Passer au contenu Passer au pied de page

UOF : les programmes finalement autorisés par le gouvernement

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – À trois mois de la date butoir pour s’inscrire à un programme universitaire en Ontario, le ministère des Collèges et Universités a finalement autorisé les programmes de l’Université de l’Ontario français (UOF). Une course contre la montre est lancée pour recruter 200 élèves franco-ontariens qui feront partie de la première cohorte de la nouvelle institution, en septembre 2021.

Le 24 septembre, la veille de la Journée des Franco-Ontariens, le gouvernement Ford devait annoncer en grande pompe les programmes autorisés pour la future université de l’Ontario français. La cerise sur le sundae d’une semaine ponctuée d’événements politiques dans le but de redorer le blason du gouvernement Ford en matière de francophonie.

Mais à la dernière minute, l’annonce a été annulée pour des raisons toujours obscures. Pourtant, déjà en mai, la Commission d’évaluation de la qualité de l’Éducation postsecondaire (PEQAB) avait tranché : les programmes de l’UOF répondent à tous les standards d’excellence de la province, affirmait-elle dans son rapport d’évaluation.

Le silence gouvernemental a pris fin, mercredi matin. Dans quatre missives envoyées aux dirigeants de l’Université de l’Ontario français, le ministère des Collèges et Universités « consent aux quatre programmes de premier cycle » de la nouvelle institution postsecondaire entièrement francophone.

Les lettres sont signées par le ministre Ross Romano, ainsi qu’Ivonne Mellozzi, directrice de la responsabilisation du secteur postsecondaire. Les programmes Études des cultures numériques, Études de l’économie et de l’innovation sociale, Études des environnements urbains et Études de la pluralité humaine pourront donc être enseignés en septembre 2021.

Les documents révèlent aussi les frais de scolarité qu’un étudiant devra débourser pour étudier à l’UOF  : 6 100 $/année. En 2019-2020, les frais de scolarité à l’Université York et de son campus bilingue de Glendon sont de 6 118 $/an. À l’Université d’Ottawa de 6 088 $. À l’Université de Toronto, il en coûte entre 6 100 $ et 11 420 $ par année, selon les programmes.

La machine peut partir

À l’autre bout du téléphone, la voix du recteur de l’UOF trahit un mélange de soulagement et de nervosité. « On l’a ! On peut aller de l’avant. Ça va être intense : trois mois pour recruter 200 étudiants ! Mais ça se fait et on est persuadé qu’on peut y arriver. On va mettre tous les efforts », lance André Roy.

En temps normal, une université commence à courtiser les jeunes du secondaire jusqu’à deux ans avant le moment prévu de leur inscription, au plus tard le 15 janvier de chaque année. Les universités les invitent à des visites de leur campus, les couvrent de cadeaux et leur font miroiter des bourses de toutes sortes. L’UOF n’a rien pu faire de cela au cours des derniers mois n’ayant pas eu l’autorisation gouvernementale.

Le premier recteur de l’Université de l’Ontario français, André Roy. Source : Site internet de l’Université Concordia

« Là, on a mis en ligne un nouveau site web. La semaine prochaine, on va dévoiler notre programme de bourses. Nous allons mener différentes actions auprès des jeunes dès les prochains jours », confirme André Roy. « On organise notamment des petites séances avec des influenceurs de différentes écoles. Nous espérons que ces leaders des écoles secondaires vont embrasser la cause et motiver leurs pairs », révèle-t-il.

François Bleytou a été nommé directeur du recrutement. Il était auparavant responsable du recrutement des étudiants internationaux avec le Collège Glendon.

Quatre postes de responsables de programmes ont été affichés ces derniers jours, d’autres s’ajouteront pour compléter le corps enseignant d’ici quelques mois. À la rentrée, l’UOF devrait compter une dizaine de professeurs à temps plein, en plus d’une dizaine d’autres professeurs associés.

« On est aligné pour septembre 2021. C’est sûr qu’on va avoir des cours. Quelle sera la proportion de cours présentiels ? C’est à voir, mais nous allons lancer nos activités en septembre 2021 », dit André Roy, sans détour.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+