Passer au contenu Passer au pied de page

Insécurité linguistique : « Montrer aux élèves qu’ils ne sont pas seuls avec cette réalité »

OTTAWA – La Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) espère mieux combattre l’insécurité linguistique. Entre les compressions aux services en français par Doug Ford et les propos de Denise Bombardier, la deuxième année du projet Notre langue, mon accent ! dans les écoles secondaires de langue française de l’Ontario sera importante.

Sarah Maude, élève en 11e année et participante au programme FOCUS action sociale du Conseil des écoles catholique du Centre-Est (CECCE), explique.

« C’est un manque de confiance à cause de la peur de se faire juger, un inconfort. C’est surtout quand les gens nous corrigent. Souvent, quand je dis quelque chose, un anglicisme ou peu importe, on va me corriger, et ça me décourage des fois. »

Ella, aussi participante au programme FOCUS, renchérit.

« Parfois, je suis inconfortable à parler devant un groupe, surtout quand il y a plus de francophones. En sixième année, je me souviens avoir fait une présentation devant la classe, et des élèves ou le prof m’arrêtaient toutes les minutes pour me dire que le mot utilisé n’était pas correct. J’avais pourtant fait les efforts de parler en français et de dire mon projet en français. »

Les propos de Denise Bombardier ? « Ça me touche bien sûr. Ce sont des événements comme ça qui causent l’insécurité linguistique. Ça me décourage un peu », illustre Sarah Maude.

Durant un semestre, les participantes du programme FOCUS sont plongées dans le milieu universitaire et initiées directement aux rouages de l’action communautaire.

Sarah-Maude et Ella participantes au programme FOCUS action sociale. Crédit image : Sébastien Pierroz

La conférence de presse tenue par la FESFO, ce vendredi, visait justement à faire le bilan de la première année de Notre langue, mon accent !, mais aussi à réfléchir sur les pistes pour la seconde année.

L’organisme porte-parole des plus de 25 000 élèves francophones des écoles secondaires affirme que 250 jeunes « ont été outillés » dans les différents ateliers.

« Pour cette seconde année, on n’aura pas nécessairement de nouveau, mais la façon de présenter est nouvelle », laisse entendre la directrice générale de la FESFO, Mélina Leroux.

« On va se baser beaucoup sur ce qui se passe dans l’actualité. Les ateliers servent à montrer aux élèves qu’ils ne sont pas seuls avec cette réalité de l’insécurité linguistique, leur montrer que d’autres jeunes en province vivent la même chose. On mise sur l’historique du bien-être en français, les ateliers de diction et l’amusement pour faire comprendre qu’on peut tous dire le même mot, mais différemment. »

Pour Bradley Boileau, secrétaire-trésorier de la FESFO, tous les français se valent.

« Il n’y a pas qu’un bon français, le français qu’ils parlent peut être aussi bon. Les élèves peuvent continuer à s’exprimer en français. C’est important de reconnaître que même avec un accent, on parle quand même le français. »

Quelque 270 000 $ ont été alloués par la Fondation Trillium de l’Ontario pour la réalisation du projet échelonné sur trois ans.

« Avoir des ressources en français, c’est intéressant, et partager des idées et les expériences d’insécurité linguistique vécues nous aident beaucoup », conclut Sarah Maude.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+