Passer au contenu Passer au pied de page

LA FCFA souhaite de « 50 à 80 champions » de la francophonie au parlement fédéral

OTTAWA – À deux mois des élections fédérales, les francophones se préparent. La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) aimerait voir de « 50 à 80 champions » pour les causes francophones siéger au parlement dès l’automne.

En entrevue avec ONFR+, le président Jean Johnson reconnaît n’avoir « jamais fait le décompte » de ces députés-champions élus parmi les 334 membres de la Chambre des communes à Ottawa.

En début d’après-midi, mardi dernier,  la FCFA présentait aux médias sa nouvelle stratégie, au cours d’une conférence de presse téléphonique.

Mais comment attirer ces champions ? Le responsable de l’organisme porte-parole des francophones en contexte minoritaire veut les identifier lors de rencontres que le groupe effectuera avec les différents candidats. « On veut les faire dans tous les grands centres, on veut se déplacer, on veut en organiser environ 30 au pays. »

Cette tournée de la FCFA a déjà débuté dans la région de la Capitale-Nationale. Elle se poursuivra au Québec et au Nouveau-Brunswick ce mois-ci, puis dans le reste du Canada en septembre.

La FCFA en rencontre avec les candidats du NPD dans la région de la Capitale-Nationale, le 8 août. Source : Twitter

Nouvelle méthode

Ces tables rondes sont formées de « six à dix personnes » d’un même parti politique « dans chaque région », dixit la FCFA. « Il s’agit d’entamer une conversation avec ces aspirants députés pour faire la suite des choses. »

La FCFA le dit sans ambages : la méthode a changé depuis les élections fédérales de 2015. Cette fois, il n’est plus question de lettres ni de sondages pour attirer les candidats. « Les sondages ne fonctionnent plus », estime M. Johnson. « Les partis se font bombardés par ces sondages. On préfère donc aller de l’avant, en rencontrant les candidats. C’est une ambiance confortable d’échange. »

L’organisme souhaite aussi mobiliser les citoyens par l’intermédiaire du site web votezlanguesofficielles.ca. Les francophones et francophiles ont depuis mardi après-midi la possibilité d’envoyer des lettres aux différents candidats pour « qu’ils s’engagent envers la dualité linguistique et la modernisation de la Loi sur les langues officielles. » D’autant que la loi emblématique de 1969 fête cette année son 50e anniversaire.

L’objectif de la modernisation de la Loi sur les langues officielles

Au cours de la campagne électorale qui débutera officiellement en septembre, la FCFA compte justement ne pas lâcher dans le dossier de la modernisation. Lors de la conférence de presse, M. Johnson a rappelé son désir de la voir réviser « au plus tard en 2021 ».

Parmi les changements proposés à la Loi par la FCFA : que sa mise en œuvre soit confiée au Conseil du Trésor afin d’en garantir une application plus efficace, une meilleure consultation des communautés de langue officielle et la création d’un tribunal administratif pouvant imposer des sanctions en cas de manquements à la loi.

La dernière modification de la Loi sur les langues officielles date de 2005, mais les derniers changements majeurs ont été réalisés en 1988, année où la loi a été complètement repensée par rapport à sa version de 1969.

Autre dossier que l’organisme veut promouvoir : les avantages économiques du bilinguisme. « Nous voulons montrer sa plus-value aux candidats. Lorsqu’il devient une réalité, le bilinguisme augmente la présence dans nos communautés. »

Les élections fédérales se tiendront le 21 octobre prochain.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !