#Ontario

Doug Ford dévoile les ministres de son cabinet

TORONTO – Doug Ford a été assermenté au poste de premier ministre de l’Ontario, lors d’une cérémonie à Queen’s Park, ce vendredi. Cela met officiellement un terme à 15 ans de règne libéral en Ontario. Des milliers d’Ontariens se sont aussi massés devant l’Assemblée législative pour assister à une seconde cérémonie populaire et entendre le 26e premier ministre de l’Ontario.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Devant un parterre d’invités sélectionnés sur le volet, Doug Ford a été assermenté par la lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell. Les membres de son cabinet ont par la suite répété le même exercice un à un.

Au total, ce sont 21 ministres qui composeront le gouvernement de Doug Ford. Aux postes les plus importants, on retrouve Christine Elliott qui hérite du ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Vic Fedeli devient quant à lui ministre des Finances. Du côté de l’Éducation, le poste revient à Lisa Thompson. Merrillee Fullerton devient ministre de la Formation et des Collèges et Universités.

Doug Ford et Vic Fedeli. Crédit image: #ONfr

Ancienne adversaire de Doug Ford à la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur (Parti PC), Caroline Mulroney est nommée Procureure générale. La fille de l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, sera aussi ministre déléguée aux Affaires francophones.

 

Un gouvernement de centre-droit

La politologue du Collège militaire royal du Canada, Stéphanie Chouinard, juge que M. Ford a réussi à trouver un bon équilibre au sein de son cabinet.

«C’est un cabinet équilibré avec des vétérans du parti comme Ernie Hardeman qui était déjà là sous Mike Harris, ou Lisa MacLeod et des nouveaux venus avec du talent, comme Caroline Mulroney ou Rod Phillips.»

En observant la liste des 21 ministres nommés ce vendredi, Mme Chouinard juge que le Parti PC a privilégié le pragmatisme à l’idéologie.

«C’est un gouvernement près du centre-droit de l’échiquier politique.»

Elle note toutefois qu’en matière de parité hommes-femmes, le Parti PC a failli avec seulement sept ministres de sexe féminin.

«C’est une déception, d’autant que le parti compte une grande proportion de femmes au sein de son caucus.»

 

Le Parti libéral inquiet pour les communautés autochtones

Le Parti libéral a félicité le nouveau gouvernement, par la voix de son chef intérimaire, John Fraser. L’ancien parti au pouvoir dit toutefois s’inquiéter de l’amalgamation de certains ministères, dont celui des Affaires autochtones, désormais rattaché au portefeuille de Greg Rickford, ministre de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines et ministre des Affaires autochtones.

«Certains ministères ont été amalgamés. En particulier, un Ministère autonome des relations autochtones et de la réconciliation a été très profitable pour l’Ontario et pour les communautés autochtones. La création de ce ministère à part entière avait été recommandée par la Commision d’enquête Ipperwash. Notre caucus évaluera attentivement afin de s’assurer que toutes les questions importantes pour l’Ontario reçoivent le temps et l’attention nécessaires.»

 

Une page se tourne

L’assermentation d’un premier ministre conservateur en Ontario ne s’est pas vue depuis celle de Mike Harris en 1995. Fait inusité, le fils de ce dernier, Mike Harris junior, a été élu le 7 juin et est l’un des membres du gouvernement de Doug Ford.

Doug Ford et son entourage ont pris la décision d’organiser une assermentation en deux temps. Les citoyens ont été invités au cours des derniers jours à assister à la portion populaire de l’événement devant l’Assemblée législative. La dernière cérémonie similaire remonte au libéral David Peterson, il y a 33 ans. C’était le 26 juin 1985 et 5 000 personnes s’étaient déplacées.

Le premier ministre Doug Ford et son épouse Karla. Crédit image: #ONfr

Le 7 juin dernier, le Parti PC a remporté une écrasante victoire. Doug Ford a réussi à faire élire 76 députés. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) aura quant à lui 40 députés en chambre, alors que le Parti libéral en comptera 7. Le chef du Parti vert de l’Ontario, Mike Schreiner, a aussi remporté son siège dans Guelph.

Mais Doug Ford a déjà imposé son style au gouvernement en exigeant un gel des embauches et en promettant une révision complète des dépenses du gouvernement, ce qu’il avait déjà indiqué pendant la campagne électorale. Les élus devraient siéger en chambre  le 11 juillet pour une session extraordinaire, Doug Ford souhaitant faire avancer rapidement certains dossiers, notamment la baisse du prix de l’essence. Un discours du Trône devrait être prononcé le jeudi 12 juillet.

 


Les 21 ministres du gouvernement de Doug Ford

  • Peter Bethlenfalvy – président du Conseil du Trésor
  • Raymond Cho – ministre des Services aux aînés et de l’Accessibilité
  • Steve Clark – ministre des Affaires municipales et du Logement
  • Christine Elliott – ministre de la Santé et des Soins de longue durée, et vice-première ministre
  • Victor Fedeli – ministre des Finances et président du Conseil des ministres
  • Doug Ford – premier ministre et ministre des Affaires intergouvernementales
  • Merrilee Fullerton – ministre de la Formation et des Collèges et Universités
  • Ernie Hardeman – ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales
  • Sylvia Jones – ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport
  • Lisa MacLeod – ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires, et ministre déléguée à la Condition féminine
  • Monte McNaughton – ministre de l’Infrastructure
  • Caroline Mulroney – procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones
  • Rod Phillips – ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs
  • Greg Rickford – ministre de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines, et ministre des Affaires autochtones
  • Laurie Scott – ministre du Travail
  • Todd Smith – ministre des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs, et leader parlementaire du gouvernement
  • Lisa Thompson – ministre de l’Éducation
  • Michael Tibollo – ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels
  • Jim Wilson – ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce
  • John Yakabuski – ministre des Transports
  • Jeff Yurek – ministre des Richesses naturelles et des Forêts

 

Article écrit en collaboration avec Sébastien Pierroz 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.