#Francophonie, #Ontario

Dyane Adam nommée à la tête du comité de mise en oeuvre

Dyane Adam.Crédit image: Jackson Ho

[PRIMEUR]

TORONTO – Trois mois jour pour jour après le dépôt du rapport de Dyane Adam sur l’Université de l’Ontario français, le gouvernement a choisi de nommer officiellement l’ancienne commissaire aux langues officielles à la présidence du comité technique de mise en oeuvre.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

À la fin août, celle qui occupait le poste de présidente du Conseil de planification, Dyane Adam, recommandait la création d’une université de langue française à Toronto qui serait gérée «par et pour les francophones». Le 28 novembre, le gouvernement ontarien a annoncé la nomination de Mme Adam à la tête de ce comité.


«Je suis fière de confirmer que Dyane Adam a accepté la présidence du comité technique de mise en oeuvre. Elle va pouvoir poursuivre ce cheminement qu’elle avait entrepris avec le dépôt du rapport du conseil de planification.» – Marie-France Lalonde


«Je vais lui faire confiance et je suis très heureuse qu’elle ait accepté», a ajouté la ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, à la sortie de la période de questions.

La nouvelle présidente du comité technique de mise en oeuvre de la future Université de l’Ontario français, Dyane Adam. Crédit image: Jackson Ho

Au cours des prochaines semaines, le comité technique de mise en oeuvre devra s’atteler à étudier les différents devis techniques d’architecture pour l’édifice, bâtir le curriculum de cours et établir un plan d’affaires pour l’institution.

Il sera responsable d’avancer ces dossiers avant que le conseil des gouverneurs de l’institution soit nommé. Le comité technique de mise en oeuvre remettra le fruit de son travail à ce conseil et sera par la suite dissout.

Pour mettre le projet de Dyane Adam en place, une somme de 20 millions de dollars a été mise de côté par le gouvernement, ce qui devrait permettre l’établissement d’un premier campus à Toronto. Le budget établi pour le comité technique de mise en oeuvre est de 1,7 million de dollars.

 

Qui formera l’équipe de Dyane Adam?

Avant de pouvoir s’atteler à la tâche, Mme Adam devra former son équipe de travail. Questionnée à ce sujet, Mme Lalonde assure avoir confiance en cette dernière pour s’entourer des bonnes personnes.

«Mme Adam est extrêmement compétente. Nous l’avons vue dans les derniers mois et on lui fait confiance. Elle est l’experte au sein de ce comité», a lancé Mme Lalonde. 

«Mme Adam est une experte et elle emploie la diplomatie qu’on lui connaît. C’est certain qu’elle va aller chercher les acteurs nécessaires pour remplir le mandat», a-t-elle ajouté.

La ministre des Affaires francophones dit ne pas douter que Dyane Adam travaillera avec les autres institutions universitaires bilingues et avec la jeunesse pour remplir son mandat.

 

Les revendications des jeunes

La semaine dernière, lors d’une sortie publique commune, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) et le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) ont formulé des demandes spécifiques au comité technique de mise en oeuvre.

«Nous réitérons notre demande que des représentants de la communauté, de la jeunesse et des étudiants franco-ontariens siègent au comité de mise en œuvre», a-t-on expliqué.

Dans la même sortie publique, les trois organismes réclamaient «l’exclusivité de l’enseignement universitaire en français à Toronto», dès son ouverture en 2020.

 

Pas tomber dans l’oubli

Malgré les trois mois qui se sont écoulés depuis le dépôt du rapport Adam, la ministre Lalonde assure que le gouvernement n’avait pas laissé tomber le projet.

Le rapport du Comité de planification pour une université de langue française. Crédit photo: Jean-François Morissette

À ce titre, elle rappelle que le gouvernement ontarien a récemment déposé un projet de loi permettant la création de l’entité légale de l’Université de l’Ontario français.

Le comité de mise en oeuvre technique n’a pas besoin d’attendre que le projet de loi soit adopté, ajoute Mme Lalonde. Selon la ministre, le comité devrait être en mesure de commencer son travail d’ici quelques semaines.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Le projet de loi sur l’université franco-ontarienne déposé

Université franco-ontarienne: Dyane Adam veut poursuivre le travail

Glendon doit abandonner le français, selon l’AFO, le RÉFO et la FESFO

Université franco-ontarienne: Glendon refuse d’y transférer ses cours en français

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.