Passer au contenu Passer au pied de page

Femmes pionnières franco-ontariennes. « Une femme m’a dit : they will eat you alive ! »

Temps de lecture : 6 minutes

Quelque 30 ans se sont écoulés aujourd’hui depuis la tuerie de Polytechnique. Durant ces trois décennies, les barrières sont-elles-vraiment tombées pour les femmes sur leur lieu de travail ? Rencontre avec l’entraîneure de basket-ball Chantal Vallée, la politicienne Amanda Simard, et l’universitaire Stéphanie Chouinard. Point commun entre ces trois Franco-Ontariennes en vue ? Elles occupent un métier jusque-là traditionnellement réservé aux hommes. Entre succès, satisfactions et frustrations quotidiennes, tout ne peut pas encore se dire. Des témoignages recueillis par les journalistes Sébastien Pierroz et Aimé Majeau Beauchamp. 

La représentation des femmes en politique montre à priori une évolution. Lors des dernières élections générales ontariennes en juin 2018, 49 femmes ont obtenu un siège de députée, l’équivalent d’une proportion de 39,5 %. Un record dans la province. Parmi elles : Amanda Simard élue alors sous la bannière progressiste-conservatrice.

Avant de devenir la première femme députée dans sa circonscription de Glengarry-Prescott-Russell, Mme Simard est d’abord passée par l’échelon municipal où elle fut conseillère à Russell de 2014 à 2018.

« La première fois que je me suis présentée comme conseillère municipale, une femme m’a dit : Are you crazy ? They will eat you alive ! Ce genre de propos peuvent décourager, mais je pense au contraire qu’il faut essayer. »

L’une des choses les plus difficiles pour la députée ? Les comportements sexistes qui sont encore légion.

« J’aime me préparer, faire mes cheveux, me maquiller. Ma mère était comme ça, mes amies aussi, la plupart de mes amies sont des coiffeuses et aiment se préparer, mais les gens ne jugent pas ça très sérieusement. Je suis diplômée en droit, j’ai travaillé en politique pendant huit ans, ça n’enlève rien à mon expérience de préparer mes cheveux (…) Lors d’une entrevue une fois, il y avait une vingtaine de commentaires en même temps qui disaient que je ressemblais à une poupée-robot. Aucun commentaire sur le contenu. On ne fait pas ces remarques pour la cravate d’un homme ou s’il avait les cheveux gris. »

Pour la députée de Glengarry-Prescott-Russell, les mentalités des hommes resteraient différentes entre le gouvernement fédéral où elle a longtemps œuvré, et celles dans sa circonscription où les « boys club » ont eu pour conséquence des critiques plus acerbes à son égard.

Et de trancher : « La politique est un monde d’hommes. »

Dans un autre registre et loin de la politique, Chantal Vallée doit gérer des hommes. « Des hommes et des femmes ne sont pas habitués à voir des femmes en position de leadership », résume l’entraîneure des Honey Badgers de Hamilton. En novembre 2018, cette Franco-Ontarienne est devenue la première à prendre la tête d’une équipe professionnelle masculine.

France Gareau, Caroline Bisson, et plus récemment Véronique Grenier, la liste des Franco-Ontariennes s’illustrant en sport est pourtant longue. Mais très rares sont celles qui ont dû diriger des hommes.

Les parties endiablées et le temps qui défile au chronomètre amènent souvent des matchs serrés. Difficile dans ces conditions de tenir en place sur le banc, même si Chantal Vallée semble embrasser le monde masculin.

« Si on est passionné, ça veut pas dire qu’on est passionnel. On est juste plus habitué à voir des hommes passionnés (…) Quand cela devient plus intense, les femmes ont une voie plus aiguë. J’ai dû donc garder ma voix plus calme. »

Une expérience dans l’ensemble positive, insiste l’entraîneure. « Ça a bien été. Parfois les gars pensaient que j’allais avoir un peu plus de compassion, et être plus douce, mais je suis un coach, et c’est comme ça que ça marche ! »

« Ça forge le caractère »

Autre métier longtemps réservé aux hommes : l’enseignement universitaire. Les choses ont évolué depuis 1912, date à laquelle Carrie Derick devenait la première femme du Canada à accéder au rang de professeure titulaire. Très en vue au cours de l’année 2019, la politologue Stéphanie Chouinard mesure la difficulté des femmes à prendre leur place.

« Quand j’étais au baccalauréat, on était 50 % de filles, et après de moins en moins. Il y a cette perception que ce n’est pas un milieu qui est accessible pour elles. Il y a peu d’exemples de femmes universitaires qui ont concilié la carrière et la famille. Il y a de plus en plus de doctorantes et de professeures, mais c’est loin d’être la coupe aux lèvres », explique la professeure au Collège militaire royale du Canada à Kingston.

Avant elle, beaucoup de Franco-Ontariennes avaient déjà pavé la voie, comme Linda Cardinal, Anne Gilbert ou encore Diane Gerin-Lajoie.

