Passer au contenu Passer au pied de page

Les étudiants franco-ontariens en sciences infirmières délaissent le français

OTTAWA – Cette année encore, seulement cinq étudiants des programmes ontariens de sciences infirmières en français ont passé leur examen final dans cette langue. Et leur taux de réussite est encore largement inférieur à la moyenne provinciale et nationale.

Au total, ils étaient 130 étudiants des programmes francophones de sciences infirmières en Ontario, offerts à l’Université Laurentienne et à l’Université d’Ottawa, à tenter leur chance pour la première fois à l’examen NCLEX-RN (National Council Licensure Examination). Et sur l’ensemble de cette cohorte, seulement cinq étudiants ont tenté de passer leur examen final en français.

Leur taux de réussite, 40 %, semble donner raison aux 125 étudiants qui ont décidé de passer leur test en anglais, puisque 79,2 % d’entre eux l’ont réussi.

Si le taux de réussite à l’examen en français est en progression depuis 2015, il reste loin du taux de réussite en Ontario, qui est de 79,3 %, et loin des résultats avant la mise en place de NCLEX-RN.

Le NCLEX-RN critiqué

Depuis sa mise en place en 2015 par les organismes de réglementation provinciaux et territoriaux de la profession infirmière, à l’exception du Québec, cet examen obligatoire venu des États-Unis a essuyé de nombreuses critiques. Certains en jugeaient la traduction mauvaise et d’autres reprochaient le manque de documents de préparation en français.

Interrogé par ONFR+ il y a deux ans, un représentant de l’Association des étudiant(e)s infirmier(ère)s du Canada (AÉIC), Peter Stinnissen, s’inquiétait déjà de l’effet à long terme sur la formation en français.

« Nous avons deux langues officielles au Canada et les étudiants en français doivent avoir le même droit à la réussite que les autres. C’est une situation inquiétante, car à long terme, les étudiants francophones risquent de se demander pourquoi étudier en français si c’est pour passer son examen final en anglais et devoir réapprendre toute la terminologie ? Il y a un risque d’assimilation ! Nos étudiants vont perdre leur fierté d’étudier en français. »

Pour l’heure, le passage de l’examen final en anglais ne semble pas décourager les inscriptions dans les programmes en français, puisqu’ils étaient 130 finissants à tenter leur chance en 2018 contre 111 en 2015.

L’Ordre maintient sa confiance en NCLEX-RN

L’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario (OIIO) ne semble pourtant toujours pas s’inquiéter et continue de défendre l’examen, indiquant fournir pour sa part tout le matériel dont il est responsable dans les deux langues officielles et se dédouanant pour la documentation fournie par des tiers.

« Comme organisme de réglementation infirmière en Ontario, nous ne sommes pas les enseignants des étudiants. Nous agissons dans l’intérêt public afin de nous assurer que ceux qui commencent dans la profession ont les connaissances, les capacités et le jugement nécessaires pour fournir de bons soins de santé dès leur première année de travail. L’examen actuel est une façon impartiale et objective de s’en assurer », explique l’OIIO dans un échange de courriels.

L’organisme indique avoir fait vérifier la traduction de l’examen par des experts sans avoir constaté aucun problème et souligne que le nombre d’infirmiers pouvant travailler en français en Ontario n’a pas diminué. Ce nombre était de 11 000 professionnels en 2016, selon les chiffres de l’OIIO.

Enjeu national

La situation constatée en Ontario est semblable dans l’ensemble du Canada. En 2018, le taux de réussite national à la première tentative pour passer l’examen était de 82,9 %. Mais pour les étudiants qui ont passé leur examen en français, il chute à 61,4 %.

Comme en Ontario, ceux qui font le choix de passer leur examen en français sont de moins en moins nombreux. Alors qu’ils étaient 145 candidats en 2015, ils n’étaient plus que 57 candidats en 2018.

Des députés fédéraux se sont penchés sur cette question. Dans un rapport remis en novembre dernier, les membres du comité permanent des langues officielles demandaient au gouvernement fédéral d’intervenir pour s’assurer d’une bonne traduction de l’examen et de la disponibilité de ressources pédagogiques en français équivalentes à celles en anglais.

Dans sa réponse au comité, le gouvernement fédéral indiquait avoir alloué une somme de 200 000 $, en 2015-2016, à l’École réseau de sciences infirmières de l’Université de Moncton pour préparer, adapter et valider une banque de questions de type NCLEX-RN en français et rendre cet outil accessible en ligne. L’Université de Moncton a également reçu 95 000 $, en 2017-2018, pour mettre au point des outils éducatifs pour la formation en sciences infirmières.

Enfin, le gouvernement indique qu’une somme du Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 est prévue pour le Consortium national de formation en santé (CNFS) pour élargir l’offre de programmes de formation en français à l’extérieur du Québec et qu’une somme de 225 000 $ a déjà été accordée au CNFS pour « la mise sur pied d’une ressource éducative en français qui serait utile aux infirmières et infirmiers autorisés souhaitant passer l’examen NCLEX-RN en français ».

Santé Canada devrait prochainement se pencher sur la question pour voir les résultats des outils mis en œuvre et leur efficacité.

Jointes par ONFR+, l’Université Laurentienne et l’Université d’Ottawa n’avaient pas répondu à nos demandes d’entrevue au moment de publier cet article.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+