Passer au contenu Passer au pied de page
L'emplacement où serait construit le nouveau Centre culturel La Ronde, à Timmins.Crédit image: Benjamin Vachet

Centre Culturel La Ronde : objectif avril 2021 pour la première pelletée de terre

Temps de lecture : 3 minutes

TIMMINSUn peu plus de trois ans après avoir dû démolir son bâtiment en raison d’un incendie criminel en 2015, le Centre culturel La Ronde a lancé sa campagne de financement ayant pour but de récolter 6,5 millions de dollars. L’organisme espère ainsi pouvoir faire sa première pelletée de terre en avril 2021.

Le centre possède actuellement près de 3,5 millions de dollars et espère aller chercher des subventions gouvernementales et entre 500 000 et 700 000 $ en dons de la communauté pour pouvoir atteindre son objectif.

Plus petit que l’ancien édifice, le bâtiment envisagé fera 1 000 mètres carrés et disposera d’une salle de spectacle d’une capacité de 300 personnes, deux pièces d’ateliers au lieu de trois et d’un plus grand stationnement.

Pour ce faire, une première journée de campagne avec plusieurs activités culturelles, dont des spectacles d’artistes à l’extérieur, ont eu lieu en fin de semaine passée. C’est sous le thème « Bâtir ensemble » que le centre culturel francophone espère ainsi obtenir l’appui de la population.

« L’idée est de commencer avec un arbre de Noël communautaire et chaque boucle de Noël représente un don de 50 $, donc toute la communauté et tout le monde contribuent ensemble pour le début de notre campagne de financement. L’arbre et les lumières ont même été commandités par des entreprises de la communauté », lance Lisa Bertrand, la directrice générale de l’organisme de Timmins.

Originalement censée commencer à la fin du mois de mars, la campagne a été retardée par l’arrivée de la pandémie de COVID-19.

« On avait une date de prévue, soit le 24 mars, pour dévoiler notre campagne de financement, mais on a dû repousser à cause de la COVID-19. On n’a pas eu le choix de laisser aller du personnel, on ne fonctionnait pas à 100 % de nos capacités. (…) On ne voulait pas demander aux personnes de donner à une campagne de financement pendant le confinement. Même ces derniers temps, on reçoit beaucoup de non. Ce n’est pas évident de commencer une campagne de financement pendant la COVID-19 et avant Noël, mais il fallait commencer quelque part. »

Une aide de Patrimoine canadien attendu

Malgré les difficultés engendrées par le coronavirus, l’organisme dit avoir pu récolter près de 58 000 $ lors du premier mois de la campagne de financement. Le centre culturel dit fonder aussi le gros de ses espoirs sur deux subventions de Patrimoine canadien.

« Je pense que leur (Patrimoine canadien) réponse va être positive, même si on n’a pas vraiment d’idée, c’est hors de notre contrôle. Si l’on n’obtient pas nos subventions, on va juste continuer jusqu’à ce qu’on les ait. On ne va jamais s’arrêter », affirme Lisa Bertrand.

La directrice du Centre culturel La Ronde, Lisa Betrand. Montage ONFR+

Mme Bertrand assure que le centre ne lâchera pas le morceau même si la construction ne débute que lors du mois d’avril prochain

« À la fin de la journée, on prévoit le mois d’avril, mais on fonde de grands espoirs sur nos demandes de subventions. Si on n’a pas nos subventions cette année, on va juste refaire la demande. »

À Patrimoine Canadien, on indique que les demandes de subventions du Centre Culturel La Ronde « sont en cours d’évaluation. »

« Les décisions pour chaque demande de financement sont prises au cas par cas, en fonction des critères des programmes, du financement disponible et de la manière dont les activités proposées par l’organisation s’alignent avec les objectifs des programmes », ajoute le ministère canadien.

D’autres activités dans les plans

Pour pouvoir atteindre le montant final, le Centre culturel La Ronde veut continuer à effectuer des activités pour sa campagne de financement.

« La prochaine étape est de faire d’autres réunions avec la communauté pour obtenir des dons. On est en plein processus pour un nouveau dévoilement pour notre campagne. On a d’autres plans au mois de janvier pour continuer nos activités. On va laisser le buzz actuel continuer, car il est excellent », avance la directrice générale.

Pour l’instant, l’organisme du Nord de l’Ontario continue à faire des spectacles en jouant dans des gymnases d’écoles de Timmins, pas l’idéal concède Mme Bertrand.

« Ce n’est pas vraiment le style spectacle auquel on est habitué avec un auditorium. On n’est pas le centre-ville, oui on est très actif avec nos annonces sur Facebook et Instagram, mais quand même, on n’est pas proche de l’artère principale de Timmins. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
0