Passer au contenu Passer au pied de page

Il y a 30 ans, l’attaque frontale contre les francophones de Sault-Sainte-Marie

Temps de lecture : 5 minutes

SAULT-SAINTE-MARIE – Avec sa rivière Sainte-Marie, ses rues commerçantes, ses parcs et, ironiquement son nom francophone, Sault-Sainte-Marie a tout d’un endroit paisible. Difficile de croire qu’il y a 30 ans, les projecteurs de tout le Canada se sont braqués sur cette ville du Nord-Ontario de 75 000 résidents. Le 29 janvier 1990, il a suffi de quelques secondes, le temps d’une résolution votée par le conseil municipal, pour balayer la culture francophone. Une sorte de déclaration de guerre.

Il y a 30 ans, jour pour jour, la formule « ville unilingue anglophone » inscrite dans la résolution du maire Joe Fratesi et ses conseillers passe à la postérité.

La raison invoquée par l’équipe municipale : l’austérité budgétaire. M. Fratesi parle d’une augmentation des impôts en cas de services bilingues offerts. Histoire d’enfoncer le clou, le maire lâche cette petite phrase aux médias : « Je n’ai à avoir honte de rien ! »

Le premier magistrat s’appuie alors sur une pétition signée par plus de 25 000 résidents – le tiers de la population de Sault-Sainte-Marie – réclamant de n’accorder aucun bénéfice à la langue française. Quelque 3 000 Franco-Ontariens résident alors à Sault-Sainte-Marie.

« Cette journée-là, on était dans le choc, on s’y attendait pas », se souvient Denise Martel.

« Ça faisait à peu près six mois que la SAPERL, l’Association pour la préservation de l’anglais à Sault-Sainte-Marie, qui était plus un groupe de retraités, brassait les choses dans la communauté. Il y avait des lettres dans les journaux et ces pétitions… Mais on ne pensait pas que ça irait jusque-là. »

« On avait décidé de pas répondre, car on ne voulait pas de conflits dans les journaux », glisse son mari, Roger.

Le couple Martel, ce sont surtout des francophones engagés vivant dans cette localité du Nord de l’Ontario depuis plusieurs années. Elle, originaire de Toronto, est conseillère scolaire, lui, qui a grandi à Cornwall, est alors directeur d’école.

L’ancien entrepreneur forestier, Jean-Paul Dubreuil. Crédit image : Paulette Dubreuil

La voix chevrotante, Jean-Paul Dubreuil, un autre francophone de Sault-Sainte-Marie, a le cœur lourd au souvenir de cette journée.

« J’étais pour faire mes exercices. À ce moment, j’ai mis la télévision, et j’ai compris. »

Cette résolution intervient dans un climat linguistique particulier. Explosif, diront certains. Il y a d’abord la mise en vigueur de la Loi sur les services en français en novembre 1989, trois ans après son vote.

1990, c’est aussi l’année de la dernière chance pour l’Accord du lac Meech avec cette question lancinante : le Québec acceptera-t-il d’adhérer à la Loi constitutionnelle de 1982. Des négociations qui attisent les tensions linguistiques de part et d’autre.

Sault-Sainte-Marie n’est pas la première municipalité de l’Ontario à agir de la sorte. Une quarantaine font de même dans la foulée de la Loi sur les services en français votée en 1986. Sauf que cette fois-ci, le débat enflamme le Canada, et se déplace même à la Chambre des communes qui réaffirme son engagement pour la dualité linguistique.

Des menaces contre les enfants

« Il y avait beaucoup de tensions. Ça a fait du mal et ça a blessé beaucoup de personnes », explique  M. Dubreuil.

Comme certains francophones, cet ancien entrepreneur forestier choisit de marcher dans les rues et de manifester devant la municipalité.

Les contestations n’y font pourtant rien.

« Après la résolution, on a fait beaucoup d’entrevues, expliquant la situation. Bien qu’on en parlait, ça ne faisait pas la différence », se rappelle Denise Martel. « Le climat était négatif. La rédaction de lettres des anglophones à l’éditeur continuait pour un autre six mois. Nos affaires étaient sérieusement menacées. »

Ce sont finalement les menaces proférées à l’encontre d’enfants qui calment le jeu.

