#Francophonie, #Ontario

Coupures francophones: Amanda Simard se désolidarise de son chef Doug Ford

La députée provinciale de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard. Archives #ONfr

TORONTO – Plutôt discrète jusqu’ici, la députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell est sortie publiquement sur les médias sociaux, ce mercredi soir. Elle dénonce les coupures décidées par son gouvernement et qui touchent les Franco-Ontariens.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Dans un message publié sur Facebook, la députée progressiste-conservatrice franco-ontarienne, Amanda Simard, assure aux Franco-Ontariens qu’ils peuvent compter sur elle.

«Vous avez une alliée en moi, et je ne vais jamais vous laisser tomber», débute-t-elle son message.

L’ancienne conseillère municipale du Canton de Russell, adjointe parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, indique que les décisions prises, la semaine dernière, par le gouvernement de Doug Ford lors de l’énoncé économique, relatives au Commissariat aux services en français et à l’Université franco-ontarienne la «déçoivent énormément».

«Je partage cette déception et frustration aujourd’hui, ayant dans un premier temps œuvré à l’interne autant que possible pour faire renverser ces décisions. J’ai demandé au premier ministre de reconsidérer ces mesures», explique-t-elle.


«Il n’y a, et n’a jamais eu, question pour moi d’appuyer ces mesures» – Amanda Simard, députée progressiste-conservatrice


Et de poursuivre: «J’ai toujours le réflexe d’utiliser les voies diplomatiques pour régler les situations, et c’est ce que j’ai fait, avant de réagir publiquement, dès que j’ai pris connaissance de ces décisions (ce qui fut qu’à peine quelques minutes avant les annonces officielles). En passant, j’ai lu quelque part que la députée Simard « might be upset ». Faux. Je suis « definitely upset »».

Mme Simard avait réussi, le 7 juin dernier, à ravir la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell qui était entre les mains du Parti libéral de l’Ontario depuis 37 ans. En s’emparant de ce château fort rouge, l’adjointe parlementaire au niveau fédéral avait suivi les pas de Joseph Albert Bélanger qui représentait le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) pour la région à Queen’s Park de 1967 à 1981.

 

L’AFO félicite Mme Simard

La députée franco-ontarienne assure que la francophonie lui tient à cœur.

«À mes plus de 600 000 Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes, vous ne me connaissez peut-être pas encore, mais sachez que je suis avec vous. Je suis née, j’ai grandi, et je vis toujours dans ma communauté francophone de Prescott-Russell. J’ai complété toute ma scolarité en français, de l’école élémentaire (école St-Jean, Pavillon La Croisée), au secondaire (Embrun), au collège (La Cité), ainsi qu’à l’université (uOttawa), où j’ai choisi d’étudier le droit, la common law en français!»

Mme Simard dit qu’elle va désormais évaluer la situation. La députée de l’Est ontarien prévoit organiser une rencontre publique dimanche 25 novembre, à 13h, dans sa circonscription, à l’aréna de St-Isidore. Au moment de publier ce texte, il n’avait pas été possible de parler à Mme Simard.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a toutefois rapidement salué le message de la députée.

«L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario salue le courage et la détermination de la députée provinciale progressiste-conservatrice franco-ontarienne Amanda Simard et la remercie infiniment pour son appui. Amanda, tu mérites réellement l’ovation que tu as reçue à notre congrès, il y a quelques semaines. Merci. Merci. Merci. On ne lâche pas!», a réagi l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens.

Dans une déclaration transmise à #ONfr un peu plus tard dans la soirée, le bureau du premier ministre Doug Ford n’a pas semblé blâmer sa députée.

«Amanda Simard est une défenseure des Franco-Ontariens et nous apprécions sa voix au sein du caucus.»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
51+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.