Passer au contenu Passer au pied de page

Les libéraux conservent Sudbury dans un Nord de l’Ontario identique à 2019

Temps de lecture : 4 minutes

Un copier-coller de 2019, voilà le résultat électoral dans le Nord de l’Ontario alors que les libéraux ont conservé leurs sièges dans le Grand Sudbury et que les néo-démocrates ont conservé leurs appuis dans les régions plus francophones du Nord, mais sans faire les gains que le parti visait.

Dans Sudbury, la course aura été chaude tout au long de la soirée entre la libérale Vivianne Lapointe et la néo-démocrate Nadia Verrelli, mais la candidate de Justin Trudeau l’a emporté avec un peu plus de 4 % de voix de plus que la néo-démocrate. Qu’est qui a fait la différence selon elle ?

« Je pense que c’est notre plan. C’est un plan pour faire avancer les Canadiens et Canadiennes et je voulais de même pour Sudbury. C’est ça qui a fait la différence aujourd’hui. »

Cette dernière se dit prête à travailler avec Mélanie Joly sur le dossier du postsecondaire à Sudbury. « C’est très important et c’était évident quand Justin Trudeau et Mélanie Joly sont venus ici à Sudbury pour déclarer leur appui pour protéger et augmenter les programmes en français. C’est quelque chose que je veux travailler de très près avec Mélanie Joly. »

La députée de Sudbury Vivianne Lapointe en compagnie de Justin Trudeau. Archives ONFR+

Selon Mme Lapointe, son premier rôle consistera à établir des relations avec les partenaires municipaux et provinciaux. Elle se dit notamment prête à occuper un rôle clé en tant que députée francophone. « C’est essentiel et je pense que c’est un rôle très important. Sudbury pense la même chose, car les gens m’ont élue aujourd’hui. »

Il s’agit d’une première victoire politique pour Vivianne Lapointe qui dirigeait l’équipe d’Intégration communautaire Grand Sudbury. Cette dernière remplace Paul Lefebvre, qui avait annoncé son départ de la vie politique après deux mandats (2015 et 2019).

Sudbury compte près de 20 % de francophones et est en rouge depuis 1968, à l’exception d’un règne néo-démocrate entre 2008 et 2014.

Dans Nickel-Belt, à 38,4 % francophone, la course qui s’annonçait l’une des plus serrées dans le Nord de l’Ontario s’est soldée par une victoire de Marc Serré, qui sera de retour à Ottawa pour un troisième mandat consécutif. Ce dernier l’a emporté face à Andréanne Chénier qui tentait aussi un premier saut en politique.

Marc Serré, député de Nickel Belt, remporte une troisième élection de suite. Gracieuseté

La bataille entre les deux camps aura été des plus disputées alors que Mme Chénier et M. Serré étaient tous deux favoris, chacun leur tour durant la campagne électorale. Au cours de son histoire, la circonscription a toujours été partagée entre les néo-démocrates et les libéraux.

Pour une cinquième élection de suite, la députée francophone d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing Carol Hughes a conservé son siège de député avec près de 4 000 voix d’avance sur le conservateur John Sagman. En plus de Kapuskasing, cette circonscription compte notamment les villes de Hearst, Elliot Lake et Chapleau.

La députée franco-ontarienne d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing, Carol Hughes. Archives ONFR+

Le collègue de Mme Hughes dans Timmins Baie-James, Charlie Angus, se rendra à Ottawa pour un septième mandat de suite après avoir récolté près de 37 % des votes. Ce dernier, qui représente notamment les francophones de Timmins et Kirkland Lake, sera de retour à la Chambre des communes pour une 17e année consécutive.

Dans Nipissing–Timiskaming, le député francophone libéral Anthony Rota a conservé son siège à sa quatrième élection de suite. Le président de la Chambre des communes depuis 2019 a obtenu la confiance de 37 % des électeurs et battu le conservateur Steven Trahan, en deuxième place, et le néo-démocrate Scott Robertson.

Dans Thunder Bay-Superior North, Patricia Hajdu, la ministre de la Santé du gouvernement libéral entre 2019 et 2021 l’a aussi remporté avec 40 % des voix.

En date de mardi matin à Sault-Sainte-Marie, le libéral Terry Sheehan semble se diriger vers une victoire contre le conservateur Sonny Spina et la représentante du NPD Marie Morin-Strom dans une chaude lutte séparée par moins de 100 votes.

Finalement, à Kenora, après une course à trois durant la campagne entre le libéral David Bruno, la néo-démocrate Janine Seymour et conservateur Eric Melillo, c’est ce dernier qui l’a emporté avec un peu moins de 3 000 voix d’avance.

Les gagnants

  • Algoma–Manitoulin–Kapuskasing : Carol Hughes (NPD)
  • Kenora : Eric Melillo (Parti conservateur)
  • Nickel Belt : Marc Serré (Parti libéral)
  • Nipissing–Timiskaming : Anthony Rota (Parti libéral)
  • Parry Sound–Muskoka : Scott Aitchison (Parti conservateur)
  • Sault Ste. Marie : Terry Sheehan (Parti libéral)
  • Sudbury : Vivianne Lapointe (Parti Libéral)
  • Thunder Bay–Rainy River : Marcus Powlowski (Parti libéral)
  • Thunder Bay–Superior North :Patricia Hajdu (Parti libéral)
  • Timmins–James Bay : Charlie Angus (NPD)

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !