Passer au contenu Passer au pied de page
Sylvia Jones, ministre de la Santé et vice-première ministre. Archives ONFR+

Crise dans les hôpitaux : l’Ontario s’engage à recruter 6 000 travailleurs de plus

Temps de lecture : 2 minutes

TORONTO – Après un été marqué par la crise dans le système hospitalier, le gouvernement ontarien a dévoilé jeudi son « Plan pour rester ouvert ». L’Ontario promet d’accélérer le recrutement de personnels en santé et propose des mesures visant à stabiliser le système de santé, toujours très affaibli par la pandémie. L’objectif est d’ajouter 6 000 travailleurs dans le système.

Dans un premier temps, la ministre de la Santé Sylvia Jones indique dans son plan vouloir préserver la capacité hospitalière. Pour ce faire, l’Ontario continuera de vacciner le plus grand nombre face à la COVID-19, mais aussi, pour les plus à risque, le gouvernement mettra en place une campagne de vaccination contre la grippe.

Il est question de davantage de lits en soins de longue durée, une promesse qui était présente durant la campagne électorale du premier ministre Ford.

Le ministre des Soins de longue durée Paul Calandra a annoncé vouloir permettre le transfert des patients âgés de l’hôpital au foyer de soins longue durée, quand les médecins le jugeront nécessaire.

De cette façon, cela aidera les hôpitaux en termes de place et les patients à recevoir des soins adaptés. « On ne forcera personne à quitter l’hôpital, mais il faudra expliquer que le meilleur moyen d’être soigné, pour certains, sera d’aller dans un centre de soins longue durée et libérer les hôpitaux », a-t-il dit lors d’une allocution jeudi.

Recruter et garder le personnel

Les grandes nouvelles de ce plan sont d’ajouter 6 000 travailleurs de la santé supplémentaire en Ontario. Cet ajout est un accroissement du plan initial, promettant l’engagement de 13 000 personnes dans les milieux de santé. Un total de 19 000 employés devront être engagés pour satisfaire les exigences.

Comme promis durant les élections de juin dernier, l’Ontario va payer les frais de scolarité pour les étudiants de médecine qui, diplôme en main, iront pratiquer dans des lieux reculés.

Dans ce plan, il est également question de mettre fin aux frais d’examens et d’inscriptions pour infirmières à la retraite ou pour celles et ceux formés à l’étranger.

Santé Soins de longue durée, Paul Calandra
Le ministre des Soins de longue durée, Paul Calandra. Crédit image : Impression écran.

Réduire les interventions chirurgicales

Le plan de la ministre Jones, promet entre autres, un ajout de 2500 lits d’hôpitaux, « en plus des 3500 déjà ouvert », indique le plan en question.

Un projet encore en étude, proposé par la ministre, serait de réorienter des chirurgies, celles couvertes par l’assurance-santé, dans des établissements de santé « indépendants ».

Pour pallier les nombreux retards de chirurgies, la ministre de la Santé Sylvia Jones pense utiliser ces installations dites indépendantes seulement si « les infrastructures existent déjà ».

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !