#Francophonie, #Ontario

Français à Toronto: rare unanimité des candidats à la mairie

Saron Gebresellassi, Jennifer Keesmaat, John Tory et Sarah Climenhaga. Montage #ONfr

TORONTO – Les quatre candidats à la mairie de Toronto les plus en vue veulent que le français prenne plus de la place dans la Ville reine. Tous sont du même avis sur ce point, même si leurs promesses divergent. Trois des quatre candidats maîtrisent le français, une candidate souhaite même que Toronto devienne officiellement bilingue. Coup d’œil sur les propositions des quatre candidats qui obtiennent le plus d’attention et sont invités à participer aux grands débats organisés à Toronto.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

John Tory décrit comme «défenseur» du français

Le maire sortant, John Tory, a été élu un soir d’octobre 2014. Devant ses partisans, il a débuté son discours en français, ce qui n’est pas passé inaperçu. Il a rencontré sa femme lors de cours de français à l’Université York et ses deux enfants parlent la langue de Molière. «Le maire a été un défenseur du français à Toronto», affirme la porte-parole du maire sortant, Keerthana Kamalavasan.

John Tory lors de sa victoire le 27 octobre 2014. Archives #ONfr

Si le comité consultatif francophone de Toronto est revenu à la vie grâce à John Tory, c’est aussi sous son règne que la politique multilingue a été modifiée. Le français n’a plus à être inclus dans les dépliants de la Ville quand une autre langue que l’anglais est utilisée, comme auparavant.

«Le maire attend un rapport de la Ville à ce sujet et il favorisera l’ajout du français quand d’autres langues sont utilisées», assure sa chef de campagne. John Tory fait d’autres promesses aux francophones: augmenter le nombre de rencontres du comité consultatif et agir pour aider le projet de Maison de la francophonie.

«Les fonctionnaires ont été invités à travailler avec la communauté pour trouver un emplacement. Le maire appuie ces démarches et espère avoir une mise à jour sur ces recherches», indique son équipe. Selon les informations d’#ONfr, aucune discussion n’est en cours avec la Maison de la francophonie ou le projet d’Université de l’Ontario français, malgré des engagements similaires du maire Tory par le passé.

 

Jennifer Keesmaat en faveur d’un Toronto plus bilingue

Jennifer Keesmaat n’en peut plus du manque de vision du maire sortant, John Tory. Toronto est une ville d’envergure internationale et il faut faire mieux en matière d’urbanisme, de transport et d’accès au logement, dit-elle. Elle est la seule candidate interrogée à ne pas maîtriser le français, mais affirme croire profondément au bilinguisme.

«Mes enfants parlent le français et nous avons une occasion de célébrer la culture francophone et de bâtir une ville bilingue, ce que nous n’avons pas actuellement», affirme Mme Keesmaat sans s’engager pour autant sur un statut officiel. «Nous devons créer des liens plus profonds entre nos deux langues officielles et ça passe notamment par l’éducation», renchérit-elle.

La candidate Jennifer Keesmaat. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier, #ONfr

Elle ne comprend pas la décision de la Ville de ne plus communiquer avec les citoyens aussi en français lorsque d’autres langues sont utilisées. «Je suis surprise d’apprendre qu’on a fait ce changement, ça va dans la direction opposée à laquelle on devrait aller. Il faut renforcer le fait français dans notre Ville. Il faut qu’il soit visible et présent», dit-elle, espérant pouvoir s’attaquer au dossier si elle prend le pouvoir.

 

Toronto doit être aussi bilingue qu’Ottawa, affirme Saron Gebresellassi

L’avocate et activiste Saron Gebresellassi est la grande révélation de la course à la mairie, selon plusieurs observateurs. Ses idées audacieuses et sa fougue ne sont pas passées inaperçues. Son audace s’exprime aussi dans sa vision des langues officielles. «Nous avons des dizaines de milliers de francophones. C’est une communauté qui a des droits constitutionnels. Je veux inclure la communauté francophone au niveau municipal. Actuellement, tout se fait en anglais. Je veux changer ça», lance-t-elle.

Mme Gebresellassi se permet même de fournir quelques exemples. «Nous devons être une ville officiellement bilingue comme à Ottawa. À Ottawa, on peut avoir les services en français et en anglais, pas à Toronto […] Je veux plus de services en français, je veux les débats dans les deux langues officielles. Cette ville est une ville bilingue et on doit célébrer les deux langues officielles», affirme-t-elle.

La candidate Saron Gebresellassi. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier, #ONfr

Saron Gebresellassi commence chacun de ses points de presse en invitant les médias à lui poser des questions en anglais ou en français. «J’ai appris par moi-même le français. Je n’ai pas bénéficié de l’immersion. J’ai étudié très fort et j’ai développé un intérêt pour les droits linguistiques», confie-t-elle. «J’encourage la participation de notre communauté francophone pendant les élections, c’est votre ville aussi», ajoute-t-elle à l’intention des Franco-Torontois.

 

Sarah Climenhaga: le français dans un Toronto multilingue

Sarah Climenhaga est une mère de trois enfants. Elle espère qu’ils pourront évoluer dans un environnement plus multilingue, où le français aurait également plus d’espace.

«Compte tenu du grand nombre de langues à Toronto, je pense que nous devrions élargir notre utilisation d’autres langues, y compris le français, au lieu de nous limiter à l’anglais. Je crois aussi que nous devrions avoir des outils communication ciblant toutes les communautés culturelles de Toronto, y compris la communauté francophone», confie-t-elle à propos de la place que le français devrait prendre sous sa gouverne.

«Toronto est une ville multilingue où de nombreuses cultures cohabitent harmonieusement. Ma vision est d’avoir une ville où les langues et les cultures de nos communautés sont soutenues par les politiques de la ville», ajoute-t-elle.

Sarah Cimenhaga Crédit image: gracieuseté

Si elle devenait mairesse de Toronto, elle promet d’appuyer le projet de l’Université de l’Ontario français. «Une université française serait un atout formidable pour tout Toronto. Je collaborerais avec les conseillers et le personnel afin de participer activement à la recherche d’un lieu, de déterminer si un terrain appartenant à la ville serait une option et, le cas échéant, d’accorder ce droit soit par un bail de 99 ans, soit par une vente à un prix inférieur au prix du marché», affirme la candidate à la mairie, qui maîtrise le français.

L’activiste de 46 ans milite pour les droits des cyclistes et des utilisateurs des transports en commun. «Je veillerais à ce que le personnel municipal travaille avec le campus pour assurer la sécurité de tous, que ça soit sur deux pieds ou deux roues», explique-t-elle.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Quatre ans de John Tory pour les Franco-Torontois: quel bilan?

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.