Passer au contenu Passer au pied de page

Grève des tâches administratives dans les écoles francophones

Temps de lecture : 2 minutes

TORONTO – L’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) emboîte le pas aux autres syndicats d’enseignement et lancera une grève du zèle de plusieurs tâches administratives, dès jeudi. Le syndicat accuse le gouvernement Ford de chercher des économies au dépend des élèves, mais s’en prend aussi aux conseils scolaires francophones.

Les enseignantes et enseignants franco-ontariens se sont prononcés à 97 % en faveur de la grève lors d’un vote qui s’est déroulé du 18 au 20 décembre.

Le président de l’AEFO, Rémi Sabourin, est d’avis que la survie de certaines écoles francophones est actuellement en jeu. Ce qui justifie des moyens de pression exceptionnels pour le syndicat francophone.

« Ça fait 20 ans dans les écoles francophones qu’il n’y a pas eu de grève du zèle de ce genre », dit-il.

Cette nouvelle phase de moyens de pression n’implique pas de grève générale, insiste Rémi Sabourin, pour l’instant.

L’AEFO accuse le gouvernement Ford de vouloir simplement réduire les coûts dans le système d’éducation, sans égard au bien des élèves. Le syndicat est fermement opposé à l’introduction de cours à distance au secondaire et craint une réduction de l’offre de cours, ce qui aurait un impact plus grand pour le système francophone, dit-il.

L’AEFO compte environ 12 000 membres et représente les enseignantes et les enseignants des écoles élémentaires et secondaires de langue française de l’Ontario, tant catholiques que publiques, en plus du personnel professionnel et de soutien.

Rémi Sabourin ne souhaite pas entrer dans les détails, mais dénonce l’attitude des conseils scolaires francophones. « Malheureusement, les conseils scolaires francophones ne semblent pas être nos alliés à la table des négociations », a-t-il lancé en conférence de presse.

Le gouvernement ontarien et son ministre de l’éducation, Stephen Lecce, accusent les syndicats d’enseignement de placer en bien mauvaise position les parents et les élèves avec leurs moyens de pression. Malgré les moyens de pression, les négociations se poursuivent.

Grèves du zèle : quelques unes des consignes de l’AEFO à ses membres

«  Durant la première phase de la grève du zèle, vous travaillez comme à l’habitude pendant la journée scolaire. Vous pouvez également poursuivre les activités parascolaires auxquelles vous avez choisi de participer.  » 

«  Vous continuez de communiquer avec les parents ou de les rencontrer, mais seulement pendant la journée scolaire.  »

«  Vous ne devez jamais compromettre la santé et la sécurité des élèves. Si une situation survient pendant les récréations ou le dîner qui exige une intervention immédiate, vous devez intervenir.  »

«  Vous ne remettez à la direction aucune nouvelle planification annuelle, semestrielle ou hebdomadaire ainsi qu’aucune planification d’urgence, syllabus de cours, esquisse de cours.  »

«  Vous remettez, à la direction, une liste de classe avec une note par élève pour chaque domaine, matière ou cours enseigné. Vous ne complétez pas le bulletin scolaire.  »

«  Vous ne distribuez aucune communication provenant de l’école ou du conseil scolaire aux élèves (p. ex., lettres, formulaires de permission, invitations, journal de l’école, etc.).  »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+