Passer au contenu Passer au pied de page

Geneviève Lajoie compte améliorer la visibilité du français à Casselman

Temps de lecture : 3 minutes

CASSELMAN – C’est la première fois qu’une femme devient mairesse dans la municipalité de Casselman. Geneviève Lajoie, qui succède à Daniel Lafleur, sera officiellement la nouvelle édile dans quelques semaines. Pour l’heure, il est question de fixer ses priorités et le français en fait partie.

Il y a plusieurs aspects que la mairesse élue voudrait voir émerger dans sa communauté. Les bonnes intentions sont nombreuses, mais dans son conseil municipal tout à fait paritaire – deux hommes, deux femmes -, Geneviève Lajoie sait qu’il faudra « travailler ensemble ».

Plusieurs priorités la préoccupent, dont le français, dit-elle. « J’ai constaté, un peu comme tout le monde, qu’il y a un déclin du Français. Casselman est une municipalité francophone et c’est très important qu’elle le reste. »

Geneviève Lajoie explique notamment que lorsqu’on arrive à Casselman, « il faut que cela se voie ».

« Je n’ai pas tous les détails et j’espère que le conseil voudra que l’on travaille là-dessus, mais je voudrais plus de festivals de musiques francophones, plus de visibilité pour la francophonie. »

Elle ne pense pas pour autant que le français soit mal représenté. D’ailleurs, elle affirme qu’une majorité des commerçants conversent en français. « Il y a tout de même 75 % des habitants qui parlent la langue. »

Entrée de Casselman. Crédit image : Benjamin Vachet

« J’espère aussi briser les barrières entre les anglophones et les francophones », souhaite-t-elle. « Faire qu’il n’y ait pas d’animosité. Ici, c’est la culture de Casselman, c’est notre communauté francophone. »

Geneviève Lajoie se considère francophone et anglophone, elle a aussi des ancêtres autochtones. Elle explique à ce titre que ses parents, son conjoint et ses enfants sont aussi francophones. « J’ai un très fort accent anglais et mon français n’est pas parfait, mais je suis francophone, comme je suis née et j’ai grandi en français. »

La participation citoyenne

Geneviève Lajoie veut répondre à la demande des habitants. Pour ce faire, elle considère presque qu’il faille effectuer du porte-à-porte chaque année.

« J’ai parlé avec beaucoup de personnes durant la campagne et le porte-à-porte et je tiens à dire qu’on devrait faire ça tous les ans. J’ai vraiment écouté les habitants et j’ai compris ce dont ils avaient besoin. »

« C’est tellement important », reprend-elle. « En plus, parmi les habitants, il y a des experts dans nos villes et ils ont des choses très pertinentes à dire ».

« En fait, j’aimerais encourager le monde à participer à nos comités. »

Des enjeux pour les habitants

Anciennement conseillère scolaire et éducatrice de la petite enfance, Mme Lajoie veut trouver des solutions aux enjeux locaux.

« Durant mon porte-à-porte, le sujet de la qualité de l’eau est revenu en majorité, donc c’est un enjeu sur lequel je vais m’appliquer. »

Comme la municipalité d’Alfred et Plantagenet, la sécurité routière semble aussi être un enjeu pour les habitants de Casselman. « Les gens roulent trop vite et il va falloir faire quelque chose. »  

Pour la mairesse élue, « c’est important que la municipalité soutienne ceux qui ont des difficultés. Ce n’était pas le cas et j’étais fâchée quand j’ai constaté que des gens allaient chercher de l’aide sans nécessairement un retour ».

« C’est notre travail », renchérit-elle.

Enfin, Mme Lajoie veut s’allier aux autres municipalités pour faire pression au gouvernement provincial. « On pourrait changer les choses, notamment pour le logement. »

« Une de mes priorités sera aussi de travailler avec les Comtés unis de Prescott et Russell. Je crois que la collaboration, c’est la clef. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !