Passer au contenu Passer au pied de page

De jolis drapeaux franco-ontariens, mais un statu quo politique

[ANALYSE] 

Hissé pour la première fois à l’Université Laurentienne en 1975, le drapeau franco-ontarien a depuis gagné ses lettres de noblesse. On ne compte aujourd’hui plus les endroits où le symbole vert et blanc, créé par Gaétan Gervais et Michel Dupuis, flotte.

Dernier épisode en date hautement symbolique : le drapeau franco-ontarien est devenu permanent à la cour centrale de l’hôtel de ville de Sudbury en juin dernier. Un événement passé inaperçu mais qui donne le sentiment que la boucle est bouclée au chapitre des reconnaissances et de la fierté.

Mais les 444 municipalités de la province n’ont pas toutes un drapeau franco-ontarien perché sur leur bâtiment. Cette reconnaissance dépend bien souvent de la place démographique occupée par les francophones.

Inégalité pour la représentation

À Ottawa, le drapeau vert et blanc flotte de manière permanente devant l’édifice municipal depuis les années 2000. La donne est différente du côté de Toronto où il faut attendre la Journée des Franco-Ontariens, le 25 septembre, pour espérer l’apercevoir.

Parmi les autres villes qui comptent au moins plus de 10 000 Franco-Ontariens, la représentation est inégale. Si à Clarence-Rockland ou à Timmins, le drapeau flotte bel et bien devant l’édifice municipal, ce n’est pas le cas à Cornwall où il faut se rendre au Parc Lamoureux, par ailleurs lieu du Monument de la francophonie, pour le distinguer.

Au cours des dernières années, quelques municipalités ont cru bon faire aussi un geste. C’est le cas de Sault-Sainte-Marie, dans le Nord. Quelque 25 ans après la crise linguistique durant laquelle la ville s’était déclarée « unilingue anglaise », les plaies ont été pansées.

Lors de son élection en 2014, le maire Christian Provenzano avait décidé de faire hisser le drapeau franco-ontarien. Un joli bonbon même si le symbole se trouve perdu au milieu des drapeaux internationaux.

Peu d’avancées du côté des municipalités

C’est peut-être là où le bât blesse. Les drapeaux fleurissent, mais a contrario, les Franco-Ontariens n’ont pas vraiment fait d’avancées en termes de politique municipale.

Les derniers pas en avant sont à mettre à l’actif des villes de l’Est Ontarien. Il y a quelques années, Russell, La Nation, Casselman et Clarence-Rockland avaient réglementé l’affichage bilingue. L’enjeu ? Que toutes les affiches extérieures des nouveaux commerces de la municipalité soient en français et en anglais. Le nom du commerce peut toutefois être unilingue.

Reste que dans les trois grands foyers franco-ontariens, c’est plutôt le statu quo qui prédomine. À Toronto, les beaux discours du maire John Tory en faveur de la langue de Molière sont restés sans suite. On a même vu le pire quand une politique en faveur du français été supprimée en catimini à l’été 2016.

Ottawa ne fait guère mieux. Les années au pouvoir de Jim Watson n’ont pas été synonymes de reculs ni d’avancées majeures pour la cause francophone. Aidés par le précédent gouvernement libéral, les militants ont arraché, en 2017, une officialisation du bilinguisme déjà existant. En gros, l’officialisation du statu quo, mais sans le moindre progrès.

Du côté de Sudbury, enfin, il y a peu de chance que les 25 % de francophones composant la population bénéficient d’un bilinguisme officiel. Aux dernières nouvelles, l’ACFO locale n’était pas prête à engager le combat.

Tant qu’il y aura des drapeaux, la fierté sera là, diront les plus optimistes. À condition, certes, que ceux-ci ne deviennent pas le cache-misère d’une francophonie apathique et en déclin.

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit du 6 août.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+