Passer au contenu Passer au pied de page

De l’appui pour l’achat local dans l’Est ontarien

Temps de lecture : 4 minutes

Dans Prescott et Russell, les initiatives se multiplient pour soutenir les entreprises locales. Plusieurs consommateurs se font un devoir d’appuyer les commerces de proximité durement touchés par les conséquences de la crise de la COVID-19.

« J’ai toujours eu la préoccupation d’encourager les entreprises locales, mais pas de manière systématique, pour des petites choses, du pain, du lait… »

Mais depuis la crise du coronavirus, Mireille Groleau a décidé d’en faire plus pour soutenir les commerces d’Alfred.

« Quand tu vis dans un petit village, tu veux garder ton épicerie, ta pharmacie, ta quincaillerie… S’ils ferment, on sera obligé d’aller à Hawkesbury ou à Rockland. Alors on fait des efforts pour magasiner local. La COVID-19 nous fait prendre conscience que même si c’est un peu plus cher, qu’on ne trouve pas toujours exactement tout ce qu’on cherche, c’est le prix à payer pour une économie en santé. Et puis, on ne manque de rien ! »

« Ce sont des gens qui ont travaillé tellement fort, on ne veut pas les perdre ! » – Mireille Groleau, résidente d’Alfred

Face à des commerces obligés de fermer leurs portes ou de vendre autrement, plusieurs ont décidé d’apporter leur contribution.

Poussé à rouvrir

Cet engouement a convaincu Chantal Lascelles et son mari, propriétaires du restaurant Vert Fourchette, à Vankleek Hill, de reprendre leur activité.

« Nous avions fermé complètement le restaurant. Mais après trois semaines, beaucoup de clients nous ont contactés. Ça m’a vraiment agréablement surprise. On a donc répondu à leur demande. »

L’enseigne du restaurant Vert Fourchette à Vankleek Hill. Gracieuseté

Auparavant, le service à emporter était très secondaire. Aujourd’hui, il permet à l’enseigne, ouverte depuis 13 ans, de survivre.

« On reçoit entre 50 et 60 commandes d’habitués, chaque semaine, mais aussi de nouveaux clients, des gens qui entendent parler de nous par le bouche-à-oreille ou sur les réseaux sociaux. »

Un soutien apprécié, mais insuffisant

L’aide des réseaux sociaux est inestimable pour rejoindre la clientèle confinée chez elle. De quoi convaincre même les plus réticents.

« J’ai 50 ans et je n’avais encore jamais été sur Facebook avant les deux dernières semaines ! », raconte Stéphane Rollin, de La Cuisine Gimy, à Rockland.

« Je m’en suis servi comme outil de promotion et la communauté a répondu présente ! », se réjouit le propriétaire de ce service de traiteur.

Le propriétaire de la Cuisine Gimy, Stéphane Rollin et son fils. Gracieuseté

L’annulation des grands évènements, comme les mariages ou les réunions de travail, a mis à mal son entreprise, mais aujourd’hui, il compte entre 15 et 20 commandes par jour.

« Comme je suis petit, ça me permet de contrôler mes coûts », dit-il, confiant de parvenir à traverser la crise.

Le soutien de la population locale est apprécié, mais il ne sera pas suffisant à long terme, s’entendent les commerces joints par ONFR+.

« Notre clientèle cible, ce sont les 125 restaurants de la région d’Ottawa-Gatineau avec lesquels nous faisons affaire », témoigne Suzanne Lavoie, propriétaire, avec son mari Ian Walker, de la ferme Mariposa, à Plantagenet.

« Même si nous avons une grande demande pour nos livraisons, ça ne se compare pas en termes de revenus. C’est beaucoup de travail et moins stable, mais ça permet de payer les factures. Et puis, ça sensibilise les gens à l’agriculture et à apprécier la nourriture. »

De nouvelles perspectives

Cette crise peut toutefois amener de nouvelles idées. Mme Lascelles et son mari avaient un projet d’agrandissement pour leur restaurant, que les conséquences économiques de la COVID-19 obligent à réviser. Aujourd’hui, un nouveau plan voit le jour.

« Peut-être que nous allons plutôt agrandir la cuisine pour pouvoir continuer à offrir ce service de cueillette. On voit qu’il y a un potentiel. »

Mme Groleau le confirme. Dans son foyer de cinq personnes, le restaurant n’est pas une habitude. Mais depuis la COVID-19, une fois par semaine, ils commandent au Chardo des plats à emporter « pour le plus grand plaisir des enfants », sourit Mme Groleau.

Un « Amazon » de Prescott-Russell

Leeça St-Aubin n’a pas attendu la crise sanitaire pour être une fervente amatrice du commerce local.

« Je déteste magasiner dans les grandes enseignes. Je ne trouve pas ça plaisant. J’aime aller de place en place », explique l’enseignante de Plantagenet.

La COVID-19 lui a donné l’idée d’encourager plus de monde à le faire. Sur Facebook, elle a créé la page « Signé Local With Love ».

D’autres gens se sont ajoutés à l’initiative, dont Patrick Brunet. Le propriétaire d’Allea Marketing Solutions, à Rockland, caressait depuis longtemps l’idée de créer une plateforme regroupant toutes les entreprises locales, d’alimentation comme de services, sur laquelle les gens pourraient venir magasiner localement, sur un modèle proche de celui d’Amazon.

La page Facebook « Signé Local With Love ». Capture d’écran

« Une semaine après la page Facebook, le projet de site Web était lancé ! On pense l’ouvrir au mois de mai », lance, enthousiaste, Mme St-Aubun. « On a déjà 70 entreprises qui sont intéressées. Elles peuvent s’y inscrire gratuitement. C’est une bonne occasion pour des compagnies qui n’ont pas les moyens ou le temps d’avoir un site internet. Une fois que le site sera lancé, Patrick s’en occupera et prendra un petit frais sur les ventes réalisées. C’est le meilleur moyen d’assurer la pérennité du projet, car on ne peut pas juste faire ça avec des bénévoles. »

Plusieurs initiatives

Depuis le début de la crise de la COVID-19 dans la région, de telles initiatives se multiplient.

Le Centre Entrepreneurship Prescott et Russell (CEPR) partage régulièrement des informations sur les différents programmes offerts pour les petites entreprises en ces temps de crise.

De son côté, la Société de développement communautaire de Prescott-Russell (SDCPR) a lancé un répertoire de recherche gratuit, Encourage Local.

Le Réseau Agroalimentaire de l’Est ontarien (RAEO) travaille quant à lui sur une boutique en ligne virtuelle qui devrait être lancée sous peu.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
18+