Passer au contenu Passer au pied de page

« Les langues officielles, une question de respect et de sécurité », dit Théberge

Temps de lecture : 3 minutes

[ENTREVUE EXPRESS]

QUI :

Raymond Théberge est commissaire aux langues officielles du Canada

LE CONTEXTE :

Depuis le début de la crise de la COVID-19, le Commissariat aux langues officielles a reçu 37 plaintes, dont 17 plaintes recevables, concernant des problèmes dans les communications adressées aux Canadiens par l’ensemble des institutions fédérales. La majorité de ces plaintes concerne l’absence du service en français.

L’ENJEU :

Le commissaire Théberge a annoncé, jeudi, qu’il ferait un rapport et des recommandations au gouvernement sur les problèmes constatés en matière de langues officielles pendant la crise sanitaire de la COVID-19.

« Pourquoi en avez-vous senti le besoin de faire ce rappel maintenant ?

J’avais déjà émis une déclaration au début de la crise. J’ai depuis communiqué avec l’appareil fédéral. Mais j’estime que c’est un bon moment de faire un rappel. On ne sait pas combien de temps la situation va durer et il est important de rappeler aux institutions fédérales que leurs obligations linguistiques, c’est une question de respect et de sécurité.

Avez-vous constaté de nouveaux problèmes ?

Il y a eu des bons coups et des efforts, je veux le souligner, mais aussi des problèmes, notamment en  matière de communication, lorsqu’ont été lancés certains gros programmes. Ce n’est pas forcément de la mauvaise volonté, il y a beaucoup de pression, mais on voit que le réflexe n’est pas toujours là.

Vous avez reçu plusieurs de plaintes. Quels sont les principaux problèmes que vous avez identifiés ?

C’est surtout au niveau des communications, aussi bien en français qu’en anglais, mais aussi pour des questions de langue de travail dans la fonction publique. On nous avait aussi indiqué que les conférences de presse du gouvernement n’étaient pas assez équilibrées, mais maintenant ça l’est. Des fois, nous sommes intervenus par nous-mêmes quand on a constaté des problèmes de communication.

Comment jugez-vous la réponse du gouvernement à ces problèmes ?

La réaction du gouvernement a été très positive quand on a pu intervenir, mais la crise est loin d’être terminée et on ne veut pas que de mauvaises habitudes soient prises.

On doit apprendre de cette situation pour toutes les questions de sécurité publique qui se présenteront à l’avenir. Et c’est la raison pour laquelle je vais publier un rapport, le plus tôt possible après la crise, pour voir comment s’assurer que dans des situations de sécurité publique, on s’assure de garder la lentille des langues officielles dans les communications.

Mais dans une crise sanitaire de cette ampleur, n’est-ce pas inévitable que de tels problèmes surviennent ?

On peut viser une nette amélioration si les langues officielles sont vraiment intégrées dans la culture des institutions et dans leur ADN.

Qu’est-ce que cette crise vous révèle sur la situation et le respect des langues officielles au pays ?

Elle met en relief les défis qui entourent la Loi sur les langues officielles, notamment là où on peut intervenir, nos moyens… Nous avons beaucoup de pouvoirs d’enquête, mais peu de suivi. Ça prend plus que ça. On voit aussi que les langues officielles ne font pas complètement partie de la culture organisationnelle des institutions fédérales. On parlait beaucoup de la modernisation de la Loi avant cette crise, il sera important de s’y repencher rapidement, une fois la crise passée.

En conclusion de votre déclaration, vous « encouragez tous les dirigeants à l’échelle du pays à contribuer et à veiller à ce que tous les citoyens canadiens reçoivent des renseignements dans les deux langues officielles ». Est-ce que vous visez les gouvernements de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick ?

J’ai des collègues commissaires en Ontario et au Nouveau-Brunswick avec lesquels je parle. On constate que certains premiers ministres, comme Jason Kenney [premier ministre de l’Alberta] et Brian Pallister [premier ministre du Manitoba], font des efforts. Il faut que tout le monde comprenne que les langues officielles ne sont pas que l’affaire du fédéral, mais de tout le monde et qu’il est important de tenter de communiquer en français et en anglais. C’est une réflexion que nous devons avoir, un dialogue national sur les langues officielles. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+