Passer au contenu Passer au pied de page

Les conservateurs ambitieux dans Nepean

Située au sud-ouest d’Ottawa, la circonscription de Nepean, créée en 2015, avait fait confiance au Parti libéral du Canada (PLC) pour la représenter lors de la dernière élection fédérale. Mais quatre ans plus tard, le candidat conservateur s’estime bien placé pour créer la surprise.

LE CONTEXTE

Lors des dernières élections, en 2015, la victoire du libéral Chandra Arya n’avait souffert aucune contestation. Loin devant son premier concurrent conservateur, l’entrepreneur avait réussi le saut en politique.

« Je n’avais jamais été membre d’aucun parti, avant. J’ai voulu me lancer pour être l’avocat de ma communauté et promouvoir ses enjeux. Je voulais avoir un impact et travailler à ce que la prospérité du Canada profite à tous », dit-il.

M. Arya dit avoir vécu une expérience fantastique en voyant la démocratie en marche au parlement et en contribuant au changement que le gouvernement libéral a apporté, selon lui.

« Nous avons fait beaucoup de choses. Le chômage a baissé, des emplois ont été créés, nous avons baissé les taxes des petites entreprises… Localement, j’ai travaillé fort pour amener de bons emplois ici. »

Quatre ans plus tard, ce n’est pourtant pas l’analyse de Brian St. Louis, qui représente le Parti conservateur du Canada (PCC) dans Nepean.

« J’ai travaillé en politique jusqu’en 2013. J’en étais fatigué. Mais quand j’ai vu ce qui s’est passé avec le gouvernement libéral et le député local, ça m’a décidé. Il n’a pas fait un bon travail et n’a pas été présent. Ça prend quelqu’un qui fait plus. Ici, c’est ma communauté et je veux faire le mieux pour elle. Je veux être une voix nouvelle et fraîche pour Nepean. »

Selon les derniers sondages, la lutte pourrait être serrée entre libéraux et conservateurs. Mais ce n’est pas une raison pour Jean-Luc Cooke, candidat du Parti vert du Canada (PVC), de se décourager.

« C’est ma troisième campagne dans Nepean, après 2011 et 2015. La course va être très intéressante cette année et on sent qu’on a une chance. Le Parti vert peut représenter ceux qui ne veulent ni des libéraux ni des conservateurs », explique-t-il.

La circonscription de Nepean est située au sud-ouest d'Ottawa, comprenant notamment le quartier de Barrhaven. Source: Élections Canada

L’alternative, c’est aussi ce que veut proposer Azim Hooda avec le Parti populaire du Canada (PPC). Selon lui, son parti est le seul capable de contrer l’érosion de la démocratie.

« On veut faire de la politique autrement et mettre l’emphase sur la prospérité et la robustesse de notre économie, en simplifiant le système de taxe et en réduisant les impôts pour que les citoyens aient plus d’argent dans leurs poches », explique le candidat qui a décidé de se lancer « pour Maxime Bernier ». « Nous avons une plateforme courageuse, qui ne fait peut-être pas toujours plaisir, mais qui place l’intérêt général en priorité. »

ENJEUX

L’infrastructure est la priorité de cette campagne, selon le député libéral sortant, Chandra Arya.

« Face à la croissance démographique de Nepean, on n’a pas seulement besoin de transport, on a aussi besoin d’infrastructures communautaires et sociales. »

De gauche à droite, Zaff Ansari Brian St.Louis, Chandra Arya, Jean-Luc Cooke et Azim Hooda. Montage ONFR+

Un avis que partage son adversaire conservateur, qui cible aussi le coût de la vie.

« L’infrastructure n’est pas au rendez-vous de notre croissance. Mais pour faire des investissements, cela prend une gestion intelligente et responsable fiscalement. Les dépenses et la dette du gouvernement Trudeau font peser un risque à long terme sur nos services », juge M. St. Louis qui dit également vouloir écouter et représenter les nombreux employés de la fonction publique fédérale qui vivent dans sa circonscription.

Pour ces électeurs, le candidat vert estime que l’intégrité et l’éthique sont des éléments déterminants.

« Ils veulent voir sur la colline des gens qui ont des principes, qui les respectent et qui savent ce qui est bien ou pas. Un vote pour le Parti vert, c’est un vote pour le futur, pour un parti qui peut faire les grands changements dont on a besoin pour lutter contre les changements climatiques. »

Le candidat du PPC priorise quant à lui la prospérité économique, par l’entremise d’une immigration choisie de main d’œuvre en demande, et la sécurité publique.

« Nous avons des problèmes de violence, notamment à Barrhaven. On doit lutter contre. »

Plus d’écoles francophones

En matière de francophonie, le candidat libéral souhaite encourager la croissance des écoles de langue française dans la circonscription.

« La francophonie grandit, spécialement dans Barrhaven, nous avons besoin de répondre à la demande, qui est également forte chez les parents anglophones », explique M. Arya qui rappelle que son gouvernement a annoncé récemment une augmentation des transferts fédéraux vers les provinces pour l’éducation dans la langue de la minorité. Le député insiste que, même s’il ne parle pas français, son bureau de circonscription fournit des services dans les deux langues officielles.

Candidat bilingue, ancien élève de l’immersion et ex-étudiant à l’Université Bishop’s au Québec, M. St. Louis dit avoir rencontré plusieurs francophones lors de son porte-à-porte.

« Je veux promouvoir le français et travailler avec la province pour la création de l’Université de l’Ontario français. On va aussi regarder la modernisation de la Loi sur les langues officielles », promet-il.

Parfaitement bilingue, M. Cooke, pour le Parti vert, estime primordial d’avoir des députés qui parlent les deux langues officielles.

Une réalité qui n’est pas celle de M. Hooda qui avoue regretter de ne pas avoir assez profité de l’opportunité d’apprendre le français, en arrivant de son Angleterre natale à Ottawa quand il avait 30 ans.

Aujourd’hui âgé de 67 ans, il insiste sur l’importance d’offrir le choix d’une éducation bilingue à tous les niveaux.

« C’est également vital d’avoir les services locaux, provinciaux et fédéraux disponibles dans les deux langues officielles », ajoute-t-il.

LES PRINCIPAUX CANDIDATS

Chandra Arya, Parti libéral du Canada

Brian St. Louis, Parti conservateur du Canada

Zaff Ansari*, Nouveau Parti démocratique

Jean-Luc Cooke, Parti vert du Canada

 Azim Hooda, Parti populaire du Canada


LA CIRCONSCRIPTION EN BREF

Nom : Nepean

Population (2016) : 119 110

Électeurs inscrits : 84 049

Revenu médian des ménages : 101 984 $

Proportion de francophones (selon la première langue officielle parlée, déclarée au recensement de 2016) : 9,18 %

Député sortant : Chandra Arya, Parti libéral du Canada, depuis 2015

*Au moment de réaliser nos entrevues pour cet article, M. Ansari n’avait pas encore été désigné candidat pour le NPD dans Nepean.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !