Passer au contenu Passer au pied de page

Cinq points à retenir de la campagne 2019 en langues officielles

À l’approche du déclenchement des élections, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et ses partenaires espéraient faire entendre leur voix. Même si elle s’est faite discrète, la question des langues officielles a réussi à se frayer un chemin durant les 41 jours de campagne.

Engagement quasi unanime

La première satisfaction pour la FCFA et ses partenaires, c’est l’engagement clair de cinq des six principaux partis fédéraux de moderniser la Loi sur les langues officielles, qui était la priorité de l’organisme porte-parole des francophones vivant en milieu minoritaire. Seul le Parti populaire du Canada (PPC) n’a pris aucun engagement.

« Il manque beaucoup de détails dans les plateformes. On aurait aimé que les partis s’engagent davantage sur des éléments clés qu’ils considèrent pour moderniser la Loi. Mais on remarque qu’il y a désormais un engagement clair sur la place publique. Et même si on a un gouvernement minoritaire après le 21 octobre, les partis devraient pouvoir s’entendre sur cette question, de façon non partisane, puisqu’ils sont tous d’accord », espère le président de la FCFA, Jean Johnson.

Ce tableau fourni par la FCFA détaille les engagements des partis fédéraux en matière de langues officielles. Source: FCFA

Le politologue de l’Université d’Ottawa, Martin Normand, rappelle toutefois que beaucoup de dossiers ont été oubliés.

« Il y a eu très peu d’engagements et de discussions sur d’autres dossiers jugés prioritaires comme l’immigration francophone, le droit de travailler dans la langue de son choix dans la fonction publique fédérale ou la question de la traduction. Aucun parti n’a totalement répondu aux attentes, comme on a pu le voir sur le tableau partagé par la FCFA (voir ci-dessus). »

Le silence des chefs

Malgré la présence de mesures pour la promotion et l’avancement des langues officielles dans leur plateforme, les chefs des principaux partis fédéraux sont restés discrets sur le dossier.

Le Parti libéral du Canada, par exemple, a mandaté la ministre sortante du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, de détailler les promesses du parti lors d’un passage à Winnipeg, rappelle M. Normand.

« Quant au Parti conservateur du Canada, il a fallu qu’il dévoile sa plateforme à dix jours du scrutin pour qu’on sache ce qu’il propose », note le politologue. « On a l’impression que les langues officielles sont dans les programmes électoraux pour la forme, mais on n’en trouve aucune trace dans les activités des chefs. C’est inquiétant ! »

Plusieurs mois avant le début de la campagne, ONFR+ avait démarché chacun des principaux partis pour une entrevue avec leur chef respectif sur le sujet des langues officielles. Seuls le Bloc Québécois et le Parti vert du Canada ont finalement accepté.

Une place aux débats

Fait intéressant à noter, de tous les débats organisés pendant cette campagne, le premier ministre Justin Trudeau n’a participé qu’à trois d’entre eux, dont deux en français. Mais ce qui retiendra le plus l’attention, c’est que lors de ces deux débats, les langues officielles et la francophonie en contexte minoritaire ont eu droit à une place.

« Pour moi, c’est un tournant et du jamais vu dans les débats. En 2015, on avait parlé uniquement du Québec pendant les débats en français. Là, nous avons parlé de cet enjeu et donné la parole à des francophones vivant en contexte minoritaire », se réjouit Jean Johnson.

Capture d’écran du débat électoral en français de la Commission des débats des chefs.

Le président de la FCFA estime d’autant plus important que les questions de ces francophones n’ont pas porté uniquement sur la place du français.

« Cela contribue à normaliser notre participation sur des questions qui intéressent l’ensemble de la société civile. »

Le politologue de l’Université d’Ottawa, Martin Normand, juge que l’exercice a comblé un vide.

« S’il n’y avait pas eu ces questions au débat, on n’aurait sans doute jamais entendu les chefs se prononcer sur ces questions. »

Faux pas linguistiques

Médiaux sociaux très majoritairement en anglais, fautes de français dans les plateformes électorales, campagnes publicitaires en français qui oublient totalement les francophones de l’extérieur du Québec… La traduction française de la chanson de campagne du Parti libéral du Canada, par exemple, symbolise bien les faux pas linguistiques des partis pendant la campagne.

« À l’exception du Bloc Québécois, tous les partis ont fait des faux pas en français. Cela montre qu’ils ont du mal à intégrer la dualité linguistique dans leur appareil électoral », analyse M. Normand.

https://twitter.com/JustinTrudeau/status/1173032175987503104

Et pourtant, ce n’est pas faute pour la FCFA et son réseau d’avoir essayé de sensibiliser le plus possible les élus. L’organisme et ses partenaires ont organisé 23 tables rondes à travers le pays et rencontré plus de 100 candidats.

« On va relancer ces gens après les élections afin de poursuivre le dialogue », promet M. Johnson.

Les ratés du vote par anticipation

Plusieurs francophones ont frappé un mur quand est venu le temps de demander des services en français lors du vote par anticipation, du 11 au 14 octobre. Comme le rapportait ONFR+, le commissariat aux langues officielles avait déjà reçu 19 plaintes lorsque contacté au lendemain du dernier jour du vote anticipé. De son côté, Élections Canada parle de plus d’une quinzaine de plaintes.

Un signe d’Élections Canada devant un bureau de vote. Archives ONFR+

« C’est une autre indication du besoin de moderniser la Loi sur les langues officielles pour que les obligations des institutions fédérales soient très claires. Il devrait y avoir au moins une personne dans chaque région pour servir les électeurs en français », commente le président de la FCFA, Jean Johnson.

Élections Canada indique avoir fait des suivis avec les bureaux de vote après les plaintes reçues. Reste à espérer que ce rappel permettra d’éviter pareils problèmes ce lundi.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !