#Francophonie, #Ontario

Watson ignore toujours le caractère «officiellement» bilingue d’Ottawa

Le maire d’Ottawa, Jim Watson. Gracieuseté

OTTAWA – Les années se suivent et se ressemblent pour le Rendez-vous francophone du maire d’Ottawa. Vendredi matin, Jim Watson s’est de nouveau félicité des services offerts à la Ville en français… sans mentionner le statut bilingue d’Ottawa, enchâssé officiellement par une loi provinciale en décembre dernier.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

45 minutes d’activité de réseautage, et 45 minutes de différentes allocutions montre en main, le 12e Rendez-vous francophone du maire n’a pas dérogé à la règle. Comme chaque année, Jim Watson a fait l’éloge des bons coups en matière de francophonie.

«La ville reconnaît l’importance de la communauté francophone, fière de son caractère bilingue et de sa politique de bilinguisme (…) Les services en français s’améliorent d’année en année. Nous avons vu une hausse de 26 % des programmes offerts en français par le Service des loisirs, de la culture, et de la vie communautaire, et l’augmentation des inscriptions des camps d’été en français a été de 14 %.»

Jim Watson lors de son discours, vendredi 23 mars. Archives #ONfr

 

Nathalie Des Rosiers «surprise»

L’oubli de Jim Watson du nouveau statut juridique d’Ottawa a-t-il vraiment fait sourciller? «J’ai été un peu surprise qu’il n’en fasse pas référence», tranche pour #ONfr la députée Nathalie Des Rosiers, considérée comme l’instigatrice du projet de loi, avant de se faire tout à coup plus hésitante et prudente dans sa réponse. «C’est reconnu dans la loi constitutive de la Ville d’Ottawa. Je pense que c’était normal de le (bilinguisme) reconnaître officiellement par une loi.»

Du côté de l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO Ottawa), on reconnaît plus franchement l’oubli du premier magistrat. «C’est une déception de n’avoir pas retrouvé le caractère officiellement bilingue dans son discours», lance sa présidente Soukaina Boutiyeb. «C’est une occasion de plus de manquer.»

La présidente de l’ACFO Ottawa, Soukaina Boutiyeb. Archives #ONfr

Dans son discours de plus d’une heure sur l’état de la ville le 31 janvier, le maire d’Ottawa n’avait déjà pas fait référence à la désignation bilingue d’Ottawa.

La désignation officielle de la municipalité comme bilingue par la province, le 14 décembre dernier (Loi 177), n’a pas non plus été mentionnée par un quelconque communiqué de presse.

 

Volonté d’offre active pour l’ACFO Ottawa

L’ACFO Ottawa a pourtant repris des rencontres régulières avec Jim Watson. Un exercice instauré en 2013 entre l’organisme porte-parole des francophones d’Ottawa et le premier magistrat, lequel avait été abandonné dans un premiers temps.

«On veut s’assurer que les droits et les services soient respectés, notamment sur le dossier de l’offre active. Il faut vraiment s’assurer que le service soit là.»

Comme lors des années précédentes, la municipalité a profité du Rendez-vous francophone pour valoriser une initiative. Après le 10e anniversaire du Muséoparc Vanier en 2016, ou encore la conclusion des travaux de la Nouvelle Scène l’an passé, l’édition 2018 a fait la part belle au mouvement scout francophone.

Manifestement pris par le temps après l’événement, Jim Watson n’était pas disponible pour préciser à #ONfr ses engagements pour le bilinguisme à Ottawa.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Ottawa bilingue: l’absence de promotion de la Ville depuis la loi

La désignation bilingue d’Ottawa non mentionnée par Watson

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.