#Francophonie, #Ontario

Joanne Gervais à la découverte de sa communauté

La directrice générale de l'ACFO du grand Sudbury, Joanne Gervais. Crédit image: Archive #ONfr

[LA RENCONTRE D’ONFR]

SUDBURY – Directrice générale de l’Association canadienne-française de l’Ontario du grand Sudbury (ACFO du grand Sudbury) depuis 2010, Joanne Gervais est une figure centrale de la francophonie sudburoise. Pourtant, la francophonie n’a pas toujours été au centre de ses projets. Pour #ONfr, elle partage son parcours mouvementé qui l’a amenée à redécouvrir sa communauté grâce à l’engagement social.

DIDIER PILON
dpilon@tfo.org | @DidierPilonONFR

«Vous venez d’une famille qui valorise et cultive la francophonie. Comment ces valeurs vous ont-elles été inculquées lors de votre jeunesse?

Je n’ai jamais ressenti de pression ou même la volonté de nos parents de nous pousser vers la francophonie. Chez nous, on parlait français, c’est tout. Dans la maison, si tu ne parlais pas en français, on ne te répondait pas. Ce n’est pas compliqué.

Ce que j’ai vraiment appris de ma famille, c’est l’implication communautaire. Mon grand-père était menuisier et travaillait dans la construction. Il avait participé à la construction de l’aréna à Azilda et de la salle paroissiale à St Charles pour s’assurer que la communauté francophone là-bas ait des lieux de rassemblement. Mes parents étaient eux-mêmes impliqués dans la communauté. Lorsqu’il y avait un manque, on le comblait. Si on avait besoin d’un club pour les aînés qui font ceci ou cela, on le créait. Ils étaient comme ça.

Votre frère, Gaétan Gervais, est une figure importante du patrimoine culturel franco-ontarien. Comment vous a-t-il influencée?

Chez moi, j’étais la plus jeune. Il y a 21 ans d’écart entre moi et ma sœur aînée. À cinq ans, j’ai perdu ma sœur la plus proche, et ça a laissé un trou de 15 ans entre moi et mon plus jeune frère. À cinq ans, Bernard avait 20 ans, Gaétan en avait 25 et ma sœur, Denise, avait 26 ans. J’ai grandi un peu comme une enfant unique.

Gaétan gardait sa vie publique très séparée de sa vie de famille. Les dimanches après-midi, on ne s’assoyait pas autour de la table pour parler du drapeau. On parlait de la vie de tous les jours. Souvent, on apprenait ses réussites par l’entremise des médias. Au fur et à mesure que j’avançais dans ma carrière, j’en apprenais à son sujet. Je découvrais des organismes communautaires, et on m’informait que mon frère était au premier CA.

Gaétan Gervais, le co-fondateur du drapeau franco-ontarien. Crédit image: Société historique du Nouvel-Ontario.

Donc, il y eut un temps où la francophonie n’était pas au centre de votre engagement?

En début de carrière, j’ai déménagé à Mississauga pour travailler dans un organisme anglophone. J’étais souvent le «token frenchman» à qui on demandait de faire de la traduction. À un certain temps, mon anglais était même plus fort que mon français. Je travaillais en anglais, je le parlais plus souvent et j’ai même marié un anglophone! (Rires) Mais même quand ma vie se vivait majoritairement en anglais, dès que j’étais de retour à la maison, c’était toujours en français.

Comment êtes-vous venue à découvrir la communauté francophone?

Même avec toute l’implication de ma famille, je connaissais mal ma communauté. Oui, je me suis impliquée dans la communauté au sens large, mais pas nécessairement dans le secteur francophone. À Mississauga, je me suis engagée dans le comité qui organisait les fêtes de Noël pour les enfants. À CBC, j’étais au comité social et j’ai été la première représentante du système d’aide aux employés. J’ai aussi fait du bénévolat pour la SPCA, pour la Croix-rouge, pour les Jeux olympiques spéciaux.

C’est en faisant ce travail qu’on commence à voir les lacunes dans sa propre communauté et on se dit qu’il faut faire quelque chose. Et puis, en 1998, j’ai été chanceuse de faire partie du comité administratif du Centre franco-ontarien de folklore. C’était la première fois que je travaillais en français. J’ai été mordue immédiatement. J’ai décroché un poste qui m’a plongée davantage dans la communauté francophone. Tout d’un coup, ça faisait partie de ma job d’organiser les événements de ma communauté. Je l’ai vraiment pris à cœur. En tout, j’ai travaillé presque six ans au CFOF, à titre de directrice administrative et de directrice générale.

Avant de travailler dans le domaine communautaire, quel était votre plan carrière?

Tu sais, on pousse les enfants à décider beaucoup trop jeunes ce qu’ils vont faire pour le restant de leur vie. Moi, quand j’avais à peu près 10 ans, j’avais décidé d’être comptable. Mais lorsque j’ai commencé mon bac en commerce, j’ai remarqué que ce n’était pas pour moi. Je me suis dit que je ne pourrais jamais faire ça pour le restant de mes jours. Là, c’était la crise existentielle. Je n’avais suivi que des cours en commerce au secondaire, donc je n’avais pas mes prérequis en science ou en langue. Là, on fait quoi?

Que s’est-il passé ensuite?

Après avoir laissé tomber les études, j’ai pris un bon moment pour me retrouver. J’ai déménagé à Mississauga, où j’ai travaillé pour une compagnie pharmaceutique. De retour à Sudbury, j’ai travaillé à CBC pour près de cinq ans. J’ai commencé à remplir des trous à temps partiel dans la discothèque et à la réception, avant d’aboutir en administration. C’est là que j’ai découvert que j’avais une passion pour l’administration.