« On a reçu une carte anonyme qui nommait explicitement nos enfants, avec leurs noms, et l’autobus qu’ils prenaient pour aller à l’école. On a prévenu immédiatement la police, et on a rendu ces menaces publiques. C’est là que l’opinion a commencé à se ranger de notre côté. »

La rivière Sainte-Marie à Sault-Sainte-Marie. Archives ONFR+

Les tensions s’apaisent, et en 1994, un tribunal ontarien invalide cette résolution d’unilinguisme, mais les francophones de Sault-Sainte-Marie ne s’en remettent pas.

En 2010, le maire John Rowswell présente ses excuses à la population. Un moindre mal, même si le pire est déjà fait pour certains résidents.

« J’étais directeur d’école. J’ai perdu un tiers de mes enseignants et des élèves après la résolution unilingue. Beaucoup de familles francophones ont quitté Saint-Saulte-Marie », se désole Roger Martel.

Réconciliation avec la municipalité

Aujourd’hui, l’heure est à la réconciliation entre les francophones de Sault-Sainte-Marie et leurs élus. Symbole haut en couleur : l’ajout du drapeau franco-ontarien devant la municipalité en 2015, année des 400 ans de présence française en Ontario.

Un geste rendu possible par l’élection du maire francophile Christian Provenzano l’année précédente.

Le conseiller Matthew Shoemaker fait justement partie de cette nouvelle génération d’élus. Âgé de deux ans en 1990, il ne garde aucun souvenir des soubresauts créés par la résolution. En revanche, sa scolarité à l’École élémentaire catholique Sainte-Marie lui a donné une sensibilité au fait francophone.

Le conseiller municipal, Matthew Shoemaker. Archives ONFR+

« Notre communauté francophone est notre communauté historique. Il y certaines étapes, qu’on peut prendre, certaines causes qu’on peut adopter, pour s’assurer de la promotion du français, par exemple célébrer la Saint-Jean-Baptiste ou un autre événement que la communauté célèbre. »

Signe que les cicatrices ne sont pas totalement refermées 30 ans après, certains francophones demandent des excuses plus formelles à la Ville, sous forme de résolution municipale. C’est le cas de M. Dubreuil. Une idée que M. Shoemaker balaye.

« Je comprends la volonté de la communauté pour une résolution formelle, mais il me semble que les excuses de M. Rowswell étaient claires et directes. »

Viser l’immigration et les éventuels nouveaux arrivants

Pour le Centre francophone de Sault-Sainte-Marie, la crise de 1990, c’est surtout une période à oublier.

« On ne s’en rappelle plus comme une méchante chose (…) Les francophones ont montré qu’ils pouvaient travailler ensemble », résume sa présidente Jessica Torrance, originaire de Dubreuilville.

L’organisme porte-parole des 2 000 francophones de Sault-Sainte-Marie se veut un « centre de liaison » et organise, par exemple, des soirées artisanat, le lundi, pour permettre aux francophones de se réunir. Sur une note plus politique, le Centre faisait récemment partie d’un panel de partenaires locaux pour dynamiser l’immigration francophone dans la ville.

L’économie de Sault-Sainte-Marie est bien plus connue pour son industrie minière, notamment avec l’aciérie Algoma, principal employeur de la région. Plus que jamais, la ville a besoin d’immigrants. D’autant que la population décline à chaque recensement.

Le drapeau franco-ontarien flotte à Sault-Sainte-Marie depuis 2015. Archives ONFR+

« Oui, l’immigration doit être importante, mais les nouveaux arrivants francophones n’ont pas immédiatement des services ou encore, une personne-guide qui pourrait les aider. L’idéal serait d’avoir une personne bilingue dans chaque commerce. Je dirais que ça serait probablement de le faire avec le temps. »

Aujourd’hui, la ville compte deux établissements scolaires francophones et plusieurs écoles d’immersion. Nathan Salituri est passé par l’un de ces établissements. « Pur produit » des institutions franco-ontariennes, l’homme de 22 ans a étudié au Collège Boréal avant de s’installer à Stratford.

À savoir si la résolution de 1990 a marqué sa jeunesse, la réponse est formelle : non.

« Je ne me suis jamais senti exclu parce que j’étais francophone. »

Et de conclure : « Il faut se souvenir, mais ce sont les choses du passé ! »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+