Passer au contenu Passer au pied de page

Coronavirus : une centaine de nouveaux cas et cinq décès en Ontario

Temps de lecture : 4 minutes

Près d’une centaine de nouveaux cas ont été détectés, selon le dernier bilan des autorités de santé de la province. Du jamais vu. On compte désormais 688 Ontariens contaminés par la COVID-19, dont 13 décès. 

▶️ 99 nouveaux cas positifs en Ontario
▶️ 688 cas positifs en Ontario (3 197 au Canada)
▶️ 13 décès en Ontario (31 au Canada) et huit guéris
▶️ 10 489 cas en cours de test en Ontario
▶️ 32 457 tests en Ontario (147 000 au Canada)

Les nouveaux cas sont en grande partie des personnes ayant été en contact avec d’autres malades. Des voyageurs de retour d’Espagne et du Royaume-Uni font aussi partie de la liste.

Cette forte hausse a fait bondir le nombre total de personnes infectées de 572 à 671 personnes depuis la dernière actualisation, hier après-midi. 688 personnes ont donc été touchées par le virus, si on englobe les 8 patients rétablis jusqu’ici et les neuf décès.

Dans son rapport du jour, la médecin hygiéniste en chef adjointe, Dr Barbara Yaffe, a par ailleurs indiqué que 30 % des malades de retour de voyage provenaient des Etats-Unis et 28 % d’Europe. 17 personnes sont en soins intensifs et 15 sous assistance respiratoire.

Dr Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe. Capture écran ONFR+

Au fur et à mesure que l’épidémie grossit, les villes de la province déclarent l’état d’urgence sur leur territoire. Dernière en date : Ottawa. La ville a rejoint aujourd’hui London, Windsor et Toronto. Plus d’une vingtaine de municipalités et comtés ont pris une telle mesure.

Dans l’Est ontarien, la Cité de Clarence-Rockland a décidé, ce matin, de fermer son hôtel de ville jusqu’au 14 avril, même si les services essentiels, incluant l’eau potable, la collecte des déchets et l’entretien des routes, continueront d’être assurés.

Des victimes dans les foyers de soins de longue durée

L’épidémie de coronavirus a mis en exergue la vulnérabilité des aînés. Malgré les mesures de restrictions, voire d’interdiction de visites, les foyers de soins de longue durée ne sont pas l’abri. Sans compter les résidences pour personnes âgées, plus perméables aux risques de contamination, de par leur statut singulier.

Deux autres décès y ont été signalés plus tôt cette semaine. Une nonagénaire est décédée, ce lundi, après avoir reçu un diagnostic positif à la COVID-19 et avoir été emmenée d’urgence à Lakeridge Health, à Oshawa. Elle était résidente de Hillsdale Terraces, un foyer de soins de longue durée à Oshawa.

Une octogénaire a succombé le lendemain à l’hôpital St. Joseph de Hamilton, où elle était isolée depuis son admission à l’hôpital, le 16 mars. Elle était résidente de la Heritage Green Nursing Home, à Stoney Creek.

Pour renforcer la sécurité du personnel et des résidents, un décret temporaire confère, depuis hier, aux foyers de soins de longue durée le pouvoir de réaffecter son personnel en fonction des priorités du moment. Des employés de foyers peuvent donc voir leurs tâches et leurs horaires de travail modifiés, voire leurs congés reportés ou annulés.

Le gouvernement assure par ailleurs que du personnel et des lits supplémentaires seront libérés dans les jours à venir.

Ottawa bonifie son plan d’aide

À Ottawa, les différents partis fédéraux sont finalement parvenus à une entente, tôt ce matin, pour voter à l’unanimité le plan d’urgence présenté le 18 mars dernier. Seulement 32 députés étaient présents, depuis hier, à la Chambre des communes, dont 14 libéraux, 11 conservateurs, trois bloquistes, trois néo-démocrates et un vert, afin que les mesures de distanciation sociale soient respectées.

Le projet de loi d’urgence est désormais devant le Sénat et la sanction royale est espérée en fin de journée.

Il comprend plusieurs mesures, dont la bonification de l’Allocation canadienne pour enfant et le report de six mois de la date de remboursement des prêts et bourses étudiants.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau. Capture écran ONFR+

Les discussions en chambre ont conduit à une bonification de l’aide promise aux personnes qui n’ont pas le droit à l’assurance-emploi, mais dont le travail a été affecté par la crise de la COVID-19. Une nouvelle Prestation canadienne d’urgence, fusion des allocations de soins d’urgence et de soutien d’urgence, devrait leur permettre de toucher 2 000 $ par mois, jusqu’à un maximum de quatre mois. 

Cette prestation s’adresse autant aux employés qu’aux travailleurs autonomes dont la rémunération a été amoindrie à cause de la pandémie. Les personnes bloquées chez elles pour garder leurs enfants, malades en quarantaine ou encore, s’occupant d’une personne atteinte de la COVID-19, sont aussi admissibles à cette aide.

« Les gens commenceront à toucher de l’argent dans les dix jours après avoir déposé leur demande », a clarifié le premier ministre Justin Trudeau, annonçant la création prochaine d’un portail en ligne à cet effet.

On recense 3 197 cas positifs de COVID-19 dans l’ensemble du Canada (plus de 420 000 dans le monde) où le nombre de transmissions locales dépasse dorénavant celui des retours de voyage.

Le Canada a aussi intensifié le nombre de tests : 147 000 en tout, soit 20 000 dans les dernières 24 heures (plus de 35 000 en Ontario depuis le début de l’épidémie).

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+