Passer au contenu Passer au pied de page

François Choquette ne jette pas l’éponge

Temps de lecture : 5 minutes

[LA RENCONTRE D’ONFR+] 

OTTAWA – Pendant quatre ans, François Choquette a représenté le Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de langues officielles. Très actif dans le dossier, il avait repris le flambeau du député acadien Yvon Godin, notamment en présentant un projet de loi sur le bilinguisme obligatoire des juges à la Cour suprême du Canada. Le 21 octobre, le député sortant de Drummond a échoué à obtenir un troisième mandat. ONFR+ s’est entretenu avec lui, quelques semaines après les élections.  

« Les élections fédérales désormais terminées, comment vous sentez-vous ?

Je me sens toujours un peu triste, surtout pour les gens qui ont travaillé si fort pendant la campagne, mes adjoints, les bénévoles, ma famille… Ils ont donné tellement d’heures ! Le résultat n’est pas à la hauteur du travail accompli. Mais je m’en vais serein, car on ne pouvait pas faire plus.

Comment expliquez-vous cette défaite ?

La grande majorité des gens dans Drummond apprécient le travail que j’ai fait, tant pour la circonscription, qu’en matière d’environnement et de langues officielles. Ils me le disaient, puis me souhaitaient bonne chance, donc je pouvais comprendre qu’ils ne voteraient pas pour moi.

J’ai fait une campagne positive, mais les circonstances et la conjoncture n’étaient pas favorables, cette année. La campagne électorale a beaucoup tourné autour de la Loi sur la laïcité au Québec ce qui a enlevé de l’ordre du jour tous les autres sujets sur lesquels nous étions très forts, comme en matière de santé, d’environnement…

Archives ONFR+

D’un point de vue plus global, comment jugez-vous le résultat de votre parti lors de ces élections ?

Malgré les circonstances, je trouve que le chef et toute l’équipe ont plutôt bien performé. Au Québec, les luttes ont été très serrées, mais malheureusement on a perdu beaucoup de sièges.

Vous avez été député à Ottawa pendant huit années. Qu’est-ce qui vous avez conduit de l’enseignement vers la politique ?

C’est mon intérêt pour la justice sociale, l’environnement et les défis liés à l’urgence médiatique qui m’ont conduit en politique. Mes enfants étaient jeunes à l’époque.

Qu’est-ce que cette expérience vous a apprise ?

Ça m’a appris à respecter encore plus le rôle des députés. C’est une grande responsabilité de siéger à la Chambre des communes et il faut rester humble par rapport à ça et prendre cette tâche au sérieux.

Quand j’ai commencé, je n’imaginais pas à quel point c’est exigeant. On ne réalise pas l’ampleur du travail des députés. Les attentes sont très grandes et les citoyens s’attendent à ce qu’on puisse résoudre tous les problèmes comme si on avait une baguette magique. Les députés travaillent très fort et ce n’est pas toujours facile pour leur famille et leurs proches. J’ai vu beaucoup de mes collègues avoir des problèmes familiaux. Et c’est d’ailleurs une grande fierté pour moi d’avoir su conserver l’amour de mon épouse et de mes enfants.

Source : Facebook

Lors de la dernière législature, vous aviez hérité de la lourde tâche de succéder à Yvon Godin comme porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en langues officielles. Jusqu’ici vous aviez été très actif et engagé en matière d’environnement. Pourquoi les langues officielles ?

Ça a été une décision prise d’un commun accord. Je suis enseignant de français à la base et, même si honnêtement je connaissais peu le dossier, je voulais relever ce défi, car il m’intéressait, bien que ne venant pas d’un milieu francophone minoritaire.

Qu’avez-vous appris de cette fonction ?

Beaucoup de choses ! J’ai vraiment pris le dossier à bras le corps et parcouru presque tout le Canada. Aujourd’hui, je pense avoir une bonne base de connaissance de la francophonie canadienne et des langues officielles. Après quatre ans à avoir œuvré dans le dossier, je suis désormais convaincu qu’il y a besoin d’une plus grande solidarité de la francophonie pancanadienne. Trop longtemps, les communautés francophones minoritaires et le Québec ont été placés en opposition, et c’est une erreur qu’il faut rectifier à mon avis. Il y a un début, mais il faut faire plus.

Quelle est votre plus grande fierté comme porte-parole aux langues officielles ?

J’apprécie de voir que mon travail a été reconnu, notamment pendant la crise linguistique en Ontario français.

Et quelle est votre plus grande déception ?

Forcément, c’est de ne pas avoir réussi à faire adopter le projet de loi sur le bilinguisme obligatoire des juges à la Cour suprême du Canada. Je suis aussi inquiet de ne pas avoir eu de nouvelles de Statistique Canada quant à l’ajout de questions linguistiques pour mieux dénombrer les ayants droit dans le recensement. Pourtant, avec le comité permanent des langues officielles, nous y avons travaillé très fort.

Archives ONFR+

Votre homologue conservateur, Alupa Clarke, a lui aussi été défait et le président du comité permanent des langues officielles, Denis Paradis, ne s’est pas représenté. Est-ce qu’il faut s’inquiéter quant au suivi qui sera fait des dossiers entamés en matière de langues officielles ?

C’est une grande perte, c’est sûr. Mais de mon côté, je vais rester disponible pour répondre aux questions et aider la personne qui me succèdera au sein du NPD dans le dossier des langues officielles [Cette entrevue a été réalisée avant qu’on apprenne la nomination de Carol Hugues comme porte-parole du NPD aux langues officielles]. Ce sera important d’assurer cette continuité. J’espère notamment que le parti poursuivra le combat pour le bilinguisme des juges à la Cour suprême du Canada. Et puis, pour ma part, je vais continuer mon combat judiciaire contre l’entente entre Netflix et Patrimoine canadien.

Pendant la campagne, il y a eu certains manques de la part du NPD en français, que ce soit dans les communications du chef sur les médias sociaux, la campagne publicitaire uniquement dirigée vers le Québec… Même la plateforme a été jugée timide sur le dossier. Qu’en pensez-vous ?

C’est sûr que nous aurions pu être plus précis par rapport à la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Nous avons fait le choix de ne pas entrer davantage dans les détails, mais les gens qui m’ont suivi et qui savent ce que j’ai accompli pouvaient savoir quelle était notre position dans le dossier.

Le NPD n’a plus qu’un représentant au Québec [Alexandre Boulerice]. Est-ce que cela risque de menacer la sensibilité du parti en matière de francophonie et de défense des droits linguistiques ?

Nous avons du travail à faire notamment par rapport à nos communications et il y a une sensibilisation à faire auprès de tous les députés. Mais je peux vous garantir que le parti est toujours sensible à la francophonie et au dossier des langues officielles.

Est-ce la fin de la politique pour vous ?

Je n’ai pas encore pris de décision définitive. Ce qui est sûr, c’est que je vais rester impliqué au sein du NPD dans Drummond. Mais je peux vous dire aussi qu’il y a de bonnes chances que je me représente en politique fédérale. »


LES DATES-CLÉS DE FRANÇOIS CHOQUETTE

1974 : Naissance à Granby

2006 : Première tentative électorale et défaite dans Drummond (Québec)

2011 : Élu député fédéral de Drummond (Québec)

2017 : Son projet de loi sur le bilinguisme obligatoire des juges à la Cour suprême du Canada est défait

2018 : Nommé parmi les dix personnalités francophones les plus influentes de l’année du palmarès Francopresse de l’Association de la presse francophone (APF) pour 2017

2019 : Défait lors des élections fédérales

Chaque fin de semaine, ONFR+ rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !