Passer au contenu Passer au pied de page

Ce qui pourrait changer ce soir pour l’Ontario français

[ANALYSE] 

C’est le grand jour pour les électeurs canadiens. Ce soir, on aura une meilleure idée de la capacité de Justin Trudeau à conserver son poste de premier ministre. Le choix des citoyens pour les 338 circonscriptions canadiennes déterminera l’avenir politique du pays pour les prochaines années.

Du côté des Franco-Ontariens, une dizaine de circonscriptions, particulièrement dans le nord et l’est, seront observées à la loupe. Les francophones constituent par endroit plus de 20 % de l’ensemble des résidents. Une proportion non négligeable.

C’est sans doute du côté du nord de la province qu’il faudra être le plus attentif. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) pourrait y faire quelques gains aux dépens des libéraux. Thunder Bay-Rainy River, Sudbury et même Nickel Belt pourraient redevenir orange. Une prédiction qui, si elle se réalise, permettrait à Stef Paquette, candidat NPD dans Nickel Belt, d’entrer à la Chambre des communes.

Si l’on se fie aux sondages, l’artiste sudburois possède une courte avance sur le député sortant, Marc Serré. Fort d’un capital sympathie important, Stef Paquette bénéficie pour cette campagne de la présence à ses côtés de France Gélinas, la députée provinciale de la même circonscription. Un atout important quand on sait l’aura de l’élue néo-démocrate dans ce comté qui s’étale entre autres sur les municipalités du Grand Sudbury et de Nipissing Ouest.

À Sudbury, Paul Lefebrve, bien que toujours donné gagnant, est menacé par la néo-démocrate Beth Mairs. En cas de défaite, l’Ontario perdrait donc un représentant franco-ontarien à la Chambre des communes.

Les libéraux solides dans la région d’Ottawa

Du côté de la région d’Ottawa, les jeux semblent plus ou moins déjà faits. Les libéraux devraient sans problème conserver Ottawa-Centre, Ottawa-Vanier, Ottawa-Sud, et Orléans, autant de circonscriptions marquées par le fait francophone.

Seul territoire majoritairement francophone en Ontario pour une élection fédérale, Glengarry-Prescott-Russell devrait là-aussi réélire le député libéral sortant, Francis Drouin. Les quelque 70 000 francophones de l’endroit, dont parmi eux beaucoup d’employés de la fonction publique, semblent plus méfiants que jamais à donner leur vote aux conservateurs. Les coupes récentes du premier ministre ontarien, Doug Ford, y sont probablement pour beaucoup.

Absence d’élus francophones issus du parti vainqueur ?

En réalité, les seuls petits changements notables pour les Franco-Ontariens dans l’est viendraient d’Orléans et de Stormont-Dundas-South Glengarry.

La première circonscription devrait tomber aux mains de l’ancienne ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde. Du coté de Stormont-Dundas-South Glengarry, circonscription rurale et conservatrice, on s’oriente sans surprise vers la victoire d’Eric Duncan. Le Franco-Ontarien Guy Lauzon avait choisi de ne pas briguer un sixième mandat. En cas de victoire des troupes d’Andrew Scheer ce soir, il pourrait n’y avoir donc plus de députés franco-ontariens au sein du parti au pouvoir.

Enfin, si les changements seront somme toute assez mineurs pour les Franco-Ontariens, c’est aussi parce que la carte électorale ne sera guère modifiée en Ontario. Toujours selon les coups de sonde, seules dix à 15 circonscriptions connaîtront une alternance politique. Dans une province qui envoie 121 députés à la Chambre des communes, c’est peu.

À titre de comparaison, une trentaine de circonscriptions pourraient changer de couleur au Québec. La Belle Province compte elle 78 députés.

Reste une réalité : que le chef du Canada soit Andrew Scheer ou Justin Trudeau, les décisions les plus importantes pour les Franco-Ontariens se prendront encore à Queen’s Park. Après ce soir, il faudra toujours compter sur Doug Ford.

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit du 21 octobre.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+