Passer au contenu Passer au pied de page

Les travailleurs francophones éludés dans un rapport de l’OCDE sur l’immigration économique

Temps de lecture : 4 minutes

Dans son rapport remis aujourd’hui au ministre fédéral de l’Immigration, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) émet 23 recommandations pour améliorer le système d’immigration du Canada. La francophonie n’est pas ciblée.

Le document de 200 pages décrit le système d’immigration canadien comme « le plus complet et le plus élaboré » de l’ensemble des pays membre de l’OCDE mais pointe des « incohérences subsistantes » à corriger, sans évoquer la cible non-atteinte de 4,4 % en immigration francophone à l’extérieur du Québec.

Fixée en 2013, cet objectif fédéral vise pourtant bien l’immigration économique. Avec 2 646 immigrants économiques d’expression française en 2018, soit 1,68 %, le gouvernement est loin du compte.

 

Cette ombre au tableau n’est pas abordée dans ce nouveau rapport qui aurait pu constituer un point d’appui ou, tout au moins, un complément à la stratégie gouvernementale existante en matière d’immigration francophone.

« Personne ne nous a dit que c’était important »

« On n’a pas regardé les questions linguistiques », concède Thomas Liebig, le coordonnateur du rapport. « On aurait pu mais bon, il faut toujours se limiter sur certains aspects. Quand on a commencé le rapport il y a quatre ans, c’était moins à l’ordre du jour qu’actuellement. Quand on a fait notre première mission au Canada, personne ne nous a dit que c’était quelque chose d’important à couvrir dans le rapport. Si on le faisait aujourd’hui, on regarderait cette question plus particulièrement. »

Au centre, Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Crédit image : Rudy Chabannes

Le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, s’est voulu rassurant, portant l’attention sur les progrès réalisés en la matière. « Nous réussissons lentement à élever le niveau, dit-il. On a fait des changements en 2017 pour donner plus de points aux candidats francophones avec Entrée express. A travers notre stratégie francophone, on a aussi sélectionné onze communautés à travers le pays, choisies en fonction de leurs besoins économiques et de la présence de ressources communautaires pour accélérer l’immigration francophone. L’aéroport Pearson est devenu aussi un point d’accueil en français, avec cette idée d’une approche par et pour les francophones ».

Les compétences bilingues mieux prises en compte

« On constate qu’il y a eu des efforts, avec plus de points accordés aux francophones et une valorisation plus importante des compétences bilingues, ajoute M. Liebig. C’est assez unique dans le cas du Canada et pour la diversité du pays. »

Ahmed Hussen et Thomas Liebig présentent le rapport. Crédit Image : Rudy Chabannes

« Pour nous, (la langue) c’est pas un choix économique mais un choix de définition du pays, poursuit l’expert de l’OCDE. Nous, on fait plutôt des recommandations économiques. La langue est un choix politique qui concerne l’ensemble du pays. On évite de prendre position sur les objectifs d’immigration, sur les chiffres. C’est un choix que le pays doit faire. »

Une collaboration fédéral-provincial jugée bonne

 « Quand on regarde comment la migration provinciale avec l’immigration fédérale, ça se complète plutôt bien », glisse M. Liebig.

La province pourtant, elle-aussi, est bien en mal d’atteindre sa cible, avec 2,15 % de résidents permanents, loin des de 5 % fixés en 2012.

Le Canada est le pays de l’OCDE qui admet le plus grand nombre de travailleurs qualifiés et affiche la plus forte proportion d’immigrés ayant un niveau d’éducation élevé, indique le rapport qui identifie Entrée express comme un outil de premier plan dans la gestion des migrations permanentes de travail.

« Il permet de classer les immigrés en vue d’une sélection à partir d’un échantillon de candidats éligibles et tient compte des interactions positives entre les compétences, comme la langue et la capacité de transférer, dans le contexte canadien, l’expérience professionnelle acquise à l’étranger. »

Le système de sélection actuel, reposant sur des facteurs de capital humain tels que l’âge, la maîtrise de la langue ou encore l’éducation, conduit à recruter des travailleurs immigrés pour la plupart sans offre d’emploi.

C’est ce que l’OCDE propose de corriger à travers cette série de recommandations parmi lesquelles une meilleure reconnaissance des titres de compétences étrangers, l’abandon du programme travailleurs de métiers spécialisés ou encore un plus grand nombre de points accordés à l’expérience canadienne.

Diversifier le bassin de recrutement francophone

Pour Brigitte Duguay Langlais, coordinatrice du Réseau de soutien à l’immigration francophone de l’Est Ontario, l’augmentation de l’immigration économique francophone passe par le recrutement des immigrants avant qu’ils arrivent.

« Il faudrait diversifier le bassin de recrutement en augmentant le nombre de bureaux à l’étranger dans des pays comme le Cameroun pour encourager les candidats francophones », dit-elle.

« À notre niveau, on essaie de mettre en œuvre des conditions gagnantes en termes d’inclusion sociale et économique », ajoute la coordonnatrice. On sensibilise les employeurs, on travaille avec les écoles et on présente les services disponibles.

Le défi selon elle, c’est que lorsqu’ils arrivent au Canada, les immigrants francophones sont souvent accueillis dans des services anglophones. « Même si une personne les renseigne en français, elle va orienter les enfants dans des écoles anglophones, par exemple. On essaie d’agir sur toutes ces problématiques pour maintenir la langue française. »

« Le fédéral a investi de façon substantielle. Au niveau provincial, c’est plus compliqué car on a à rebâtir des relations avec trois ministères. Il faut continuer à travailler sur le plan économique car on a une pénurie de travailleurs, notamment non qualifiés. »

Des emplois dans les secteurs industriel et commercial ne trouvent en effet pas preneur dans l’Est ontarien. « On demande régulièrement dans nos conversations avec le gouvernement d’augmenter le nombre de permis par province pour les immigrants économiques francophones. Militer pour avoir plus d’employés francophones, c’est s’assurer la pérennité de la communauté. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !