#Francophonie, #Ontario

Avant de quitter, François Boileau dévoilera un ultime rapport

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau. Crédit image: Patrick Imbeau

TORONTO – Les jours sont comptés pour François Boileau à titre de commissaire aux services en français de l’Ontario. Chaque jour le rapproche de son départ forcé le 30 avril prochain. Avant de tirer sa révérence, il déposera un dernier rapport, où il prodiguera ses derniers conseils au gouvernement Ford.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Je quitte en avril, mais je compte déposer un dernier rapport d’abord», lance François Boileau. «Je vais rester direct, comme je l’ai toujours été. Pour moi, l’important est de parler des faits. Si ça écorche du monde, c’est autre chose. Bien sûr, on va parler de la suppression du Commissariat [aux services en français]», renchérit-il, dans un entretien avec #ONfr.

Le chien de garde des Franco-Ontariens des dix dernières années considère qu’il a le devoir de proposer le chemin à suivre pour la suite. «Je vais expliquer comment je vois les différents dossiers et comment je crois que ça doit continuer», fait-il savoir.

Le commissaire aux services en français, François Boileau, devant la presse à Queen’s Park, en 2015. Archives #ONfr

Depuis son arrivée en 2007, les dossiers qui ont atterri sur son bureau sont nombreux. Ses recommandations ont touché de nombreux sujets, notamment la refonte de la Loi sur les services en français, l’accès à la justice et l’éducation en français, mais aussi l’avenir des médias francophones.

Ce dernier rapport ne sera pas un bilan, mais plutôt une occasion pour lui de se projeter vers l’avenir, insiste-t-il. «C’est un exercice aussi pour convaincre l’ombudsman de prendre ces dossiers», explique-t-il.

Une portion sera aussi consacrée aux études post-secondaires en français. «Dire pourquoi on a besoin d’une université en Ontario français», lâche-t-il.

 

Des plaintes nombreuses

Le Commissariat aux services en français de l’Ontario accepte encore les plaintes des citoyens. En fait, il n’y aura pas de bris de service en cette matière, promet François Boileau.

«C’est encore important que les gens utilisent cet outil. Le processus de plaintes continue, même sous l’ombudsman», insiste-t-il. Lorsque la Loi sur les services en français n’est pas respectée, les francophones de l’Ontario et leurs alliés ont le devoir de se plaindre, selon le commissaire.

Les manifestations franco-ontariennes du 1er décembre, ici devant les bureaux du député de Thunder Bay-Superior North, Michael Gravelle. Archives #ONfr

D’ailleurs, la crise linguistique a montré la pertinence de cette option, selon lui. «Nous avons eu une recrudescence des plaintes en décembre», révèle-t-il. Les plaintes sont nombreuses et ne touchent pas seulement les récentes coupes francophones, ce qui prouve qu’il reste bien du chemin à faire, selon le commissaire Boileau.

Si son équipe est toujours attelée à la tâche pour les traiter, son bureau ne s’est pas penché sur celles qui le concernent. «J’ai choisi de ne pas enquêter sur les coupes concernant le Commissariat aux services en français. Ma réponse sera dans mon rapport annuel», dit-il simplement.

 

Une transition qui débute

Le 30 avril, l’intégration du Commissariat aux services en français au sein du bureau de l’ombudsman de l’Ontario ne sera assurément pas complétée, selon François Boileau. Les discussions entourant cette transition ne sont pas encore commencées. Elles débuteront d’ici les prochaines semaines.

«C’est impossible. Il n’y aura pas une intégration complète de notre base de données au 30 avril. Ça n’arrivera pas. Ça va être continu. Que va-t-il arriver avec notre site web? Notre matériel de promotion? On ne sait pas encore», affirme François Boileau.

Lors de l’annonce de la disparition du Commissariat aux services en français, la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, affirmait que les coûts administratifs avaient explosé au cours des dernières années. L’intégration du Commissariat au sein du bureau de l’ombudsman permettrait des économies. Un déménagement est-il en vue?

«C’est à Paul Dubé de répondre, mais je serais très surpris qu’il fasse des changements dramatiques. Il n’a pas de place dans son bureau. Pour la prochaine année, je pense qu’il va demander un statu quo au niveau du budget et prendre le temps d’analyser les impacts», lance François Boileau.

Relativement serein, il dit que l’avenir de son équipe demeure sa principale préoccupation. Il dit se réjouir de voir son personnel suivre son chemin au sein du bureau de l’ombudsman.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

François Boileau, à cœur ouvert dans la tempête

Doug Ford se débarrasse de Boileau et du Commissariat aux services en français

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.