Passer au contenu Passer au pied de page

Des nouveaux arrivants déçus par le bilinguisme au Canada

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Arrivés depuis peu de temps en Ontario, des nouveaux arrivants francophones découvrent la réalité canadienne. Et plusieurs se montrent déçus de constater que les services essentiels ne sont pas toujours disponibles dans les deux langues officielles.

« Nous avons attendu cinq heures au CHEO (Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario) avec notre bébé de 22 mois. Personne n’était capable de nous servir en français, alors que nous avions expliqué ne pas bien parler anglais. On nous avait pourtant promis un pays bilingue ! », raconte Mohamed Ali Attaoui à ONFR+.

Venu de Tunisie, cet ingénieur de formation est installé depuis trois mois à Ottawa. S’il a finalement obtenu un service en français après une longue attente, il s’étonne de la situation.

« J’ai choisi Ottawa, car c’est proche du Québec et que je voulais améliorer mon anglais. Je me débrouille, mais pour des termes spécifiques ou dans des situations comme celle-ci, j’ai plus de mal. Sur la documentation que j’avais lue sur internet, on disait que les services gouvernementaux étaient bilingues. Je peux comprendre que parfois il faille attendre, mais au niveau médical, je trouve ça limite. »

Pas possible sans l’anglais

Son constat, c’est celui que font de nombreux nouveaux arrivants francophones en arrivant au Canada.

Installée à Barrie depuis 2018 avec son mari et leurs trois fils, Sandrine Genest a vécu plusieurs années au Québec avant de s’établir en Ontario pour des questions administratives. Coordonnatrice des communications et projets à La Clé d’la Baie, elle qui reconnaît ne pas bien parler anglais confie également sa surprise.

« Le Canada nous intéressait notamment par rapport aux facilités d’y parler notre langue, notamment au Québec, même si mon mari est parfaitement bilingue. On a été très surpris par la place de l’anglais. C’était beaucoup plus que je pensais, surtout à Montréal. La plupart des offres d’emploi demandaient le bilinguisme. En France, notamment dans les médias, on nous vend un pays bilingue où tout le monde parle les deux langues officielles, où la langue n’est pas une barrière… Mais si tu ne parles pas anglais, surtout dans le commerce, ce n’est pas possible ! », dit celle qui avait ouvert une filiale de son entreprise française au Québec.

Sandrine Genest . Gracieuseté

En Ontario, Mme Genest a été séduite par la présence de la communauté francophone. Mais dans la vie de tous les jours, elle avoue qu’il n’est pas toujours facile de se faire servir en français, aussi bien au niveau fédéral que provincial, même si le Comté de Simcoe est désigné en vertu de la Loi sur les services en français.

« Au Québec, recevoir des services en français ne posait aucun problème, mais ici, quand on a voulu changer nos permis de conduire, on nous demandait nos documents de France en anglais ! C’est un coup de chance à chaque fois, si la personne qui parle français est présente ou non, et certains services sont plus faciles à obtenir que d’autres », juge-t-elle.

Elle ajoute qu’il n’est pas toujours évident pour un nouvel arrivant de comprendre les différences entre les paliers de gouvernements et de savoir quels services bilingues sont réellement offerts.

Bonne expérience

Pour Marcos G. Salaiza, originaire du Mexique, et qui vit à Ottawa depuis moins d’un an, la réalité est bien différente. La raison : il parlait les deux langues officielles avant même d’arriver.

« J’utilise le français à chaque opportunité. Il y a une dominance de l’anglais, c’est sûr, mais on a des options de services et d’activités culturelles dans les deux langues à Ottawa. »

Marcos G. Salaiza. Gracieuseté

Sa surprise a plutôt été de découvrir la vitalité du français hors Québec.

« Je pensais que le français, c’était juste au Québec ! Aujourd’hui, ma perception a changé », dit celui qui travaille pour Canadian Parents for French.

Mais pour d’autres, comme  Zoubida Necer, venue d’Algérie s’installer à Oakville en octobre 2018, l’installation a été difficile, même si elle conserve l’image positive d’un pays tolérant et respectueux. À la banque, pour ses rendez-vous de santé, elle a vite relativisé le bilinguisme canadien.

« Je pensais que je pourrais communiquer en français partout. Mais ici, c’est majoritairement en anglais. Ça a été très difficile au départ et ça m’a un peu déçue », dit-elle, expliquant suivre une formation en anglais.

Selon elle, le Canada devrait mieux informer les nouveaux arrivants. Elle conseille aussi à ces derniers de bien se renseigner.

Des pistes de solution

Ce travail d’information, Aïssatou Sonko, qui travaille depuis plusieurs années à l’accueil des nouveaux arrivants francophones au sein de la Société économique de l’Ontario (SÉO), essaie de le faire avec son équipe à travers la province.

« Avant que les candidats à l’immigration arrivent, nous avons plusieurs moyens de communication avec eux. Même si notre mission se porte sur l’employabilité et la création d’entreprise, on les guide à tous les niveaux de vie dans leur projet d’immigration. On leur recommande notamment de ne pas attendre d’arriver pour travailler leur anglais, car on leur explique que l’Ontario est une province majoritairement anglophone. »

Elle n’est toutefois pas surprise par les témoignages recueillis par ONFR+.

« On l’entend souvent ! Comme au sein de notre équipe, nous avons plusieurs personnes qui sont passées par là, il est facile pour nous de donner des conseils. »

Pour Mme Sonko, une des solutions passe notamment par ce contact avec des gens et des organismes francophones sur le terrain.

« Pour éviter les désillusions, il faut parler de la réalité. On doit rapprocher les politiques d’immigration avec le terrain », dit-elle, expliquant que le processus a déjà commencé.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
11+