Ensuite, j’ai travaillé à plusieurs endroits. Pour une compagnie d’assurance maladie, aux services à l’emploi du YMCA, dans une école de danse, à l’hôpital, etc. À chaque poste, on va chercher un petit quelque chose et on trouve peu à peu sa place. Donc, quand le poste de directrice générale du Centre franco-ontarien de folklore s’est ouvert, je savais que c’était pour moi.

Rares sont les jeunes qui reviennent dans le Nord après avoir travaillé dans la région de Toronto. Qu’est-ce qui vous a ramenée à Sudbury?

La famille! J’aimais beaucoup mon emploi à Mississauga. Il y avait beaucoup d’employés de Sudbury et on se tenait toujours ensemble. Mais je revenais toujours à Sudbury. Il y a un été où je suis remontée sept fins de semaine de suite. J’en suis tombée malade! (rires) La famille était ici, les activités étaient ici, les amis étaient ici. Mais j’aimais beaucoup mon poste. Quand mon père est tombé malade, je savais qu’il était temps de revenir pour de bon.

Bien des projets de l’ACFO du grand Sudbury visent à «contrer l’assimilation de la jeunesse». Parlez-nous un peu de ce problème et des initiatives que vous entreprenez?

L’assimilation est une problématique constante. Promène-toi dans les corridors du Collège Boréal ou de n’importe quelle école secondaire, et tu entends plus d’anglais que de français. Les  jeunes sortent de ces établissements et ils ne sont pas toujours convaincus de l’importance de leur langue. Ce qu’on voit de plus en plus, c’est qu’ils aboutissent dans des couples exogames et mettent leurs enfants dans des écoles d’immersion parce qu’on leur dit que ça leur offrira «la meilleure chance de réussir dans les deux langues». Ce n’est pas vrai.

Joanne Gervais dans le cadre de ses fonctions de directrice générale de l’ACFO. Archives #ONfr

Un projet qu’on pousse de l’avant, c’est de convaincre les élèves de faire leurs 40 heures de bénévolat dans des organismes francophones. On a le Salon du livre, le Frenchfest, la Nuit sur l’étang, plein d’activités intéressantes qui offrent plusieurs possibilités de bénévolat. Ça les aiderait à mieux connaître les organismes et les services offerts, et ça nous aiderait à avoir leurs perspectives. Trop souvent, quand on parle d’assimilation, on ne voit pas beaucoup de jeunes autour de la table. Il faut recruter la jeunesse, mais il faut leur faire une place aussi.

À la suite du succès du mouvement Ottawa ville bilingue, quelle est la réaction de Sudbury?

C’est sûr qu’on aurait aimé être la première ville bilingue! (Rires) On est très heureux de leur succès et on est prêt à être la deuxième, la troisième ou la cinquième ville bilingue. C’est une question de donner à la communauté ce qu’elle a besoin.

Pensez-vous poursuivre une campagne similaire?

On est une communauté distincte qui a toujours fait les choses à sa façon. Pour le moment, notre façon consiste à franciser davantage notre communauté jusqu’à ce que ça devienne une évidence que la ville soit bilingue. C’est pour ça qu’on a lancé des projets comme l’affichage et le service bilingue. Je crois sincèrement qu’on a passé le temps des grandes revendications. Si on passe par la grosse chicane avec la ville, on va être perdant. C’est maintenant le temps de travailler avec nos alliés dans la grande communauté, qui comprennent nos besoins et l’importance de notre patrimoine.

Par exemple, à deux reprises, notre demande que le drapeau franco-ontarien flotte devant l’hôtel de ville a été refusée. Si notre drapeau y flotte aujourd’hui, c’est parce qu’il y a eu un maire [John Rodriguez en 2006] qui a compris que le drapeau  un emblème provincial créé ici  avait le droit d’être là. Sa première journée, à 11 h le matin, il a hissé le drapeau et ça n’a pas fait de mal à personne. On a cultivé de bonnes relations avec la ville et on a eu des résultats.

En terminant, si vous étiez à la place de Justin Trudeau, quelle serait votre première mesure pour les francophones?

Moi, j’aimerais comprendre pourquoi, dans un pays dit bilingue, est-ce que les francophones doivent être bilingues et que les anglophones ont le choix. Jusqu’à ce qu’on puisse dire que tous les élèves qui graduent du secondaire parlent le français et l’anglais également, on n’est pas un vrai pays bilingue. À un moment donné, il faut arrêter de se mentir. Mais, s’il exigeait le respect des lois qui protègent les francophones dans tous ses ministères, déjà, on serait beaucoup plus avancé que maintenant.»

 


LES DATES-CLÉS DE JOANNE GERVAIS:

1964: Naissance à Sudbury

1998: Siège au comité administratif du Centre franco-ontarien du folklore

2010: Devient directrice générale de l’ACFO du grand Sudbury

 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+

Didier Pilon
dpilon@tfo.org

Originaire de Rockland, Didier Pilon baigne depuis longtemps dans la vie culturelle et communautaire de l’Ontario français. Il est diplômé d’une maîtrise en philosophie politique de l’Université d’Ottawa, où il s’est initié au journalisme au journal indépendant La Rotonde. Il a aussi collaboré avec de nombreux journaux et blogues culturels avant de se joindre à l'équipe d'#ONfr en 2017 pour poursuivre sa passion, l’actualité politique.