#Francophonie, #Ontario

L’été franco-ontarien de Caroline Mulroney

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, et la Procureure générale de l'Ontario et ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney Crédit image: Jackson Ho, #ONfr

TORONTO – Au cours de l’été, Caroline Mulroney s’est imposée comme l’un des piliers du cabinet de Doug Ford. Bon nombre de dossiers brûlants ont atterri dans la cour de la procureure générale, qu’il s’agisse de la vente du cannabis, du combat juridique de la province contre la taxe du carbone ou celui pour réduire la taille du conseil municipal de Toronto. Mais qu’en est-il des enjeux francophones, dont elle a la responsabilité à titre de ministre déléguée aux Affaires francophones? Grâce aux témoignages d’une dizaine de proches et acteurs franco-ontariens, récit d’un été légèrement teinté par la francophonie ontarienne. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Les cartables étaient prêts. Les notes de breffage rédigées avec soin par la poignée de fonctionnaires de l’Office des affaires francophones aussi. Chaque dossier important de la francophonie ontarienne résumé, simplifié. Les options également qui s’offrent à elle pour chacun d’eux et les coûts financiers et politiques éventuels. Caroline Mulroney était attendue.

«Charismatique», «réfléchie», «compétente», «intéressée»: les qualificatifs ne manquent pas lorsque vient le temps, pour nos différentes sources, de décrire la nouvelle ministre, même si sa connaissance des dossiers franco-ontariens est «très faible», s’entendent plusieurs intervenants. Caroline Mulroney ferait cependant preuve d’écoute et d’intérêt pour les enjeux qui lui sont présentés.

La Procureure générale de l’Ontario et ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney Crédit image: Jackson Ho, #ONfr

Puis, d’un «véritable leadership», ajoute un autre. Pour preuve, il cite la «question plantée» du caucus conservateur en chambre le 14 août où Caroline Mulroney a répondu en français à une question sur le cannabis, posée par l’un de ses collègues, aussi en français . Il faut dire que la veille, Caroline Mulroney avait «oublié» d’exposer dans la langue de Molière les tenants et aboutissants de son plan en matière de commercialisation de la marijuana.

Deux fois, elle a rencontré le commissaire aux services en français, François Boileau, en l’espace de quelques semaines. Une autre fois, le rendez-vous était téléphonique et a duré près d’une heure. À la mi-juillet, le «chien de garde des Franco-Ontariens» l’a invité à dévoiler ses couleurs sur l’Université de l’Ontario français. La semaine suivante, elle envoyait un communiqué confirmant que le projet irait de l’avant.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a pu obtenir un rendez-vous avec Caroline Mulroney. Le travail en coulisse du lobbyiste Stewart Kiff, reconnu comme proche des milieux conservateurs, y a été pour quelque chose. Qualifiée de «cordiale» publiquement, la rencontre a été une occasion d’informer Caroline Mulroney sur les enjeux prioritaires dans la francophonie.

D’autres n’ont pas eu cette chance. En fait, plusieurs groupes francophones constatent une froideur de l’appareil gouvernemental à leur endroit. «On pose des questions et l’Office des Affaires francophones est distant. Il n’ont rien à nous dire avec le gel des subventions et ça se sent», indique un intervenant.

Même si le Québec est un partenaire d’affaire clé de l’Ontario, sa nouvelle déléguée générale n’a toujours pas eu la chance de rencontrer un élu du gouvernement Ford, encore moins le premier ministre.

Des acteurs franco-ontariens sont à revoir leur stratégie. «On va se positionner pour vendre la francophonie d’un point de vue commercial. Il faut repenser notre approche avec ce gouvernement qui a des priorités bien différentes des libéraux», souligne une source.

Le mardi 11 septembre, Caroline Mulroney a visité trois organismes franco-ontariens: La Passerelle-I.D.É., le Centre francophone de Toronto et TFO. Dans les trois cas, elle se serait encore une fois montrée à l’écoute, sans jamais laisser entrevoir ses intentions pour la suite ou prendre un engagement financier à l’endroit des trois organismes.

En français, Caroline Mulroney n’accordera que trois entrevues pendant l’été: l’une à l’émission 24/60 de RDI, une autre à la radio privée de Sudbury Le Loup et finalement, au quotidien Le Droit. Dans cette dernière, elle réitère encore une fois son amour pour le fait français, sans en dire véritablement plus sur ses intentions. Plusieurs autres demandes d’entrevues de médias francophones seront ignorées au fil de l’été, selon les informations obtenues par #ONfr.

 

Un chantier en coulisses

Au cours de l’été, la ministre Mulroney a bâti son équipe. À sa porte-parole, Jessica Trépanier, se sont ajoutés Matthew Conway et Jessy Robichaud à titre de conseiller et directeur des communications, respectivement. Ce dernier, un fier acadien, a été rédacteur en chef du journal étudiant de l’Université de Moncton, Le Front, après des études en journalisme. Puis, il a travaillé pour le gouvernement conservateur de David Alward au Nouveau-Brunswick, avant de faire le saut dans une firme de lobbying.

La procureure générale de l’Ontario et ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney Crédit image: Jackson Ho, #ONfr

L’adjointe parlementaire de Caroline Mulroney en matière de francophonie, la députée franco-ontarienne Amanda Simard, est restée loin des projecteurs. Les deux femmes aux profils bien différents doivent apprendre à travailler ensemble, ce qui n’est pas nécessairement une simple affaire, indique une source au fait de leurs travaux.

 

Une crainte pour la suite

Toutes les personnes interrogées pour ce reportage ont une grande inquiétude: que le désintéressement constaté de Doug Ford et de son entourage rapproché pour les dossiers francophones viennent éteindre le dynamisme de Caroline Mulroney. Tous ces intervenants constatent avec déception que Doug Ford ne semble pas avoir la francophonie sur son radar.

Jenni Byrne, l’une des conseillères principales de Doug Ford, a déjà été le bras droit de Stephen Harper. «Elle a vu Harper débuter ses discours en français peu importe où il allait dans le monde, on espère qu’elle va sensibiliser Ford à la cause», indique un observateur intéressé.

Pierre Tessier, directeur général de La Société Économique de l’Ontario (SÉO), n’est pas rassuré. «Les francophones, on n’a vraiment pas eu un signe clair que les conservateurs ont une vision ou une politique pour la francophonie et ça, ça m’inquiète un peu. Oui, il y a l’annonce de l’Université, sans dire combien ils sont prêts à mettre. On a aucune indication», confie M. Tessier. «Je ne m’attends pas à avoir des cadeaux, j’ai une inquiétude pour les prochaines années», ajoute-t-il.

Un autre observateur intéressé partage ces craintes. «Je crois que tout le monde a peur des résultats du grand audit des finances de la province, mené par le gouvernement Ford», confie une intervenante d’un grand organisme francophone.

#ONfr a fait une demande d’entrevue formelle pour discuter des grands enjeux de la francophonie avec Caroline Mulroney. Sa porte-parole, Jessica Trépanier, affirme que c’est chose possible, mais n’a pas fourni une date pour cette rencontre.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.