Passer au contenu Passer au pied de page

Encore des messages d’alerte juste en anglais

Temps de lecture : 4 minutes

Plusieurs citoyens ont eu à déplorer que le message d’alerte public, testé mercredi dans toutes les provinces à l’exception du Nunavut, n’ait été envoyé qu’en anglais. Un problème pas nouveau que la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) dénonce, appelant les francophones concernés à déposer une plainte au Commissariat aux langues officielles du Canada.

« J’étais dans un magasin, à Edmonton, en train de m’acheter des livres quand j’ai reçu le message d’alerte. Il était uniquement en anglais ! »

Le président de la FCFA, Jean Johnson ne décolère pas. Comme lui, de nombreux francophones à travers le pays ont dû se contenter de recevoir le test du système d’alerte au public uniquement en anglais.

Un exemple d’alerte reçue uniquement en anglais, en Colombie-Britannique. Source : Twitter

Selon le rapide sondage mené par la FCFA sur les médias sociaux, sur 143 répondants, 38 % déclaraient n’avoir reçu le message qu’en anglais, avec parfois un titre bilingue.

« Des problèmes nous ont été rapportés en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador », précise M. Johnson.  

Pourtant, comme le rapportait dans la journée le Commissariat aux langues officielles du Canada dans une publication diffusée sur les médias sociaux, ces messages devraient être disponibles dans les deux langues officielles.

« Un test du système d’alerte d’urgence sera fait aujourd’hui. Il est primordial, tant pour les essais que pour les alertes réelles, que les Canadiens reçoivent ces renseignements dans la langue officielle de leur choix. Nous vous invitons à nous faire part de votre expérience », indiquait-on.

Encore des ratés

Sur les médias sociaux, certains rapportent n’avoir reçu aucun message, pendant que d’autres, en Ontario, se sont étonnés de recevoir un message d’alerte pour… le Québec.

« Je viens donc de recevoir l’alerte pour le Québec… ici en Ontario », gazouillait notamment Shawn Hooper, un résident d’Ottawa. Et il n’est pas le seul dans cette situation.

Un message d’alerte du Québec, reçu en Ontario. Source : Twitter

Pourtant, il ne s’agit pas du premier test du genre effectué. En mai 2018, le même exercice réalisé par les fournisseurs de services sans fil sur leurs réseaux s’était soldé par le même genre de problèmes, notamment linguistiques.

« À l’époque, nous avions rencontré le bureau du ministre Goodale, alors ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, pour l’alerter du problème. Mais ça arrive encore et c’est inacceptable en 2019 ! », dénonce M. Johnson.

« Même si aujourd’hui, il ne s’agit que d’un test, ces dysfonctionnements sont très inquiétants. Qu’est-ce qui va se passer, en cas d’alerte, si un francophone reçoit un message qu’il ne comprend pas ? Je pense aux personnes qui ne parlent pas l’anglais, mais aussi au fait qu’en situation de panique, on a besoin d’être informé dans sa première langue. »

Ces tests sont effectués afin de s’assurer que le système d’alerte fonctionne et de faire connaître aux Canadiens le système national d’alertes au public. Les messages d’alerte en cas d’urgence sont émis par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que par les responsables de la gestion des urgences afin d’avertir la population de menaces imminentes, notamment en cas d’incendies, de tornades, d’inondations, de contamination de l’eau et d’alertes AMBER.

Aucune plainte au CRTC

Joint par ONFR+, le Conseil canadien de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a indiqué n’avoir, de son côté, reçu aucune plainte.

« Depuis la mise en œuvre du système d’alertes publiques sans fil, plus de 120 messages d’alerte d’urgence ont été transmis avec succès. Ces alertes ont permis de sauver des vies », explique une porte-parole du CRTC, dans un échange de courriels.

« Les essais réguliers permettent de résoudre tout problème qui pourrait survenir avec les nouvelles technologies ou avec de nouveaux fournisseurs ou clients. Le CRTC est responsable de veiller à ce que le système qui diffuse les alertes fonctionne de façon efficace, mais il n’est pas responsable du contenu des alertes. »

L’organisme précise que la langue utilisée pour les alertes est déterminée par chaque autorité d’alerte. L’entreprise Pelmorex est responsable d’exploiter le Système national d’agrégation et de diffusion des alertes qui distribue les alertes aux diffuseurs et aux fournisseurs de services sans fil.

Se faire entendre

M. Johnson l’assure, il fera pour sa part une plainte auprès du Commissariat aux langues officielles. Et il incite toutes les personnes qui ont connu la même mésaventure que lui à faire de même.

« Si on est silencieux, les choses ne vont pas changer. Je ne sais pas exactement comment le système opère, mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne fonctionne pas. Il faut que les gens fassent connaître leur mécontentement et déposent une plainte auprès du commissaire aux langues officielles du Canada. »

Interrogé par ONFR+, le Commissariat aux langues officielles du Canada ne pouvait confirmer, mercredi en fin de journée, le nombre de plaintes reçues.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+