Passer au contenu Passer au pied de page

La santé en français, une question de sécurité

OTTAWA – L’accès à des services de santé en français est important pour les francophones, mais plus qu’une question identitaire, c’est surtout une question de sécurité, estime un spécialiste de la santé, études à l’appui.

«On parle beaucoup d’accès aux services de santé en français, mais trop peu de qualité de services et encore moins de l’impact sur la sécurité du patient», lance Denis Prud’homme, vice-président associé à la recherche et directeur scientifique de l’Institut du Savoir Montfort.

Dans le cadre des Journées Montfort, un événement qui réunit chaque année, à Ottawa, les professionnels du domaine médical francophone, il présentait les résultats de ses recherches sur l’impact sur la qualité et la sécurité des patients lorsque ceux-ci ne maîtrisent pas la même langue que leur intervenant médical. Les résultats ne surprendront pas les spécialistes du domaine, même s’ils sont à nuancer.

«Les risques sur la santé sont moins élevés quand on se fait soigner dans sa langue. Quand ce n’est pas le cas, il y a plus de risque sur la qualité du diagnostic, du traitement, sur la rapidité de l’intervention…»

«Il faut défranciser le problème. C’est une question de sécurité!» – Denis Prud’homme

M. Prud’homme cite plusieurs études américaines qui se sont intéressées aux patients d’origine hispanique ne maîtrisant pas bien l’anglais.

«On voit qu’il y a de meilleurs résultats quand le patient est soigné dans sa langue. À l’inverse, par exemple, le contrôle du diabète est moins bon chez les patients qui ne sont pas soignés dans leur langue. Et les études démontrent également que les problèmes de communication entre les patients et le personnel médical augmentent les risques de complication.»

Plaidoyer pour les hôpitaux désignés

Si de telles données manquent au Canada, en Ontario, la pertinence des services de santé en français sur la sécurité des patients est démontrée dans les hôpitaux désignés en vertu de la Loi sur les services en français et qui donc offrent des soins de santé bilingues.

Dans ces établissements, les risques de préjudices en milieu hospitalier pour les Franco-Ontariens y sont 14 % moins élevés, selon les données présentées par M. Prud’homme.

«Ce sont des évidences scientifiques qui justifient les désignations.»

Denis Prud’homme lors de sa conférence dans le cadre des Journées Montfort. Crédit image: Benjamin Vachet

Quant au coût des services de santé en français, ils ne seraient pas plus élevés, selon lui.

«Quand on regarde les soins de fin de vie, qui sont les soins qui coûtent le plus cher, il n’y a pas de différence pour les francophones et les anglophones.»

Auto-évaluation

Le vice-président associé à la recherche et le directeur scientifique de l’Institut du Savoir Montfort, également professeur à l’Université d’Ottawa, nuance toutefois une transposition canadienne des études américaines, rappelant que de telles données n’existent ici et parce que la réalité de la population francophone est bien différente de la celle de la population hispanophone.

«En Ontario, il y a seulement 0,3 % des francophones qui déclarent ne pas parler l’anglais.»

Mais, rappelle-t-il, il y a une différence entre parler une langue au quotidien et devant son médecin.

«Les Franco-Ontariens parlent souvent un anglais social. Mais dans un contexte médical, stressant, ça peut être différent. Des fois, ils pensent avoir compris, mais ils n’ont pas tout compris et cela peut avoir des conséquences fatales.»

Et cet exemple fonctionne également pour les professionnels de la santé, même si en Ontario 14,3 % se disent capables d’offrir des services en français.

«Même si je suis bilingue, je suis moins à l’aise avec un patient anglophone et cela va affecter ma relation avec lui», illustre M. Prud’homme.

Demander ses services, un geste de sécurité

M. Prud’homme insiste donc sur l’importance de ne plus faire de la santé en français un enjeu identitaire, mais bel et bien de sécurité.

«Il faut sensibiliser les francophones à demander leurs services de santé en français, pas parce que c’est bon pour la vitalité de la communauté ou pour une question constitutionnelle, mais pour leur propre sécurité.»

Il milite également pour que les études subventionnées par le gouvernement fédéral commencent à inclure la variable linguistique et une lentille francophone afin d’avoir davantage de données. Et sur le terrain, il insiste qu’il faut aussi faire preuve de créativité.

«Il est difficile d’imaginer que toutes les ressources seront disponibles partout, dans les deux langues. Mais on peut trouver de nouvelles façons de faire, comme la télémédecine.»

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+