Passer au contenu Passer au pied de page

Cas dans les écoles : la majorité chez les francophones

Temps de lecture : 2 minutes

Le gouvernement ontarien a publié pour la première fois le portrait du nombre de cas de coronavirus reliés au milieu scolaire ontarien. Sept des 13 écoles ayant un cas dans la province sont francophones. Un seul cas a été rapporté dans chacun de ces établissements, mais déjà des centaines d’élèves ont dû être placés en isolement.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a jusqu’à maintenant eu quatre élèves infectés, ainsi qu’un membre de son personnel. Rien n’indique que ces contaminations sont survenues dans le milieu scolaire. Lundi, ONFR+ rapportait que 193 élèves avaient été placés en isolement, en début de semaine au CECCE.

La santé publique révèle maintenant qu’un membre du personnel de l’École Ronald-Marion du Conseil scolaire Viamonde a contracté le virus. Le conseil n’a pas indiqué si des élèves ou d’autres enseignants avaient dû être isolés. 

Un autre membre du personnel a été touché au Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), selon les nouvelles données. À la différence des autres écoles francophones touchées, toutes élémentaires, il s’agit d’un établissement secondaire et dont l’effectif par salle de classe est limité à 15 élèves : l’École secondaire De La Salle. 

« La sécurité et la santé de notre personnel et de nos élèves, c’est la priorité. Santé publique Ottawa a déjà contacté les gens en contact avec cette personne. Nous ne pouvons pas dire combien de gens ont été mis en isolement, c’est la santé publique qui est responsable de cela », a confirmé à ONFR+, Magali Hureau, porte-parole du CEPEO.

La santé publique d’Ottawa a donné plus de détails sur ce cas : « La situation annoncée aujourd’hui à une école secondaire d’Ottawa concerne un seul membre du personnel, et les contacts étroits de cette personne sont moins de 5 dont aucun n’est étudiant. Nous confirmons qu’il ne s’agit pas d’une éclosion dans l’école, mais bien une contamination communautaire », explique sa porte-parole.

Conseil scolaireÉcoleVilleCas confirmés chez un élèveCas confirmés chez un membre du personnelNombre total de cas
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)École élémentaire catholique Roger-Saint-DenisOttawa011
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)École élémentaire catholique Saint-François-d’AssiseOttawa101
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)École élémentaire catholique Sainte-AnneOttawa101
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)École élémentaire catholique Laurier-CarrièreOttawa101
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)École intermédiaire catholique Franco-OuestOttawa101
Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO)École secondaire publique De La SalleOttawa011
Conseil Scolaire ViamondeÉcole Ronald-MarionPickering011

Aucune école francophone n’a encore dû être fermée. Ces cas actifs ne sont pas non plus considérés comme des éclosions.

Une éclosion scolaire survient lorsqu’il a été déterminé qu’il y a deux cas positifs ayant un lien épidémiologique (un élève en aurait infecté un autre, en classe, par exemple).

Chez les anglophones, six écoles sont touchées, ce sont tous des membres du personnel qui ont contracté le virus.

Il faut dire que certains conseils anglophones ont repoussé leur rentrée, c’est le cas du plus important conseil scolaire au pays, le Toronto District School Board (TDSB). Les écoles secondaires du TDSB n’ouvriront que le 17 septembre. 

Le gouvernement ontarien a aussi publié une liste des cas actifs dans les centres de garde d’enfants et agences agréés. Certains francophones sont touchés : le Centre de l’enfant Aux 4 vents (Ottawa), le Centre des Petits d’Ottawa (2005), le Centre éducatif Cœur des Jeunes Roger-Saint-Denis (Kanata) et le Ballon Rouge (Brantford) ont tous un employé ayant contracté le virus. 

Article écrit en collaboration avec Rudy Chabannes.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !