Passer au contenu Passer au pied de page

Vote de grève : un oui massif des enseignants francophones

Temps de lecture : 2 minutes

TORONTO – C’est un oui sans ambiguïté que les enseignants ont adressé au conseil d’administration de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO). 97 % se sont prononcés en faveur d’un mandat de grève, lors d’une vaste consultation entamée mercredi.

Ce vote intervient alors que le syndicat – qui représente les 12 000 enseignants des conseils scolaires de langue française – n’est toujours pas parvenu à sceller une entente avec le gouvernement sur le renouvellement des contrats de ses membres, échus depuis août dernier.

Entrée dans le processus de négociations collectives début septembre, l’AEFO éprouve les mêmes difficultés que ses homologues anglophones, qui ont tous obtenu un mandat de grève.

Rémi Sabourin, président de l’AEFO. Archives ONFR+

Salaires, conditions de travail, taille des classes, cours en ligne… Les points d’achoppement avec le ministère de l’Éducation et le Conseil des associations d’employeurs (CAE), représentant les 12 conseils scolaires de langue française, semblent difficilement conciliables.

« Ce vote retentissant en faveur du oui démontre, hors de tout doute, que les enseignants franco-ontariens ont l’intention de repousser les offensives du gouvernement conservateur et celles du CAE, qui, entre autres, s’attaquent à leurs acquis et cherchent à leur retirer des droits », a déclaré par voie de communiqué Rémi Sabourin, président de l’AEFO.

« En position de force à la table de négociation »

« Ce résultat de 97 % nous place dans une position de force à la table de négociation pour défendre les droits et les conditions de travail de nos membres », juge-t-il, « Nous ne luttons pas seulement pour nos droits, nous avons aussi des revendications qui touchent directement l’apprentissage des élèves », ajoute-t-il, sceptique sur l’obligation de devoir suivre deux cours en ligne pour l’obtention du diplôme d’études secondaires.

« Il est clair que pour le gouvernement, c’est une question d’argent », poursuit le leader syndical, « mais réduire le choix des cours offerts à nos élèves, les forcer à suivre des cours en ligne et supprimer des postes n’est vraiment pas la solution. Le gouvernement et, à notre grande consternation, le CAE semblent se désintéresser des répercussions que cela aurait sur l’apprentissage des élèves. Nos membres, nos élèves, notre système d’éducation méritent mieux que cela. »

« Notre gouvernement s’est montré raisonnable »

La réaction du ministre de l’Éducation ne s’est pas faite attendre. Stephen Lecce s’est dit « déçu que l’AEFO ait décidé d’employer d’autres moyens de pression qui la rapprochent de la grève, ce qui pourrait entraîner une perturbation pour les élèves et leurs parents. »

« Notre gouvernement s’est montré raisonnable et professionnel à la table de négociation », estime-t-il. « Les élèves sont notre priorité et nous voulons qu’ils restent en classe. Mon équipe est prête à continuer les négociations, en ayant pour objectif de conclure une entente qui donnera la priorité aux élèves et qui offrira aux parents la prévisibilité qu’ils méritent. »

Ce vote ne signifie pas automatiquement qu’une grève des enseignants aura lieu, mais il donne plein mandat à leurs représentants pour y recourir, au terme d’un préavis de cinq jours, si les négociations continuent de faire du surplace.

Les négociations collectives se poursuivront en janvier.

2+

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+