Passer au contenu Passer au pied de page

Le difficile combat pour des services de santé en français aux TNO

Temps de lecture : 4 minutes

YELLOWKNIFE – Pas facile d’obtenir des services de santé en français dans les Territoires du Nord-Ouest (TNO). Après plusieurs années de combat, une résidente francophone confie son exaspération à ONFR+. Sa situation, beaucoup de francophones la vivent en milieu minoritaire.

« Au cours des deux dernières décennies, j’ai été témoin des améliorations apportées par les gouvernements fédéral et territorial pour offrir des services en français aux citoyens. Maintenant, je n’ai pratiquement aucune difficulté à obtenir des services dans ma langue maternelle lorsque je fais affaire avec la plupart des institutions gouvernementales. Cependant, il y a une exception… », explique Suzanne Houde, dans une lettre transmise à ONFR+.

Cette exception, elle concerne les services de santé en français. Résidente de Yellowknife depuis 22 ans, la santé fragile de Mme Houde l’oblige à y faire souvent recours, notamment à l’Hôpital territorial Stanton.

« À l’accueil, un autocollant indique de demander le service en français. Mais la personne n’est jamais là. J’y suis encore allée cette semaine, il n’y avait personne. On me dit que des gens qui parlent français ont été embauchés, mais on ne sait jamais quand ils sont là », raconte-t-elle à ONFR+.

Face à ce qu’elle considère comme un manque d’effort, Mme Houde se dit « découragée de devoir se battre à chaque fois » pour être servie dans sa langue.

À l’accueil, une affiche invite à demander les services en français. Gracieuseté

« Je ne suis pas une activiste, mais je ne parle pas bien anglais. J’ai un fort accent et souvent, on ne me comprend pas. Ce n’est pas drôle quand personne ne te comprend ! »

La FFT consciente du problème

Le constat de Mme Houde est confirmé par la Fédération franco-ténoise (FFT).

« Cela ne nous surprend pas. L’accès aux soins de santé est une des principales causes de frustration des francophones. Il est difficile d’avoir une continuité de services », reconnaît Xavier Lord-Giroux, agent de communication à la FFT.

Quelque 1 165 résidents ont le français comme première langue officielle parlée dans les TNO, selon le recensement de 2016 et 60 personnes n’y parlent que le français. 

L’embauche récente d’un interprète médical à temps plein à l’hôpital territorial Stanton devrait permettre d’améliorer la situation, espère M Lord-Giroux, qui ajoute toutefois qu’en matière de santé mentale, un interprète n’est pas toujours adapté.

Obligations linguistiques dans les TNO

Dans les TNO, la Loi sur les langues officielles du territoire est claire. À l’image de son homologue fédérale, elle reconnaît le droit du public à recevoir des services en français là où la demande et le nombre de francophones le justifient. Quatre régions sont concernées : Yellowknife, Hay River, Fort Smith et Inuvik. La qualité de l’accès aux services de santé varierait selon chacune d’elles, explique M. Lord-Giroux.

Dans son dernier rapport annuel, la commissaire aux langues des Territoires du Nord-Ouest, Shannon Gullberg, n’enregistrait pourtant aucune plainte.

« J’en ai déjà déposé une par le passé, mais ça n’a eu aucun impact », réplique Mme Houde. « J’ai même entendu la commissaire dire que le problème est réglé, mais ce n’est pas vrai. »


« Est-ce que ça va prendre un accident grave pour que les choses changent ? » – Suzanne Houde, francophone des TNO


Jointe par ONFR+, Mme Gullberg n’avait pas retourné nos demandes d’entrevue au moment de publier cet article.

Des efforts sont faits, disent les TNO

Du côté du gouvernement, David Maguire, gestionnaire des communications de l’Administration des services de santé et des services sociaux des Territoires du Nord-Ouest, assure que des efforts sont faits.

« Nous nous efforçons de recruter des professionnels de santé qui parlent le français où c’est possible et disposons d’une variété de ressources dans notre système, mais celles-ci changent régulièrement à cause des mouvements et du roulement de personnel. »

Il explique que le gouvernement a mis en place des coordonnateurs de services en français dans chacune des régions désignées, dont deux pour Yellowknife, et confirme l’embauche d’un interprète médical et de services d’interprétation par téléphone pour les patients.

Problème national

Avec 11 langues officielles, la situation des TNO est particulière. Mais elle possède des similitudes avec d’autres provinces et territoires, explique la docteure Anne Leis, présidente de la Société Santé en français (SSF).

« C’est un problème qu’on rencontre un peu partout, même si l’échelle est différente selon les provinces et territoires, et selon la concentration de francophones. Parfois, ce sont même des problèmes similaires que les anglophones, notamment dans les régions rurales et éloignées. Mais en francophonie, c’est exacerbé. »

Mme Leis réfute l’idée selon laquelle ces problèmes viennent d’un manque de professionnels capables de s’exprimer dans la langue de Molière.

« Ça fait 15 ans que le Consortium national de formation en santé forme des professionnels en français. Il n’y a pas de saturation, certes, mais on ne s’est jamais donné les moyens de savoir combien on en a et où ils se trouvent. De plus, le système ne reconnaît et ne récompense pas cette compétence. Ceux qui parlent français doivent ajouter les services en français à leurs tâches quotidiennes. »

Les solutions développées à travers le pays peuvent inspirer les TNO, pense M. Lord-Giroux.

« Une de nos propositions, ce serait d’inscrire la langue de choix du patient sur sa carte de santé, comme à l’Île-du-Prince-Édouard. Le gouvernement territorial pourrait aussi faire comme pour le bureau des plaques d’immatriculation et des permis de conduire en installant une borne à l’entrée où on peut choisir sa langue. »

Pour Mme Leis, les changements doivent venir des élus.

« Le système ne bouge pas vite, mais c’est avant tout une décision politique. Les gouvernements appliquent la loi du nombre et justifient leurs décisions par des questions de coût. Mais cela est en train de changer lentement avec l’immigration de personnes qui ne parlent ni anglais ni français et qui obligent à revoir le système, car on se rend compte que les erreurs de diagnostic coûtent cher. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !