Passer au contenu Passer au pied de page

Bond de 10 % du nombre de Français en Ontario

TORONTO – Des centaines de Français de plus ont décidé de venir s’établir en Ontario au cours des derniers mois, selon les nouveaux chiffres des autorités consulaires françaises. En un an, 1 411 nouveaux Français ont signifié leur présence en Ontario, ainsi qu’au Manitoba. Une augmentation importante, mais qui sous-estimerait encore l’attrait de la province auprès des jeunes Français. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«En une année, c’est une augmentation de 10,5 %. C’est important, car lorsqu’on regarde le type d’augmentation ailleurs pour les Français à l’étranger, ce n’est pas ce chiffre-là. C’est davantage de l’ordre de 2 % ou 4 % par année», révèle Marc Trouyet, le consul de France à Toronto. «Il y a une vraie attractivité de l’Ontario. Je le constate, il y a de plus en plus de gens qui arrivent. D’autres institutions comme le Lycée français et des acteurs économiques nous le confirment», confie-t-il avec enthousiasme, à l’occasion d’un entretien avec #ONfr.

Il y a désormais 13 386 Français en Ontario et au Manitoba inscrits au Registre des Français établis hors de France, selon les données du 31 décembre 2018. Quelque 65 % sont établis dans le Grand Toronto, 20 % dans la région d’Ottawa, le reste s’éparpillent un peu partout sur le territoire avec des grappes relativement importantes à London et à Waterloo. Au Manitoba, il y a environ 400 inscrits.

Que recherchent tous ces Français qui arrivent en sol ontarien? «L’opportunité de travailler dans un environnement anglophone. Et francophone, aussi. On s’aperçoit que plus d’un tiers des nouveaux arrivants ont entre 26 et 35 ans. Cette catégorie d’âge est surreprésentée. Les gens qui viennent ici sont des jeunes actifs, qui viennent pour avoir une expérience professionnelle valorisante», croit Marc Trouyet.

Le consul de France à Toronto, Marc Trouyet. Archives #ONfr

Il faut dire qu’il y a une explosion du nombre de Français faisant une demande pour venir au Canada dans le cadre du programme Voyage/Travail (les fameux «PVT»). Si le Québec était auparavant l’unique destination de ces jeunes professionnels, les chosent changent. «Là, on est en train de voir qu’un bon nombre d’entre eux viennent directement en Ontario», affirme le consul.

Et bon nombre de «PVTistes» ne seraient même pas enregistrés auprès des autorités consulaires. Le nombre de Français en Ontario serait donc sous-estimé, affirme Marc Trouyet. «L’augmentation rapportée n’est que la face cachée de l’iceberg. Nous savons que dans un pays développé comme le Canada, les Français expatriés ne ressentent pas toujours le besoin de s’inscrire, car il n’y a pas de menaces de sécurité», explique-t-il.

Il reste que le consul invite ces non-inscrits à le faire, ce sera à leur avantage, dit-il. «Quand on connaît les Français, on adapte nos services», précise Marc Trouyet.

Autre piste d’explication pour cette hausse: l’arrivée de nouvelles entreprises françaises en sol ontarien. «Longtemps, les Français ont considéré le Canada à travers le Québec, mais doucement, et c’est en train de s’ancrer, ils prennent conscience que le marché canadien est plus complexe et qu’il faut prendre en compte les différences provinciales», souligne Marc Trouyet.

 

Le rêve canadien… ou pas

Yassine Ramdane, 24 ans, est l’un de ces Français qui a décidé de tout laisser derrière lui pour vivre au Canada. Au moins pour un temps. «Je suis arrivé le 3 décembre, après avoir terminé mes études», raconte celui qui détient une maîtrise en Affaires et négociations internationales.

Yassine Ramdane vient d’arriver au Canada pour effectuer un PVT. Gracieuseté, Yassine Ramdane

«En arrivant à Toronto, je me suis dépêché de trouver un travail afin de payer les premières factures. J’ai donc trouvé un poste de service à la clientèle bilingue», ajoute-t-il. Son emploi actuel constitue une «première expérience canadienne», mais à terme, il souhaite décrocher un poste en gestion de projet dans le domaine du numérique.

Il a choisi Toronto pour améliorer son anglais, mais aussi pour l’aspect multiculturel de la Ville reine. «Une ville ouverte sur le monde», dit Yassine. Ses motivations sont nombreuses.

«Je vois ce PVT comme une opportunité de découvrir de nombreuses professions, de nouveaux secteurs. D’avoir une idée plus claire en rentrant en France de ce dans quoi je veux m’investir. Il n’a jamais été question de fuir la France, mais plutôt de voyager afin de découvrir de nouveaux horizons et d’ouvrir mon esprit», explique-t-il.

Certains vivent cependant leur aventure canadienne plus difficilement. «Il manque de francophones à Toronto pour de nombreux postes. Ici, contrairement à Montréal, de parler français est un atout. Mais ce qu’on nous vend en France n’est pas tout à fait vrai. On nous fait croire qu’on est attendu et qu’on va nous dérouler le tapis rouge. Mais on ne nous attend pas du tout», explique Jasmine, qui préfère conserver l’anonymat.

Malgré ses diplômes et sa riche expérience professionnelle, elle a dû se résigner à un poste en centre d’appels. À contre-cœur, dans son cas. «Ce qui est très frustrant, c’est que même avec des masters, il faut recommencer à zéro en arrivant ici. Il faut accepter de repartir pour gravir les échelons, tranquillement. Certains doivent devenir serveurs ou travailler dans des restaurants de malbouffe. Par contre, au moins au Canada, contrairement à la France, c’est possible de gravir les échelons», ajoute-t-elle.

La France doit-elle s’attrister de ces départs temporaires ou passagers de certains de ses jeunes cerveaux? «Les Français de l’étranger sont une richesse pour la France, les pays qui ont une grande diaspora ont un dialogue avec les sociétés. Ce dialogue se matérialise dans plein de dimensions, autant économique, universitaire qu’humaine. Le fait d’avoir des Français à l’étranger fait mieux connaître la France», réplique-t-il.

«C’est un monde libre, ouvert et compétitif. Il y a des Français qui partent et d’autres qui reviennent. La France attire aussi des talents étrangers, ça va dans les deux sens», lance-t-il.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+