Passer au contenu Passer au pied de page

« Les langues officielles sont devenues une passion » – Mélanie Joly

Temps de lecture : 7 minutes

[LA RENCONTRE D’ONFR+] 

OTTAWA – Alors que les élections fédérales se profilent à l’horizon et que Mélanie Joly tentera de se faire réélire dans Ahuntsic-Cartierville, l’actuelle ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie revient pour ONFR+ sur ses quatre années comme responsable du dossier des langues officielles.

« Vous êtes la ministre responsable du dossier des langues officielles depuis la victoire libérale de 2015. Quel regard portez-vous sur ces quatre années ?

On a mis la maison en ordre et après on a commencé à l’agrandir et à la développer. Il y a trois grandes choses dont on peut se rappeler de notre gouvernement en matière de langues officielles. Premièrement, c’est la mise en œuvre d’un nouveau Plan d’action pour les langues officielles avec le plus grand investissement dans l’histoire du pays en matière de langues officielles [l’enveloppe quinquennale a été bonifiée de près 500 millions de dollars – ndlr] qui a des retombées concrètes au sein des communautés en permettant d’augmenter le financement de base des organismes, alors que Harper [Stephen Harper, premier ministre conservateur du Canada de 2006 à 2015 – ndlr] avait affaibli leur capacité d’intervention.

Deuxièmement, c’est la défense des francophones, car à chaque fois qu’il y a des attaques contre les francophones, c’est le rôle de la ministre des langues officielles de les défendre. Enfin, c’est permettre aux francophones d’avoir recours de façon plus efficace aux tribunaux lorsqu’ils sont attaqués, avec la mise en place d’un nouveau Programme de contestation judiciaire.

Quelles sont les choses dont vous êtes la plus fière dans ce dossier ?

En tant que Québécoise, c’était un dossier que je connaissais peu, parce que ce n’est pas une réalité avec laquelle j’avais été en contact depuis mon enfance. Au départ, c’était donc un dossier. Puis, c’est devenu une passion et même une mission. Mon impact, il peut être par un réinvestissement, corriger les erreurs que le gouvernement fédéral peut faire dans sa gestion des minorités, surtout en matière de bilinguisme dans la fonction publique, ou encore défendre publiquement les communautés contre des gouvernements qui ne sont pas sensibles à leurs revendications.

La ministre Joly lors d’une de ses visites dans une école. Gracieuseté : Bureau de la ministre Joly

C’est quelque chose qu’on vous entend souvent dire, ces derniers temps, que les langues officielles sont devenues une passion. Est-ce que ça veut dire qu’au départ, ça ne vous emballait pas ?

Pas du tout ! C’est juste une réalité que je connaissais peu. En tant que francophone, j’étais consciente des obligations en matière de bilinguisme institutionnel au sein de la fonction publique et en tant que juriste de formation, j’avais une connaissance des droits linguistiques. Mais ce que je ne savais pas, c’était la réalité des francophones en situation minoritaire.

Est-ce ça qui a changé votre regard sur cette question ?

Complètement ! Dès mes premières tournées, quand je me suis retrouvée au Yukon, en face de parents qui me parlaient de la nécessité d’avoir une nouvelle école francophone qui a du bon sens pour leurs enfants, ça me semblait tellement évident. Après, j’ai compris à quel point ça faisait des années qu’ils se battaient pour ça et à quel point, comme ministre, j’étais en mesure de les aider.

Ça vient toujours me toucher au cœur quand on me parle des combats qui ont été menés par les francophones au pays pour se faire respecter. Je suis consciente que par le passé, il y a eu des préjugés et qu’au final, les dangers d’assimilation sont réels et que quand on décide de continuer à parler une langue, de la transmettre à nos enfants, c’est un choix basé sur une relation forte entre l’identité francophone et le côté parfois plus rationnel de « la langue de la majorité ». C’est donc une histoire de résistance et de résilience et c’est très inspirant !


« Je suis très consciente que le fait français au pays est fragile et qu’on doit toujours le protéger »


Vous êtes Québécoise, originaire de Montréal. Quelle était l’image que vous aviez de la francophonie à l’extérieur du Québec avant d’occuper cette fonction ?

Au Québec, on se fait enseigner que nul salut au-delà de nos frontières. La réalité d’être francophone et de pouvoir vivre à l’extérieur du Québec, c’est questionné par plusieurs. Ce dont je suis très fière comme ministre, c’est que dans le contexte des revendications franco-ontariennes contre les coupures du gouvernement de Doug Ford, il y a eu un réveil des Québécois envers la réalité francophone hors Québec. Un phénomène qu’on n’avait pas vu depuis 50 ans et qui aide toutes les minorités linguistiques au pays.

C’est un tournant dans la définition que les Québécois se font de l’identité francophone au pays. Et mon boulot, en tant que Québécoise francophone, ça va être de continuer d’éduquer au niveau de la réalité francophone hors Québec.

En quoi cette expérience de ministre a changé votre vision de la langue française au Canada ?

Ce que j’ai constaté, c’est l’importance de soutenir les efforts pour la sécurité linguistique. Ça va au cœur même de la relation qu’un enfant peut avoir avec sa communauté. C’est une réalité sur laquelle je veux plus travailler. L’un des grands défis qui guettent la francophonie canadienne, au-delà de l’assimilation, c’est le fait qu’on ne respecte pas les variétés de français partout à travers le pays. En faisant ça, on participe à encourager l’adhésion à la langue de la majorité.

Y a-t-il des choses que vous auriez aimé faire que vous n’avez pas réalisées ?

C’est sûr que j’ai bien hâte de poursuivre le travail sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. C’est une loi fondamentale, qui est clé pour la pérennité des communautés francophones.

