier que de cet établissement, les futurs livres d’histoire ne retiendront que l’aspect le plus concret: la date de l’ouverture.

On a retenu 1986 avec la Loi sur les services en français, puis 1997 avec la création des conseils scolaires. Espérons que 2020 puisse maintenant servir de référence pour les prochaines générations de Franco-Ontariens.

 

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit du 20 novembre.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.