Passer au contenu Passer au pied de page

Les musulmans de l’Ontario sous le choc après l’attaque de London

Temps de lecture : 4 minutes

LONDON – L’attaque à la camionnette qui a décimé quatre membres d’une même famille, dimanche soir dans la ville du Sud-Ouest ontarien, est vécue comme un choc dans la communauté francophone de confession musulmane qui cherche encore des réponses à un tel acte.

« Je suis choqué, horrifié par cette attaque car ça affecte toute la communauté », a réagi Faouzi Metouilli, président de l’Association marocaine de Toronto (AMDT). « Si on commence à viser des personnes selon leur couleur ou leur religion, ça va devenir très dur pour tout le monde. »

Ce leader communautaire tente, depuis hier, d’apaiser l’inquiétude et l’incompréhension qui prédominent chez les Marocains de la région de Toronto. « La haine n’a pas sa place au Canada. Il faut condamner fermement le racisme, les discriminations et toutes les façons de harceler les personnes qui ont une couleur ou une ethnie différente. »

Et de dénoncer, au-delà de la tragédie de London, les regards, les paroles, les changements de trottoir que subissent au quotidien les membres de sa communauté.

« Je suis triste, dévastée pour cette famille, cet enfant et nos communautés », ajoute Fayza Abdallaoui, fondatrice de Impact Level Consulting. « Ces formes de terrorisme sont effrayantes. Et je suis découragée de lire des déclarations, des mots, des intentions de nos dirigeants et aucune action d’impact sur les réalités quotidiennes des victimes de discrimination et de racisme. Le vivre ensemble comme la démocratie sont deux des concepts les plus exigeants qui soient pour une société humaine et demandent une implication de chaque instant et de chacun. Il va falloir faire plus et mieux. »

Faouzi Metouilli, président de l’AMDT, Fayza Abdallaoui, entrepreneure et consultante, Mohamed Boudjenane, porte-parole de la Fédération canado-arabe Montage ONFR+. Source : Twitter/Facebook

« C’est bien de venir défiler une bougie à la main mais ça ne suffit pas » – Mohamed Boudjenane

« Il n’y a aucun doute que c’est un crime haineux qui visait la communauté musulmane », note pour sa part Mohamed Boudjenane, porte-parole de la Fédération canado-arabe. « L’individu a visé cette famille probablement à cause de ses vêtements traditionnels et du fait qu’elle avait l’air musulmane. »

Il accuse certains médias de droite et politiciens d’attiser la haine entre les communautés. « Pour eux, les musulmans sont considérés comme une communauté qui n’est pas en harmonie avec les principes de démocratie du Canada. On devient une cible assez claire. »

« C’est bien de venir défiler une bougie à la main mais ça ne suffit pas », poursuit-il. « Il n’y a rien eu après ce qui s’est passé à Québec (l’attentat de la Grande Mosquée en 2017) : ni politique concrète pour éliminer le racisme envers les communautés musulmanes, ni loi désignant l’islamophobie comme un fléau. Au contraire, on a eu que de beaux discours de Trudeau et des autres politiciens. On a eu aussi des lois qui limitent le port du voile, comme au Québec et qui divisent la société canadienne. »

Un acte terroriste pour Ford et Trudeau

La tragédie s’est produite dimanche soir sur le chemin Hyde Park, à London, dans le Sud-Ouest de l’Ontario. Cinq membres d’une même famille ont été fauchés par une camionnette. Quatre sont morts  : trois adultes et une adolescente. La cinquième victime, un enfant de neuf ans, a été hospitalisée. Ces jours ne seraient pas en danger.

Le conducteur du véhicule et auteur présumé des faits, Nathaniel Veltman, 20 ans, a été interpellé dans la soirée à sept kilomètres des lieux du drame.

Selon la police, qui soupçonne un acte intentionnel, l’homme aurait délibérèrent percuté la famille en raison de sa religion : « Il existe des preuves qu’il s’agit d’un acte planifié et prémédité et que la famille a été ciblée en raison de sa foi musulmane », a déclaré l’inspecteur Paul Waight, en conférence de presse, ce lundi.

Le premier ministre Doug Ford. Source : Twitter Fordnation

Quatre chefs d’accusation pèsent sur l’auteur présumé des faits, dont ceux de meurtre au premier degré et tentative de meurtre. La police n’écarte pas de déposer des accusations de terrorisme contre le suspect qui portait un gilet par balle au moment des faits.

Ce n’est « rien de moins qu’une attaque terroriste contre des innocents en raison de leur foi », a fait savoir ce mardi le premier ministre ontarien Doug Ford, rejoint dans ces propos par la premier ministre canadien. « Leurs vies ont été prises dans un acte de violence brutal, lâche et effronté », s’est indigné Justin Trudeau. « Ce meurtre n’était pas un accident. Il s’agissait d’un attentat terroriste, motivé par la haine, au cœur d’une de nos communautés. »

Plus tôt aujourd’hui, les députés fédéraux ont observé une minute de silence en l’honneur des victimes et une vigie se déroulait en soirée, sur les lieux du drame, pour leur rendre hommage.

Vigile à la mémoire des victimes, à London. Crédit image : Le Droit/Etienne Ranger

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
+4