Passer au contenu Passer au pied de page

128 résidences touchées en Ontario : décès de 399 aînés

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – La santé publique de l’Ontario confirme que la propagation se poursuit dans les résidences pour aînés de la province. Malgré certaines mesures de protection, 20 % des foyers de longue durée ont maintenant des cas de la maladie, selon un nouveau bilan.

Au total, 1 619 résidents ont eu un test positif à la COVID-19, tout comme 867 employés de ces résidences. Depuis le début de la pandémie, sur les 400 décès, 399 concernent des aînés, alors qu’un autre concerne le décès d’une préposée.

400 demandes ont été faites à la province par les résidences pour obtenir des renforts. Et le gouvernement ontarien affirme qu’un intervenant de la santé a déjà été assigné pour l’ensemble de ces demandes.

La santé publique ontarienne affirme que la transmission communautaire se poursuit. « On voudrait que les chiffres soient beaucoup plus bas pour cette catégorie », a indiqué la Dr Barbara Yaffe.

Pour rouvrir l’économie, doit-on attendre de n’avoir aucun cas pendant deux semaines ? « Ce serait merveilleux, mais ça a peu de chances d’arriver. On ne peut pas attendre ça, sinon on va demeurer en confinement pendant longtemps. Il faut avoir un système de surveillance, avoir la capacité de tester plus dans la communauté et avoir la capacité de gérer chaque cas rapidement », a-t-elle expliqué.

Organismes communautaires au bord du gouffre : des millions pour les aider

Les deux paliers de gouvernements injectent des dizaines de millions de dollars pour tenter d’aider les organismes communautaires qui se retrouvent soudainement au bord du gouffre. L’appel à l’aide de plusieurs organismes francophones a été entendu, se réjouit l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

Le premier ministre, Justin Trudeau, a annoncé un investissement de 350 millions de dollars pour soutenir les organismes de bienfaisance et les organisations à but non lucratif qui fournissent des services essentiels aux gens dans le besoin.

Les organismes qui en profiteront « œuvrent auprès de gens vulnérables, notamment les aînés, les personnes handicapées, les membres des communautés LGBTQ2, les anciens combattants, les nouveaux arrivants, les femmes, les enfants et les jeunes, ainsi que les membres de communautés autochtones ou de communautés racialisées, comme les Canadiens noirs », affirme le fédéral.

Le gouvernement du Canada souhaite aider des organismes qui permettent :

  • D’augmenter les livraisons à domicile de produits alimentaires et de médicaments par des bénévoles.
  • De fournir des services de transport, notamment pour accompagner ou conduire des aînés ou des personnes handicapées à leurs rendez-vous.
  • De développer davantage les lignes d’assistance téléphonique qui fournissent de l’information et du soutien.
  • D’aider les Canadiens vulnérables à obtenir des prestations du gouvernement.
  • De fournir aux bénévoles la formation, le matériel et le soutien nécessaires pour qu’ils continuent d’apporter leur précieuse contribution à la lutte contre la COVID‑19.
  • De remplacer les contacts personnels et les rencontres sociales par des rencontres ou des contacts virtuels par téléphone, messages textes, téléconférences ou Internet.

Des organismes francophones vont-ils devoir se transformer pour obtenir les fonds ?

Le président de l’AFO, qui représente des dizaines d’organismes franco-ontariens, est plutôt content de l’annonce.

« Si on regarde l’objectif et les critères du programme, on a des organismes francophones qui peuvent s’inscrire là-dedans. L’argent va permettre d’aider des organismes qui aident les gens les plus vulnérables. Ces gens-là ont encore davantage besoin de services actuellement », affirme Carol Jolin.

Mais est-ce que l’ensemble des organismes francophones, dont plusieurs sont menacés par les circonstances actuelles, pourront en bénéficier ?

« On est en train d’analyser les détails et vérifier tout cela. On fait aussi d’autres démarches avec l’Ontario et le fédéral pour que les organismes qui ne peuvent pas recevoir ces fonds obtiennent des sommes d’urgence », dit-il.

Il n’est pas fermé à l’idée de travailler avec les organismes membres de l’AFO pour qu’ils adaptent leurs activités afin de répondre aux critères du programme. Un organisme qui devait offrir des camps de jour pourrait-il plutôt utiliser ses jeunes employés pour faire de la livraison de nourriture auprès des aînés ? Carol Jolin promet d’étudier l’idée.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, offrira aussi 11 millions aux organismes communautaires qui aident notamment les aînés. Il a évoqué en point de presse les cuisines communautaires et les services de repas à domicile. Le gouvernement Ford injecte en plus 40 millions de dollars pour permettre à des organismes, comme des foyers pour jeunes, de se procurer du matériel de protection.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+