Passer au contenu Passer au pied de page

L’avenir des écoles francophones entre les mains du gouvernement Trudeau

Temps de lecture : 3 minutes

OTTAWA – Ce sera au gouvernement libéral de Justin Trudeau de choisir si le formulaire obligatoire court du recensement, en 2021, permettra enfin de connaître précisément le nombre d’ayants droit. Une donnée essentielle pour convaincre les provinces de construire des écoles de langue française.

Son témoignage devant le comité permanent des langues officielles était aussi attendu qu’il a finalement été décevant pour bien des députés et organismes francophones. Ce jeudi, le statisticien en chef du Canada, Anil Arora, a souvent répété les mêmes réponses au point de susciter l’agacement de plusieurs élus, dont le député acadien René Arseneault qui lui a reproché de ne pas répondre.

Le comité se penche sur la question du dénombrement des ayants droit dans le prochain recensement. Unanimement depuis trois ans, les organismes francophones, les conseils scolaires et les avocats en droits linguistiques en ont rappelé l’importance puisque les provinces se basent sur les données de Statistique Canada pour décider où, si et quelle taille est nécessaire pour la construction d’une école de langue française.

Le recensement actuel ne donnerait qu’une image incomplète de la situation, martèlent-ils. Avec pour résultat : des écoles trop petites et inadéquates, voir l’absence d’écoles de langue française là où il y en aurait pourtant besoin.

Pour le député conservateur Bernard Généreux, la balle est dans le camp du gouvernement fédéral, alors que la Colombie-Britannique a apporté son appui à la démarche des organismes francophones pour avoir de meilleures données pour prévoir les besoins en infrastructures scolaires.

« En bout de ligne, ce que le Statisticien en chef nous dit, c’est que ce sera au gouvernement de prendre cette décision », estime M. Généreux. « Pour les communautés, c’est une urgence et au comité, on est tous d’accord avec leur demande. »

« J’espère que le gouvernement va entendre les citoyens qui parlent depuis des années de l’importance d’avoir ces données exactes-là » – Alain Dupuis, directeur général de la FCFA

Une analyse que partage le directeur général de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Alain Dupuis.

« Ce qu’on a entendu, c’est que c’est aux politiciens de choisir ce qui sera dans le recensement. C’est la dernière chance pour eux de prendre la bonne décision et d’aller nous chercher les données nécessaires. On a toujours énormément d’inquiétude. »

Les conservateurs mettent la pression

Plus tôt dans la journée, le porte-parole en matière de langues officielles du Parti conservateur du Canada (PCC), Chris d’Entremont, avait déjà interpelé le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie et responsable de Statistique Canada, Navdeep Bains, sur cette question.

« Quand le gouvernement va-t-il enfin nous confirmer que ces importantes questions seront sur le formulaire court du recensement de 2021 ? », a-t-il interrogé en chambre.

Le ministre a rappelé que le gouvernement libéral a « demandé à Statistique Canada de déterminer quels sont les meilleurs moyens de recueillir des informations de qualité afin d’énumérer les ayants droit », sans se prononcer davantage.

Le gouvernement fédéral devrait se prononcer très prochainement, alors que l’impression des formulaires devrait commencer fin juillet. Pour l’aider dans son choix, il recevra les recommandations de Statistique Canada dans les prochaines semaines.

« On va attendre leurs recommandations, mais on se doute un peu de ce que ce sera », juge le député libéral René Arseneault, qui assure qu’il appuiera la demande des francophones en contexte minoritaire auprès du cabinet.

Comme plusieurs de ses collègues, il prévoit que l’institution fédérale recommande d’inclure les nouvelles au questionnaire long du recensement, qui est rempli par 25 % de la population. Une solution qui ne répondrait pas aux demandes des francophones, insiste la FCFA.

La cause devant les tribunaux ?

SI le gouvernement Trudeau décide de suivre cette voie, la cause pourrait se rendre jusqu’aux tribunaux. Cette avenue, évoquée par la députée libérale Patricia Lattanzio, M. Dupuis préfère ne pas l’envisager, même si la possibilité existe.

Le directeur général de la FCFA, Alain Dupuis. Archives ONFR+

« C’est vraiment la dernière avenue qu’on souhaite prendre. On peut régler ce dossier de façon politique, mais si c’est un refus, il va falloir qu’on se questionne, car on aura utilisé tous les moyens politiques à notre disposition. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+