#Francophonie, #Ontario

Caroline Mulroney entame sa tournée des entrepreneurs francophones

Caroline Mulroney lors de la journée des Franco-Ontariens, le 25 septembre. Crédit image: Jackson Ho

TORONTO – Caroline Mulroney profitera du congé parlementaire pour débuter une tournée des entrepreneurs francophones et bilingues de l’Ontario, a appris #ONfr. La nouvelle ministre déléguée aux Affaires francophones parlera des défis qu’ils rencontrent en matière de recrutement, mais aussi… de bureaucratie et de fardeau administratif.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Sans tambour, ni trompette, Caroline Mulroney se prépare à une tournée express d’acteurs économiques du monde francophone, au cours des prochains jours. Les invitations à plusieurs chambres de commerces et entrepreneurs ont été envoyées, la semaine dernière.

Des arrêts sont au moins prévus cette semaine dans le Nord et l’Est de la province. La consultation se fera en trois parties. Il sera question des obstacles qui nuisent au développement des entreprises francophones, des formalités administratives qui nuisent aux compagnies et, finalement, du recrutement de la main d’œuvre, selon des informations qui se trouvent sur l’invitation envoyée par le gouvernement.

La portion qui concerne la bureaucratie en Ontario est alignée avec les lignes de communication du gouvernement de Doug Ford, depuis son élection.

Il a été passablement difficile d’obtenir des informations sur la tournée de la part du bureau de la ministre Caroline Mulroney. Après plusieurs efforts, il a été confirmé que des tables rondes auraient bel et bien lieu, sans préciser où, et que l’objectif serait de «faire croître l’économie de la province et stimuler la création d’emplois» chez les entrepreneurs francophones et les entreprises qui évoluent en français.

La ministre Caroline Mulroney au parlement ontarien est levée et parle
Caroline Mulroney, lors de la période de questions du 25 septembre. Crédit image: Assemblée législative de l’Ontario

Lors de la Journée des Franco-Ontariens, le 25 septembre dernier, Mme Mulroney a expliqué brièvement sa démarche. Pendant la période de questions à Queen’s Park, elle a affirmé que des freins demeuraient en matière de création d’emplois chez les francophones. Il existe un potentiel inexploité, a ajouté la ministre.

 

Des acteurs francophones satisfaits d’être entendus

La présidente de la chambre de commerce de Prescott-Russell, Julie Brisson, a reçu une invitation pour participer à l’une des tables rondes, qui se tiendra à Embrun, cette semaine.

«On est très heureux de voir que la ministre Mulroney s’intéresse aux entreprises francophones de partout en province. L’Est ontarien compte plusieurs entreprises francophones. On espère que les entrepreneurs vont participer en grand nombre», confie-t-elle.

La ville d’Embrun, située dans l’Est ontarien, comprend un important nombre de francophones. Source Wikipédia

Elle affirme que les entrepreneurs membres de son réseau auront beaucoup à dire à la ministre déléguée aux Affaires francophones. «L’appui aux entrepreneurs ne se fait pas toujours en français, c’est un combat qui est toujours très actuel. À tous les niveaux, il y a des défis, qu’on parle de recrutement d’employés bilingues qualifiés ou des services gouvernementaux en français qui ne sont pas toujours là», affirme Mme Brisson. «Et disons-le: c’est très rare qu’on invite les entrepreneurs à s’exprimer, et en français en plus!», ajoute-t-elle.

La tournée des entrepreneurs francophones et bilingues n’a pas d’arrêt prévu à Toronto pour l’instant, mais ça devrait s’ajouter au courant de l’automne, selon une source informée du dossier.

Léonie Tchatat, directrice générale de La Passerelle-I.D.É., espère participer aux discussions torontoises. Elle compte partager un message très direct au gouvernement. «Les entrepreneurs francophones contribuent à la prospérité de l’Ontario. Ils apportent des nouvelles compétences et créent de l’emploi pour les communautés. Ils ont besoin de plus de soutien du gouvernement. Les défis sont nombreux pour les petites et moyennes entreprises. Il faut un meilleur accès au crédit et plus de réseautage francophone», affirme-t-elle.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.