Quand vous avez été nommée ministre du Patrimoine canadien, les « langues officielles » ne figuraient pas dans votre intitulé, ce qui en a fait sourciller plus d’un. Rétrospectivement, était-ce une erreur ?

Je pense que c’est bien de l’avoir. Mais ça faisait quand même partie de mes fonctions. Là présentement, ça m’aide à démontrer un leadership sur la question.

En 2017, vous avez perdu votre portefeuille de ministre du Patrimoine canadien. Pour vous qui avez toujours été très intéressée et impliquée dans les arts et la culture, comment avez-vous vécu ce moment ?

J’avais l’impression que j’avais donné beaucoup à Patrimoine. Je suis très contente d’avoir sécurisé Radio-Canada/CBC, doublé le budget le Conseil des arts et aussi posé des enjeux difficiles, encore jamais posés par un politicien, avec la réforme de l’audiovisuel au pays. J’ai beaucoup appris. Et je pense qu’il y a des choses que j’aurais pu faire différemment.

Comme quoi ?

Mon inexpérience de politicienne a fait en sorte que j’ai surpris mon milieu alors que mon objectif était d’arriver avec des solutions. J’aurais pu mieux travailler avec les acteurs du secteur culturel pour leur proposer des scénarios afin de voir leurs réactions.

Mais je suis très contente de mon portefeuille présentement. Je pense que ça m’a permis de devenir une meilleure politicienne, car j’ai pu voir différentes régions du pays et découvrir, par exemple, quelles sont les réalités des Canadiens qui vivent dans les milieux ruraux. Un peu comme dans le dossier des langues officielles, la question que j’ai souvent eu l’impression d’entendre, c’est : « C’est quoi notre place dans le monde ? Comment pouvez nous défendre et nous aider à vivre comme on a toujours vécu depuis des générations ? ». Ça m’a beaucoup touchée !

Le ministère du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie aurait pu vous offrir une moins grande tribune, mais les compressions envers les Franco-Ontariens vous ont permis de revenir sur le devant de la scène. Est-ce que finalement, personnellement, ce n’était pas une bonne opportunité cette crise ?

Je pense que ça a été un combat qui était nécessaire. Ne pas le faire aurait signifié abdiquer de mes responsabilités comme ministre.

La ministre Joly à la manifestation franco-ontarienne du 1er décembre, à Ottawa. Gracieuseté : Bureau de la ministre Joly

Certains vous ont accusée d’être trop partisane et de vous faire du capital politique sur la situation en Ontario français. Que répondez à cette critique ?

Ce n’est pas moi qui ai fait les coupures ! Il y avait qu’à ne pas les faire et qu’Andrew Scheer les dénonce clairement. Car la réalité, c’est qu’il ne les a toujours pas dénoncées. Et ça en soi, c’est une position.

On vous a moins entendu sur la situation au Nouveau-Brunswick ou celle des Anglo-Québécois. Pourquoi ?

J’ai eu plusieurs conversations avec Robert Gauvin au Nouveau-Brunswick [vice-premier ministre et ministre responsable de la Francophonie – ndlr]. Je suis très consciente qu’au Nouveau-Brunswick, la question du bilinguisme est toujours difficile. On doit s’assurer de maintenir la cohésion sociale et l’acceptation des communautés. Donc, c’est pour ça que mes interventions étaient plus basées sur du financement pour protéger les droits linguistiques.

Vous aviez peur que ça puisse jeter de l’huile sur le feu ?

Oui, très certainement. Pour moi, ça a été un dossier très important, mais qui s’est fait davantage en coulisses que publiquement.

Et quelle est votre position sur la situation des Anglo-Québécois ?

J’ai eu plusieurs rencontres avec le QCGN (Quebec Community Groups Network) et j’ai de bons canaux de communication avec la ministre Sonia LeBel [ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne – ndlr]. Je serai toujours là pour faire respecter les droits linguistiques. C’est pour ça qu’on a augmenté leur financement de base et qu’on a prévu pour la première fois dans le Plan d’action pour les langues officielles un fonds qui leur est uniquement dédié et qui reconnaît leur réalité spécifique.Vous avez mené des consultations en vue de la modernisation de la Loi sur les langues officielles. À quoi peut-on s’attendre de votre parti dans le dossier ?

Ce que j’ai entendu à Iqaluit [dans le cadre de la conférence ministérielle sur la francophonie canadienne – ndlr], c’est la volonté de toutes les provinces d’être consultées. Comme c’est une loi fondamentale et que la cohésion sociale en matière de droits linguistiques doit être maintenue, je veux m’assurer que ce travail de consultation soit bien fait, afin que la nécessité de cette loi ne soit pas contestée. J’ai aussi entendu plusieurs recommandations de la part de différents groupes. Ce sera dans notre plateforme électorale que j’aurais l’occasion d’en parler.

Si vous et votre parti êtes réélus cet automne, aspirez-vous à garder le portefeuille des langues officielles ? 

Ce sera toujours une mission ! Et peu importe les rôles que le premier ministre pourrait potentiellement m’offrir, je serai toujours une alliée des communautés. »

 


LES DATES-CLÉS DE MÉLANIE JOLY :

1979 : Naissance à Montréal, au Québec

2002 : Devient membre du Barreau du Québec

2009 : Rejoint la firme de relations publiques Cohn & Wolfe comme associée directrice du bureau de Montréal

2013 : Candidate défaite à la mairie de Montréal

2015 : Élue dans la circonscription de Ahuntsic-Cartierville pour le Parti libéral du Canada

2015 : Nommée ministre du Patrimoine canadien

2017 : Nommée ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie

 Chaque fin de semaine, ONFR+ rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+