Passer au contenu Passer au pied de page

Entente entre l’AFO et les anglophones du Québec: l’avis des députés franco-ontariens

Une semaine après le protocole d’entente signé entre l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et son association pendante anglophone au Québec, les réactions affluent toujours. ONFR+ a tenté de joindre la plupart des députés franco-ontariens sur la question, mais peu se sont au final prononcés.

Francis Drouin: «Un grand et beau message qui est envoyé»

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a été l’un des premiers à appuyer le protocole d’entente. Rappelons que la signature entre l’AFO, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) et l’organisme porte-parole des Anglo-Québécois, le Quebec Community Groups Network (QCGN) a pour objectif «l’avancement et la protection des droits linguistiques» en vue des élections fédérales au mois d’octobre.

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin. Archives ONFR+

«Nous n’avons pas besoin de convaincre les francophones de partout au Canada de l’importance de moderniser la Loi sur les langues officielles. En revanche, il faut convaincre la majorité anglophone qui ne comprend pas toujours ces réalités, mais qui est solidaire des Anglo-Québécois. Et je pense que l’AFO et la SANB peuvent aussi aider le QCGN à faire comprendre l’importance de ses droits linguistiques aux Québécois francophones», se réjouit M. Drouin, interrogé par ONFR+.

«Ce n’est pas un secret que les Anglo-Québécois et les Franco-Ontariens ont été main dans la main pour des causes en cour et qu’ils se sont appuyés. Je ne suis pas inquiet. Le gouvernement du Québec semble être ouvert et je suis content de voir que nous revenons à une ère pré-René Lévesque.»

Amanda Simard: «Je n’appuie pas l’entente»

Amanda Simard est pour le moment la seule à prendre position contre le protocole d’entente. La députée indépendante de Glengarry-Prescott-Russell s’est fendue d’un message, jeudi en après-midi, sur Facebook.

«L’élection approche, le temps est à l’action, et l’intention de l’AFO est honorable et juste. L’entente n’est pas parfaite, soit, mais utilisons-la pour alimenter la discussion et revivifier le vent de fraternité né de la crise linguistique. Cette solidarité franco sera non seulement un atout durant la campagne, mais est essentielle pour contrer les récents reculs imposés aux minorités francophones canadiennes.»

Sur Twitter, la députée s’était montrée beaucoup plus limpide. «Je n’appuie pas l’entente, je dis clairement qu’elle est imparfaite.»

Mme Simard n’a pas souhaité donné suite à nos demandes pour une entrevue complémentaire.

Marie-France Lalonde: «Pas de quoi s’alarmer»

Aux yeux de la députée libérale et ancienne ministre des Affaires francophones, l’important est avant tout de «créer une collaboration avec les anglophones de notre province parce qu’on doit les sensibiliser constamment à la dualité linguistique».

La députée d’Orléans, Marie-France Lalonde. Archives ONFR+

Et d’ajouter: «C’est une décision que les trois organisations ont prise dans leurs circonstances. Il faut voir cela comme un simple début de conversation. C’est une entente d’un an. Il n’y a pas de quoi s’alarmer. L’AFO protège le fait français. Il va falloir faire des suivis quant au bien-fondé.»

Mme Lalonde y voit même une ouverture à ne pas négliger. «Il est important de voir comment la communauté anglophone au Québec voit la perspective des francophones minoritaires au Canada. Ça pourrait devenir intéressant sur beaucoup d’aspects.»

Carol Hughes: «C’est génial»

«C’est génial ce que sont en train de faire l’AFO, la SANB et QCGN. Au NPD, nous soutenons les efforts pour protéger les droits linguistiques, et c’est ce que cette entente vise à faire», lance quant à elle la députée fédérale franco-ontarienne du Nouveau Parti démocratique (NPD), Carol Hughes.

Enthousiaste, l’élue d’Algoma–Manitoulin–Kapuskasing poursuit sur sa lancée. «L’objectif à la fin, c’est d’être tous réunis pour protéger les deux langues officielles.»

Ceux qui ne se prononcent pas

Beaucoup de députés franco-ontariens ou considérés francophiles n’ont pas souhaité s’exprimer sur ce protocole d’entente. Jointe par ONFR+, la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, a comme bien souvent laissé à son bureau le soin de répondre.

Le courriel envoyé à ONFR+ ne fait pas référence d’une manière ou d’une autre au protocole d’entente. «Nous travaillons fort pour protéger les services de première ligne et améliorer la prestation de ces services pour les 1,5 million d’Ontariennes et d’Ontariens qui s’expriment en français.»

Et de poursuivre: «Une facette importante de ce travail est de s’assurer que notre communauté reçoive sa juste part du financement fédéral pour les services en français. Il s’agit, pour nous, d’une des meilleures façons de faire avancer les droits des francophones en Ontario et de promouvoir l’usage du français dans notre province.»

Lancez la vidéo sur Caroline Mulroney
La ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Caroline Mulroney. Archives ONFR+

Plusieurs autres députés sollicités et relancés par ONFR+ n’ont pas donné suite à nos demandes d’entrevue. C’est le cas au provincial des progressistes-conservatrices Gila Martow, Natalia Kusendova, la libérale Nathalie Des Rosiers, ou encore les néo-démocrates France Gélinas, Gilles Bisson, John Vanthof et Michael Mantha.

Parmi les députés fédéraux, l’élue d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, nous a référé au bureau de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly.

Pourquoi une telle unanimité?

La question, qui divise dans la communauté franco-ontarienne, semble faire dès l’unanimité ou presque chez les élus franco-ontariens. Est-ce la perspective des élections fédérales, une volonté de ne pas s’aliéner les électeurs anglophones? La politologue au Collège militaire royal du Canada, Stéphanie Chouinard, propose une autre hypothèse.

«Ce n’est pas une réaction très surprenante. Même s’ils auraient pu être un peu plus critiques, ils ne veulent sans doute pas faire de l’ombre à l’organisme porte-parole de la communauté franco-ontarienne.»

Article co-écrit par Rudy Chabannes, Sébastien Pierroz et Benjamin Vachet

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+