À savoir comment se traduit la discrimination dans les bâtiments universitaires, Mme Chouinard cite la manière d’enseigner. « On attend que les femmes soient plus compréhensives et maternantes. Si on n’est pas plus avenante ou plus gentille, on se fait juger, et cela peut avoir un impact particulier. Nos évaluations de classe ne vont pas toujours refléter la qualité de l’enseignement. »

Et de poursuivre : « Ca forge le caractère, ça porte à nous questionner plus sur notre travail, la façon dont on se projette. Les jeunes femmes professeures vont penser à la façon dont elles s’habillent, dont elles parlent (…) Oui les mentalités ont changé, mais la barre n’est pas encore égale. »

La politologue Stéphanie Chouinard. Archives ONFR+

« Les freins n’ont pas cessé »

Trente ans après la tuerie, on aurait à priori tendance à croire que les choses ont évolué. « Parce qu’on est en 2015 », avait même lancé le premier ministre Justin Trudeau lors de sa première assermentation, quand interrogé sur la parité de son cabinet ministériel.

La sociologue Mélissa Blais du Réseau québécois en études féministes connaît particulièrement les défis pour les femmes. Dire que les mentalités ont évolué est une formule à nuancer selon elle.

La plaque commémorative de l’attentat de Polytechnique. Gracieuseté : Getty Images

« Les freins n’ont pas cessé, ils se sont ajustés, c’est juste différent. On ne peut plus dire aujourd’hui que les femmes sont inférieures, mais on le fait sentir autrement. On les réassigne de façon différente, ce sont les mots aujourd’hui qui changent et le fait qu’on le dit plus avec douceur. »

La professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) précise : « On freine l’avancée des femmes par des moyens multiples et divers. Ces femmes en politique ont beaucoup attiré l’attention, car il y en a certes de plus en plus, mais cela ne veut pas dire que l’égalité est atteinte. Il ne faut rien prendre pour acquis. »

Mais quels sont ces freins  beaucoup plus invisibles ? « On a du harcèlement sexuel au travail. Dans le cas des jeunes doctorantes ou filles en maîtrise, beaucoup vont même abandonner leurs études, et cela fait partie des barrières les moins nommées. Aussi, nous avons cette conciliation famille-travail qui permet moins d’avoir un parcours, puisqu’il est dans le monde du travail bien vu de faire des heures sup, de rester tard dans le soir. Pour ce qui est des femmes en politique, enfin, cela reste difficile d’avoir un mentorat de femme. Elles ont beaucoup moins accès aux boys club, des endroits souvent réservés où hommes blancs de milieux bourgeois. »

À savoir si les femmes « pionnières », celles qui occupent un emploi réservé traditionnellement aux hommes, sont plus à risque, la sociologue parle « d’un rôle à jouer », rappelant tout de même que le 6 décembre 1989, Marc Lépine a tué 14 femmes étudiantes en ingénierie.

Médias sociaux

Reste la dynamique des médias sociaux. Facebook, Twitter, Instagram, ou encore YouTube, autant de plateformes avec lesquelles les femmes « pionnières » doivent composer.

« Les gens ne réalisent pas à quel point les commentaires peuvent nous affecter et nous toucher. Je lis ce qui se passe et je vois tout », soupire Amanda Simard.

« On reçoit beaucoup de commentaires sexuels ou reliés à notre apparence. Sur une des vidéos YouTube, quand je faisais mon discours sur la francophonie, j’étais un peu émotionnelle, et un monsieur a écrit : « Looked like she got her panties in a bunch,  wish I could pull them out with my teeth »

Remarque sexiste concernant la députée Amanda Simard. Capture écran You Tube

La pression des citoyens quant à l’utilisation des médias sociaux de leurs élus est bien réel. Petit bémol pour la désormais députée indépendante : les dés sont pipés quand il s’agit d’une femme.

« Il est arrivé une fois où j’ai aimé un tweet d’une revue qui concerne Céline Dion et quelqu’un m’a dit que ce n’était pas approprié pour moi. Si un homme avait aimé un tweet d’une revue d’auto ou de hockey, aurait-il eu la même réaction ? »

Les médias sociaux, lieu nauséabond pour les femmes en politiques ? « Je ne suis pas prête à dire que les médias sociaux ne sont qu’un écho à la haine », analyse Mme Blais. « Avant, il y avait aussi des tactiques comme les lettres envoyées à la poste ou les clous mis devant les centres pour femmes. Le web, c’est parfois laid, mais ça peut-être utile pour dénoncer. »

Et de conclure : « Marc Lépine n’avait pas besoin d’internet pour tuer 14 femmes. »

À propos du 30e anniversaire de l’attentat de Polytechnique, la sociologue se félicite au passage du nouveau panneau commémoratif installé à la place du 6-Décembre-1989. On parle maintenant de « 14 femmes assassinées lors de l’attentat antiféministe » et non plus de tragédie.

« L’anti-féminisme est bien présent. Cette reconnaissance doit nous permettre de développer des mesures audacieuses. On voit que ce sont deux femmes, la mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui ont changé cela. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+