#Francophonie, #Ontario

«French language» sur les plaques d’immatriculation: vers un changement

Archives #ONfr

TORONTO – Le problème est discret, mais persiste depuis des années. Les plaques d’immatriculation commandées avec le drapeau franco-ontarien comportent les deux lettres FL signifiant… «french language». Interpellé par #ONfr, le gouvernement ontarien promet de corriger le tir rapidement.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«Une fois que le stock de la série de plaques FL est épuisé, la série de plaques passera à «LF» pour langue française», fait-on savoir par échange de courriels, du côté du Ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs.

Le gouvernement ne dit pas cependant quand la modification sera effective.

En 2016, #ONfr avait déjà soulevé le problème après que des messages contre cette mention se soient faits entendre sur les médias sociaux.

«Les fonctionnaires ont pensé faire plaisir aux francophones avec ce petit clin d’œil. C’était de bonne foi. Mais ils ont pensé à nous… en anglais», avait alors déclaré le commissaire aux services en français, François Boileau.

Mis au courant de l’engagement du gouvernement, le bureau du chien de garde aux services en français n’a cette fois pas souhaité réagir.

 

Entre 60 et 120 plaques par année

Selon les données obtenues par le Ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs, l’intérêt des plaques d’immatriculation possédant à la fois un drapeau franco-ontarien et la mention «Tant à découvrir» n’est pas très fort.

Entre 2010 et 2018, ce sont entre 60 et 120 plaques avec comme graphique le drapeau franco-ontarien qui ont été demandées annuellement. La meilleure année reste 2010-2011 avec 111 modèles du genre commandés.

Une plaque d’immatriculation avec le drapeau franco-ontarien. Source: Commissariat aux services en français.

Dans un article publié lundi dernier, #ONfr révélait une tendance contraire pour les plaques d’immatriculation comportant seulement la mention «Tant à découvrir». Depuis la mise en place de ce slogan en 2008, les chiffres augmentent chaque année. Pour 2017-2018, quelque 3 782 résidents de l’Ontario ont fait ce choix pour les véhicules de tourisme.

Une tendance imputable aux 82,15 $ qu’il faudrait débourser pour obtenir l’un de la soixantaine de logos disponibles pour une plaque d’immatriculation.

 

Quelques réactions

L’article de #ONfr a en tout cas fait réagir, et même parfois relancé la défiance à la mention FL. «Ce qui me dérange est le fait d’avoir de l’anglais sur ma plaque qui devrait être strictement en français!», nous explique Lise Gagnon, une Franco-Ontarienne de la région d’Ottawa. «FL pourrait facilement être LF, si l’identifiant est nécessaire, et même les policiers pourraient le comprendre.»

Et d’ajouter: «Je ne vois même pas pourquoi on aurait besoin d’être identifié comme francophone! Des chiffres se lisent dans toutes les langues!»

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Demandes en hausse pour les plaques d’immatriculation en français

Le «French language» des plaques d’immatriculation en français

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.